Coronavirus : 48.265 morts en France, réanimations et hospitalisations en baisse

, modifié à
  • A
  • A
La France connaît ce vendredi une nouvelle baisse des réanimations et des hospitalisations en lien avec le coronavirus.
La France connaît ce vendredi une nouvelle baisse des réanimations et des hospitalisations en lien avec le coronavirus. © Ali AL-DAHER / AFP
Partagez sur :
Ce vendredi, le dernier bilan du coronavirus en France fait état de 48.265 morts en France, ainsi que d'une baisse des réanimations et des hospitalisations. Emmanuel Macron va s'adresser mardi soir aux Français pour annoncer une adaptation des règles du confinement. 
L'ESSENTIEL

Ce vendredi, le dernier bilan du coronavirus en France fait état de 48.265 morts en France, ainsi que d'une baisse des réanimations et des hospitalisations. Le président de la République va prononcer une allocution télévisée, dans laquelle il annoncera des adaptations des règles du confinement. Il pourrait notamment décider une réouverture des commerces dit non-essentiels. Une option autour du 1er décembre est "en bonne voie" selon Jean Castex. En parallèle, le Black Friday devrait être reporté d'une semaine. 

En effet, les indicateurs de l'épidémie de Covid-19 s'améliorent ces derniers jours. Santé publique France a même indiqué vendredi que le pic de la seconde vague a sans doute été franchi en France.

Les informations à retenir

  • 48.265 morts en baisse, nouvelle baisse des réanimations et des hospitalisations
  • Emmanuel Macron va s'adresser aux Français mardi soir à 20h dans une allocution télévisée 
  • "Nous sommes sur la bonne voie" pour rouvrir les petits commerces "autour du 1er décembre", annonce Jean Castex
  • Le Black Friday devrait être reporté d'une semaine

Réanimations et hospitalisations en baisse en France

La France compte désormais 48.265 morts du coronavirus, soit 1.138 de plus sur les dernières 24 heures, selon les données publiées vendredi sur le site du gouvernement. Les réanimations sont en baisse avec 4.582 cas graves, soit 71 de moins depuis le dernier pointage. Autre baisse notable, celle des hospitalisations. On en dénombre désormais 31.906, soit 439 de moins que jeudi soir. 

Selon les derniers chiffres, 2.109.170 personnes ont été contaminées en France depuis le début de la pandémie. Cela représente 22.882 cas de contamination supplémentaires ces dernières 24 heures, contre près de 43.000 jeudi dernier. "Les indicateurs s'améliorent, la dynamique épidémique s'est réduite (...). Mais la pression sanitaire reste extrêmement élevée dans notre pays et nos hôpitaux sont encore en situation de très forte charge en termes de malades", a insisté le ministre de la Santé, Olivier Véran. 

Emmanuel Macron va parler aux Français mardi soir 

Emmanuel Macron s'adressera aux Français mardi à 20H pour annoncer une adaptation des règles du confinement face à l'épidémie de Covid-19, a annoncé vendredi l'Elysée. Cette allocution télévisée interviendra une semaine avant l'échéance du 1er décembre, fixée par le chef de l'Etat lorsqu'il avait annoncé le reconfinement national le 28 octobre.

Le chef de l'Etat devrait annoncer un allégement des mesures, pour un déconfinement "progressif". Fin des attestations le 20 décembre, nouvelle politique d'isolement des cas positifs : on vous explique ici les pistes envisagées par le gouvernement

La France est encore "loin du déconfinement", avait averti mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Le Premier ministre Jean Castex rencontre les chefs de partis et groupes politiques ce vendredi après-midi, puis organise une réunion avec les partenaires sociaux la semaine prochaine

Les petits commerces et la SNCF devraient être opérationnels pour anticiper les fêtes

Jean Castex a estimé vendredi que "nous sommes sur la bonne voie" sur le plan de l'amélioration des indicateurs sanitaires pour envisager une réouverture des commerces "autour du 1er décembre".

Le Premier ministre, en déplacement à Crozon, dans le Finistère, a rappelé les deux conditions pour cette réouverture : amélioration des indicateurs sanitaires, et "nous sommes en bonne voie", et des protocoles adaptées. "Si on continue nos efforts, effectivement, ça permettra de vous rouvrir (...) nous l'espérons, autour du 1er décembre, c'est-à-dire le plus vite possible", a-t-il précisé lors d'une discussion avec une commerçante.

Alors que les Français sont encore dans l'incertitude concernant les fêtes de fin d'année, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé aux Transports affirme avoir "demandé à la SNCF d'être prête à compter de mi-décembre", sur Europe 1. Le "go sanitaire" sera donné dans les délais, assure-t-il. 

 

Vers un report d'une semaine du Black Friday

La grande distribution, le commerce et le commerce en ligne ont accepté vendredi de décaler d'une semaine le "Black Friday" prévu le 27 novembre, "sous réserve d'une réouverture des commerces d'ici là", ont-ils annoncé dans un communiqué commun avec le ministère de l'Economie.

"Cet accord unanime a été conclu en vue de permettre une réouverture prochaine des commerces dans des conditions de sécurité sanitaire maximale", expliquent les signataires, à l'issue d'une réunion sur le sujet avec le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. De son côté, le directeur général d'Amazon France, Frédéric Duval, a annoncé, jeudi soir, que le géant de la vente en ligne acceptait de reporter le Black Friday du 27 novembre au 4 décembre. Un soulagement pour les petits commerçants français qui vont probablement pouvoir rouvrir leurs portes dès le 27 novembre.

Le pic de la seconde vague vraisemblablement franchi

Le pic de la seconde vague de l'épidémie de Covid-19 en France a vraisemblablement été franchi, a indiqué vendredi l'agence sanitaire Santé publique France, qui appelle toutefois à maintenir les "mesures de prévention". "Même si les indicateurs restent à des niveaux élevés, leur observation suggère que le pic épidémique de la seconde vague a été franchi", a expliqué l'agence sanitaire dans un communiqué.

Selon Santé publique France, "les résultats actuels permettent de constater une diminution franche de tous les indicateurs, plus marquée dans les premières métropoles mises sous couvre-feu". L'agence sanitaire estime que ces mesures ont eu "un effet direct": c'est en effet ce que semble prouver "la temporalité entre la mise en application du premier couvre-feu et l'inversion de la tendance une dizaine de jours plus tard".

Les personnes prioritaires vaccinées "dans les premiers mois de 2021" ?

Une fois les premiers vaccins contre le Covid-19 disponibles en France, les publics prioritaires pourront être vaccinés "dans les premiers mois de 2021", a estimé vendredi une responsable de la Haute autorité de santé (HAS), disant "ne pas craindre une pénurie". "On table sur deux ou trois mois pour cette étape de vaccination des personnes qui sont visées prioritairement. Ce serait donc les premiers mois de 2021", a déclaré Elisabeth Bouvet, présidente de la commission technique des vaccinations de la HAS, au cours d'un point presse en ligne.

De leur côté, plusieurs dirigeants dont la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, ont appelé le G20 a comblé un manque de 4,5 milliards de dollars dans le fonds de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), pour notamment distribuer des vaccins contre le coronavirus.

30 à 40% des Parisiens vaccinés à partir de janvier ? 

La mairie de Paris se tient prête à vacciner 30 à 40% de la population parisienne contre le Covid-19 à partir de janvier, dans le scénario le plus optimiste, en ciblant "les plus de 65 ans et les plus fragiles", a annoncé vendredi l'adjointe à la Santé Anne Souyris. "Nous espérons vacciner la population, qui le souhaite, dès que cela sera possible", a temporisé l'entourage de la maire de Paris, reprenant les déclarations de Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique qui estime "au premier semestre l'arrivée de vaccins fiables et acceptables".

Jusqu'à six mois d'immunité après une infection, selon une étude 

Les personnes atteintes par le nouveau coronavirus sont très peu susceptibles de contracter de nouveau la maladie les six mois suivant, relève une étude de l'université britannique d'Oxford et des hôpitaux universitaires d'Oxford présentée vendredi.

Leurs recherches, qui n'ont pas encore été évaluées par les pairs, se fondent sur une étude menée entre avril et novembre 2020 auprès de 12.180 soignants employés dans les hôpitaux universitaires d'Oxford. "C'est une très bonne nouvelle, car nous pouvons être sûrs que, du moins sur le court terme, la plupart des personnes qui contractent le Covid-19, ne l'auront plus", a-t-il commenté. "Les niveaux d'anticorps diminuent avec le temps, mais cette dernière étude montre qu'il existe une certaine immunité chez ceux qui ont été infectés", a-t-il dit.

Les compagnies aériennes auront besoin de 70 à 80 milliards de dollars d'aides en plus 

Les compagnies aériennes auront besoin de 70 à 80 milliards de dollars d'aides supplémentaires de la part des gouvernements pour survivre à la crise du Covid-19 qui épuise leurs trésoreries, a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général de l'association internationale du transport aérien (Iata), au journal La Tribune.

Le secteur a déjà reçu 160 milliards de dollars d'aides de la part des gouvernements mais "pour les prochains mois, les besoins de l'industrie devraient être évalués à 70 à 80 milliards de dollars d'aides supplémentaires. Sinon des compagnies ne survivront pas", a estimé Alexandre de Juniac dans un entretien à l'occasion du "Paris Air Forum", une rencontre dédiée au transport aérien. 

La pandémie décélère en Europe 

L'Europe est restée l'épicentre de l'épidémie de Covid-19 ces sept derniers jours, malgré une baisse des nouvelles contaminations. Avec 264.100 nouveaux cas quotidiens, le Vieux continent est la région enregistrant le plus de nouvelles contaminations, loin devant les Etats-Unis/Canada (172.200 par jour). Mais les nouveaux cas refluent (-7%) dans une Europe où de nombreux pays sont confinés ou soumis à des couvre-feux. 

La plus forte décrue est observée au Népal (- 41%, 1.500 nouveaux cas par jour). Suivent la République tchèque (-38%, 5.100), la France (-37%, 26.800), la Belgique (-36%, 4.300) et le Mexique (-35%, 4.000). La République tchèque, la France et la Belgique ont décrété de fortes restrictions ces dernières semaines.

Toronto confinée à partir de lundi

La plus grande ville du Canada, Toronto, et une grande partie de sa banlieue seront placées en "confinement" à partir de lundi en raison de l'aggravation de l'épidémie de Covid-19, a annoncé vendredi le Premier ministre de l'Ontario. "À compter de lundi 23 novembre à minuit une, Toronto et Peel seront placées en confinement", a indiqué Doug Ford lors d'une conférence de presse. "La situation est extrêmement sérieuse et d'autres actions sont nécessaires", a-t-il justifié.

56 millions de cas dans le monde, 1,36 million de morts

Plus de 56.872.830 cas, causant 1.360.914 décès, ont été officiellement détectés dans le monde depuis le début de la pandémie, selon un bilan établi vendredi par l'AFP. Après les Etats-Unis qui comptent 252.555 morts, les pays les plus touchés sont le Brésil (168.061), l'Inde (131.578), le Mexique, devenu le quatrième pays à dépasser les 100.000 morts (100.104), et le Royaume-Uni (53.775).