Coronavirus : plus de 32.000 contaminations en 24h en France, nouveau record

, modifié à
  • A
  • A
Le couvre-feu est entré en vigueur en Ile-de-France.
Le couvre-feu est entré en vigueur en Ile-de-France. © AFP
Partagez sur :
Face au rebond de l'épidémie de coronavirus, de nouvelles mesures sont entrées en vigueur samedi en France, dont la mise en place d'un couvre-feu à partir de 21 heures dans plusieurs grandes villes. D'autres pays d'Europe ont également renforcé leur protocole sanitaire.
L'ESSENTIEL

Face au rebond de l'épidémie de coronavirus, place aux nouvelles restrictions. Des couvre-feux sont ainsi entrés en vigueur samedi en Île-de-France et dans les métropoles de Lyon, Lille, Toulouse, Montpellier, Saint-Etienne, Aix-Marseille, Rouen et Grenoble. Du côté du bilan, les chiffres ne s'améliorent pas, le nombre de nouvelles admissions en réanimation continuant d'augmenter fortement.

Ailleurs en Europe, les protocoles sanitaires se durcissent également : interdiction de se réunir à Londres, écoles fermées en Pologne, réduction des interactions sociales en Allemagne... l'ensemble du Vieux Continent suit le mouvement. 

Les informations à retenir

  • L'épidémie a désormais fait 33.303 morts en France
  • Nouveau record en France, samedi, avec plus de 32.000 contaminations en 24 heures, le nombre de malades en réanimation a continué à progresser
  • Le couvre feu est entré en vigueur en Île-de-France et dans huit métropoles
  • Plus d'1,1 million de morts sont à déplorer dans le monde

32.427 nouveaux cas en 24 h, près de 1.900 patients en réanimation

Le nombre d'infections par le Covid-19 a atteint un nouveau record samedi, avec plus de 32.000 contaminations en 24 heures. Un niveau jamais atteint depuis le lancement des tests à grande échelle. Un record à 30.621 cas avait été établi jeudi, et le cap des 20.000 cas avait été franchi le 9 octobre seulement.

Le nombre de malades en réanimation, lui, a continué à progresser, selon les chiffres officiels. 1.868 patients atteints de la forme la plus grave de la maladie se trouvent actuellement hospitalisés dans un service de réanimation, soit 77 de plus que la veille. Au cours des dernières 24 heures, 175 nouveaux malades ont été admis dans ces services, et sur les sept derniers jours, ce sont 1.204 patients qui y ont fait leur entrée. Le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué jeudi que la France disposait d'un total de 5.800 lits de réanimation.

La France a par ailleurs enregistré 90 décès sur les dernières 24 heures (contre 122 la veille), portant le bilan total des décès depuis le début de l'épidémie à 33.392.

Le couvre-feu est entré en vigueur dans plusieurs villes, le monde de la culture s'adapte

La région parisienne et huit autres métropoles françaises ont vécu une dernière soirée de liberté avant l'entrée en vigueur de couvre-feux dans la nuit de vendredi à samedi. Mais depuis samedi minuit, les habitants de l'Île-de-France et des métropoles de Lyon, Lille, Toulouse, Montpellier, Saint-Etienne, Aix-Marseille, Rouen et Grenoble ont pour obligation de rester chez eux entre 21 heures et 6 heure, sauf dérogations. 

Ces dernières ne s'appliquent qu'aux personnes qui rentrent du travail ou d'un lieu d'études ou s'y rendent, font valoir un impératif de santé, doivent rendre visite à un proche en situation de dépendance, garder des enfants, répondre à une convocation judiciaire ou administrative ou promener leur animal de compagnie dans un rayon d'un kilomètre. Sur le chemin ou à la sortie des gares et aéroports, les billets d'avion et de train feront foi. Comme pendant le confinement du printemps, les personnes sortant pendant les heures de couvre-feu devront avoir sur elles des attestations de déplacements dérogatoires.

Face à ces nouvelles restrictions, le secteur de la culture est contraint de s'adapter. Pour compenser l’absence de séances du soir, les cinémas MK2 vont ainsi projetter des films dès 8 heures du matin. Les dernière séances du soir pourraient également être avancées. Plus de détails dans cet article.

Vacances de la Toussaint : les cités touristiques craignent l'exode des citadins

Alors que l'Ile-de-France et huit autres métropoles doivent désormais faire respecter un couvre-feu à partir de 6 heures, les vacances de la Toussaint ont démarré vendredi, et certaines villes touristiques, jusqu'alors plutôt épargnées par le virus et par ces mesures de restriction, craignent un afflux de visiteurs. C'est pourquoi plusieurs d'entre elles ont d'ores et déjà adopté elles aussi des mesures de restriction. Au Touquet, il sera ainsi interdit de circuler de minuit à 6 heures du matin. À Deauville et à Trouville, dans le Calvados, les bars fermeront à 21 heures et les restaurants à 22 heures. Sur la côte basque, à Biarritz, il est envisagé de fermer les bars et restaurants à 23h30.

"Aggravation brutale" de l'épidémie en Polynésie française

La Polynésie française fait face à "une aggravation brutale de l'épidémie", a estimé vendredi le haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, alors que le président du gouvernement local, Edouard Fritch, est à l'isolement après avoir été testé positif au Covid-19 il y a une semaine.

Selon la direction locale de la santé, le taux d'incidence, qui décompte le nombre de cas sur 7 jours pour 100.000 habitants, a atteint mercredi 409, un niveau qui le place parmi les plus élevés de France, et grimpe même à près de 500 chez les 15-44 ans, alors que le taux de reproduction est désormais de 1,4, soit bien au-dessus de la limite fixée par les scientifiques afin d'éviter une hausse du nombre de cas.

Le territoire connaît également une forte hausse du nombre d'hospitalisations, faisant craindre un risque de saturation, possiblement courant novembre, alors que le centre hospitalier de Tahiti peut accueillir 200 malades du coronavirus et 60 en réanimation. Plus inquiétant, le virus a commencé à se propager dans de petites îles, sans doute à la faveur des élections sénatoriales du 27 septembre, à l'issue desquelles plusieurs élus venus voter à Papeete ont été testés positifs à leur retour sur leur île.

La Polynésie comptait vendredi 939 cas actifs pour une population de 280.000 habitants. Au cours des trois derniers mois, 3.735 personnes ont été testées positives et 14 sont décédées.

L'Europe serre la vis face à la deuxième vague

Les nouvelles contaminations ont bondi cette semaine sur le continent européen (+44% par rapport à la semaine précédente), poussant plusieurs pays à agir. Au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d'Europe (43.429 morts, 15.000 nouveaux cas vendredi), les autorités ont encore durci les restrictions. Depuis samedi, à Londres et dans plusieurs autres zones, soit pour 11 millions de personnes, es réunions en intérieur entre famille et amis de différents foyers sont interdites.

Le Lancashire (nord-ouest) et Liverpool sont en alerte sanitaire maximale (pas de rencontre entre différents foyers en intérieur comme en extérieur, fermeture des pubs ne servant pas de repas). Dans la province d'Irlande du Nord, pubs et restaurants ont fermé vendredi pour un mois et les vacances scolaires été prolongées.

En Allemagne, qui a comptabilisé 7.830 nouveaux cas en 24 heures - un record pour le pays -, Angela Merkel a solennellement demandé samedi à ses concitoyens de réduire au maximum leurs relations sociales.
"Renoncez à tout voyage qui n'est pas vraiment nécessaire, à toute célébration qui n'est pas vraiment nécessaire. Veuillez rester chez vous", a déclaré la chancelière dans son podcast hebdomadaire. "Ce que sera l'hiver, ce que sera notre Noël, sera décidé dans les jours et les semaines à venir".

De nouvelles restrictions entrent également en vigueur à Varsovie et d'autres grandes villes de Pologne : collèges et lycées fermés pratiqueront l'enseignement à distance, les restaurants devront fermer à 21h, les cérémonies de mariage seront interdites et le nombre de personnes admises dans les magasins, les transports publics et les offices religieux limité.

Plus d'1,1 million de mort dans le monde

Plus d'1,1 million de décès dus au nouveau coronavirus ont été officiellement recensés dans le monde, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles samedi. Au total, au moins 1.105.691 morts, pour 39.368.710 cas, ont été déclarées. Près d'un décès sur cinq a eu lieu aux États-Unis, pays le plus endeuillé au monde avec 218.602 morts.