Covid-19 : 25.000 nouveaux cas, baisse des hospitalisations

, modifié à
  • A
  • A
Le nombre d'hospitalisations est en baisse.
Le nombre d'hospitalisations est en baisse. © AFP
Partagez sur :
Le régulateur européen des médicaments et l'Union européenne a donné son accord pour le vaccin Moderna. Un Conseil de défense s'est tenu mercredi matin, à l'issue duquel le gouvernement a annoncé l'ouverture de 500 centres de vaccination dans les deux semaines. 
L'ESSENTIEL

Alors que le vaccin Moderna a été approuvé par le régulateur européen des médicaments et l'UE, l'épidémie de coronavirus s'aggrave un peu partout après les fêtes de fin d'année. Alors que certains pays ont choisi de retarder la deuxième injection du vaccin BioNtech/Pfizer, le laboratoire a mis en garde, estimant que l'efficacité maximale dans ce cas n'était plus démontrée.

En France, un conseil de défense se tient mercredi matin, à la veille d'une conférence très attendue du Premier ministre Jean Castex sur la stratégie de vaccination. 500 centres de vaccination devraient être ouverts dans les deux semaines, a assuré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. 

Les principales informations à retenir

  • Le vaccin de Moderna vient d'être approuvé au niveau européen
  • 500 centres de vaccination vont être ouverts dans les deux semaines en France, selon le gouvernement
  • Deux à trois centres de vaccination devraient être identifiés par département, selon les informations d'Europe 1
  • Le laboratoire BioNTech met en garde contre le retard de la 2e injection de son vaccin

L'Europe approuve le vaccin Moderna

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a donné mercredi en milieu de journée son feu vert au vaccin du laboratoire américain Moderna contre le coronavirus, le deuxième vaccin auquel elle donne son accord pour utilisation dans l'Union européenne. "L'EMA a recommandé d'accorder une autorisation conditionnelle de mise sur le marché pour le vaccin contre le Covid-19 de Moderna pour prévenir la maladie chez les personnes âgées de plus de 18 ans", selon un communiqué de l'autorité européenne de régulation pour les médicaments, basée à Amsterdam. Plus tard dans l'après-midi, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a indiqué que l'UE avait approuvé ce vaccin. On vous explique ce que l'on sait de ce vaccin dans ce décryptage.

Plus d'un million de doses de vaccin Pfizer-BioNTech administrées dans l'UE

Plus d'un million d'habitants de l'Union européenne ont reçu une dose de vaccin contre le Covid-19, les Danois, les Allemands et les Italiens faisant la course en tête, selon un bilan établi mercredi par l'AFP. Depuis le début de la campagne de vaccination européenne fin décembre, au moins 1,1 million de personnes, soit environ 0,2% de la population de l'Union, ont reçu une dose du vaccin de l'alliance américano-allemande Pfizer-BioNTech, le seul actuellement administré dans l'UE.

En comparaison, les Etats-Unis ont administré des doses à plus de 4,84 millions de personnes (1,5% de leur population), la Chine à plus de 4,5 millions de personnes (0,3%, au 31 décembre), Israël à 1,49 millions de personnes (17,2%) et le Royaume-Uni à plus de 1,3 million de personnes (1,9%). Tous ces pays ont démarré leur campagne avant l'Union européenne.

Dans l'UE, c'est l'Allemagne qui a réalisé le plus d'injections (367.331), devant l'Italie (260.948), la Pologne (140.226), l'Espagne (139.339) et le Danemark (63.312), selon les dernières données disponibles.

En France, hospitalisations et réanimations sont en baisse

Selon les derniers chiffres publiés mercredi par les autorités sanitaires, le nombre d'hospitalisations et de réanimations est en baisse. 24.741 patients sont actuellement hospitalisés en raison du coronavirus, soit 163 de moins que la veille. 2.616 personnes se trouvent en réanimations (-9). 

25.379 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures. Cette donnée quotidienne a énormément varié depuis la mi-décembre, oscillant entre quelque 3.000 et plus de 21.000. Mais toujours loin, en moyenne, de l'objectif gouvernemental de descendre à 5.000 cas par jour. 

283 nouveaux décès ont été recensés. Au total, 66.565 personnes sont mortes en France depuis le début de l'épidémie. 

500 centres de vaccination vont ouvrir 

Critiqué de toutes parts, le gouvernement cherche à accélérer la campagne de vaccination. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a annoncé mercredi que la France sera dotée de 500 centres de vaccination hors hôpitaux. "Nous ouvrons 100 centres destinés à la ville. Ce n'est qu'un début: nous en ouvrirons 300 la semaine prochaine et 500 celle d'après", a déclaré le représentant du gouvernement à l'issue du premier Conseil des ministres de l'année. "Le président de la République a indiqué 500 à 600 centres dans les prochaines semaines, c'est-à-dire 5 à 6 par département", a-t-il rappelé.

Les présidents de région, eux, vont formuler plusieurs propositions au gouvernement, toujours d'après nos informations. Toujours selon nos informations dévoilées ce matin, deux cabinets de conseil privés aident le gouvernement sur la stratégie vaccinale. Il s'agit des cabinets Mc Kinsey et Price Waterhouse Cooper, à propos de la logistique, l'approvisionnement, la distribution des vaccins, et le risque de pénurie de seringues.

L'Allemagne prolonge et renforce ses restrictions

Confrontée à une forte dégradation de la situation sanitaire ces dernières semaines, l'Allemagne a prolongé et renforcé ses restrictions jusqu'au 31 janvier. La plupart des magasins non alimentaires, les bars, restaurants, équipements culturels, de loisirs et les écoles vont rester fermés. Les rassemblements privés ne sont autorisés, en dehors de son propre ménage, qu'avec une autre personne, contre cinq d'un autre foyer jusqu'ici. Si l'Allemagne a déjà vacciné près de 265.000 personnes, sa stratégie de vaccination est, comme en France, sous le feu des critiques. Lisez ici notre décryptage.

Les restrictions se multiplient dans le monde

Au Sénégal, l'état d'urgence assorti d'un couvre-feu nocturne pour deux régions (Dakar et Thiès) a été annoncé par le président sénégalais Macky Sall. Ces nouvelles restrictions pour arrêter la hausse du coronavirus sont valables à partir de mercredi. Le pays fait face depuis la mi-novembre à une deuxième vague de coronavirus.

En Amérique latine, plusieurs provinces d'Argentine dont celle de Buenos Aires ont décidé d'imposer à nouveau mardi des couvre-feux ou des restrictions de circulation pour contenir la propagation du Covid-19, dont le nombre de nouveaux cas a augmenté ces dernières semaines, ont indiqué les autorités.

L'Angleterre n'a d'autres choix que de se reconfiner, assure Johnson

Engagée dans un "sprint" pour déployer le vaccin contre le coronavirus, l'Angleterre n'a d'autre choix que de se reconfiner face à la flambée des contaminations attribuée à un variant plus contagieux, a assuré mercredi le Premier ministre britannique Boris Johnson.

La gravité de la situation a été confirmée par le bilan quotidien des autorités sanitaires : avec plus de 1.000 décès enregistrés en une journée pour la première fois depuis avril, le Royaume-Uni compte désormais 77.436 morts, le plus lourd bilan en Europe. Le nombre de nouveaux cas comptabilisés (plus de 62.000) laisse craindre une  aggravation dans les semaines à venir, d'autant que les hôpitaux sont déjà très chargés avec plus de 30.000 patients atteints de la maladie Covid-19.

"Nous n'avons d'autre choix que de retourner à un confinement national en Angleterre", le troisième depuis mars dernier, a déclaré Boris Johnson devant les députés, qui se prononceront dans la soirée sur ces nouvelles restrictions. 

Nouveau record de morts en 24h aux États-Unis, Los Angeles débordée

Les États-Unis ont déploré mardi un nouveau record de décès sur 24 heures avec plus de 3.930 morts, selon les chiffres de l'université Johns Hopkins qui font référence. Dans le même temps, le pays a enregistré plus de 250.000 nouvelles contaminations. Le nombre de personnes hospitalisées est aussi à un plus haut depuis le début de la pandémie, avec plus de 131.000 patients occupant des lits pour cause de Covid-19, selon les données du Covid Tracking Project.

Submergés par des cas de Covid-19 qui battent des records depuis plusieurs semaines, les services d'urgence de Los Angeles ont commencé à rationner l'oxygène et les lits, demandant désormais aux ambulanciers de ne plus transporter vers les hôpitaux certains patients en arrêt cardiaque aux chances de survie quasi nulles.

Une équipe d'enquêteurs de l'OMS sur l'origine du Covid se déplace en Chine

Selon les informations d'Europe 1, une équipe d'enquêteurs de l'OMS sur l'origine de la pandémie est arrivée à Pékin, où elle va observer une période de quarantaine d'au moins deux semaines. Une fois leur quarantaine terminée, les experts de l'OMS se rendront à Wuhan, considéré comme l'épicentre de la pandémie qui a causé à ce jour plus de 1,8 million de morts sur l'ensemble de la planète. On vous en dit plus dans cet article.

Mardi, le chef de l'agence de l'ONU, avait annoncé que l'équipe de l'OMS chargée de l'enquête était en route vers la Chine mais qu'elle n'avait pas reçu toutes les autorisations nécessaires, se disant "très déçu". "Aujourd'hui, nous avons appris que les responsables chinois n'ont pas encore finalisé les autorisations nécessaires à l'arrivée de l'équipe en Chine", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus aux journalistes.

Plus de 1,85 million de morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1,86 million de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi matin. Plus de 86,39 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie. Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 357.377 décès, suivis du Brésil (197.732 morts), de l'Inde (150.114), du Mexique (128.822) et de l'Italie (76.329).