Coronavirus : 42.207 morts en France, plus de 4.700 réanimations

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus Réa Covid Hôpital
Ce mardi, la France compte 42.207 morts en France. © AFP
Partagez sur :
Mardi, le dernier bilan du coronavirus fait état de 42.207 morts en France et plus de 4.700 personnes en réanimation. "Le pic est devant nous", avait averti lundi Jérôme Salomon, alors que quatre informations judiciaires ont été ouvertes sur la gestion de la crise. Jean Castex tiendra une conférence de presse jeudi soir dans un contexte sanitaire très difficile.
L'ESSENTIEL

Alors que la pandémie de coronavirus continue de s'étendre, quatre informations judiciaires ont été ouvertes sur la gestion de la crise par le parquet de Paris. En France, on compte ce mardi 42.207 morts du coronavirus et 4.736 patients en réanimation. Mardi, les enseignants du secondaire étaient appelés à la grève pour réclamer un protocole sanitaire renforcé. Le Premier ministre Jean Castex tiendra une conférence de presse, jeudi, à 18 heures.

Les laboratoires Pfizer et BioNTech ont annoncé un vaccin "efficace à 90%". L'Europe est redevenue ces dernières semaines l'épicentre de la pandémie avec 12,6 millions de cas confirmés. Plus de 50 millions de cas ont été détectés sur la planète. 

Les informations à retenir 

  • Quatre informations judiciaires ont été ouvertes sur la gestion de la crise
  • Le Premier ministre Jean Castex tiendra une conférence de presse jeudi à 18h
  • La France a enregistré un total de 42.207 morts depuis le début de l'épidémie
  • Pfizer annonce que son vaccin est efficace à 90%, selon des résultats partiels 

42.207 morts en France, l'épidémie continue de progresser

472 malades du Covid-19 sont décédés à l'hôpital ces dernières 24 heures, tandis que le même chiffre a été enregistré pour les entrées en réanimation, selon les données publiées mardi par Santé publique France. La France compte donc 42.207 morts du coronavirus. Néanmoins, les chiffres de la mortalité dans les Ehpad et les EMS n'était pas disponible. Lundi, la France avait enregistré le bilan quotidien le plus élevé depuis le début de la 2e vague épidémique avec 551 morts en 24 heures. Le record de décès comptabilisés en 24 heures à l'hôpital lors de la première vague de l'épidémie avait été franchi le 6 avril, avec 613 décès.

"Le pic de l'épidémie est devant nous, la 2e vague progresse toujours", avait mis en garde lundi le directeur général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon. Dans les services de réanimation, les admissions sont également à la hausse avec 472 de plus en 24 heures, soit un total de 4.736 patients touchés par le Covid-19 dans ces services, sur une capacité totale et toutes pathologies confondues déjà portée de 5.000 à 6.400 lits et qui devrait bientôt passer à 7.500. 

31.477 malades du Covid sont actuellement hospitalisés, avec plus de 3.168 en 24 heures, se rapprochant du pic enregistré le 14 avril, avec 32.292 hospitalisations

"Le pic est devant nous" malgré un "ralentissement"

Lors d'une conférence de presse lundi, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a estimé que "le pic [de la deuxième vague] est devant nous", et que "la deuxième vague est toujours en cours". Pour étayer ses dires, Jérôme Salomon a dévoilé les derniers chiffres du bilan sur l'Hexagone. Avec 551 nouveaux décès à l'hôpital recensés en 24 heures, on compte désormais 40.987 morts du coronavirus en France. Pas moins de 83 transferts de patients ont déjà eu lieu lors de cette deuxième vague, et "nous en prévoyons 200 supplémentaires dans les deux prochaines semaines". 

Alors que le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé dimanche qu'il y avait un "frémissement" et "une forme de ralentissement" dans la progression de l'épidémie en France, Jérôme Salomon a lui évoqué "une progression "plus lente de l'épidémie". Cette décrue est observée dans les "métropoles qui ont bénéficié du couvre-feu".

Gestion de la crise : quatre informations judiciaires ouvertes 

Quatre informations judiciaires ont été ouvertes mardi sur la gestion critiquée de la crise du Covid-19, comme l'a annoncé mardi le parquet de Paris dans un communiqué. 

Cinq mois après avoir ouvert une vaste enquête préliminaire, le pôle Santé publique du parquet de Paris a décidé de transmettre ses investigations à des juges d'instruction dans quatre informations judiciaires distinctes. 

Ouvertes contre X pour "abstention volontaire de combattre un sinistre", "mise en danger de la vie d'autrui" ou encore "homicides et blessures involontaires", ces informations judiciaires "regroupent 253 des 328 plaintes mettant en cause des décideurs et structures publics nationaux" adressées au parquet de Paris depuis le 24 mars. 

Ces plaintes ciblaient parfois nommément des responsables de l'administration, notamment Jérôme Salomon, en première ligne médiatique sur l'épidémie, ou encore Santé Publique France. Sont également visés, entre autres, l'administration pénitentiaire et le ministère du Travail.

Le télétravail progresse en France 

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a affirmé mardi au Parisien que les salariés pouvant télétravailler l'avaient fait "en moyenne" la semaine dernière un jour de plus que la semaine précédente, à la fin de laquelle le reconfinement avait commencé. "En moyenne, ceux qui ont télétravaillé la semaine dernière l'ont fait à raison de 3,7 jours contre 2,7 jours la semaine d'avant. Au total, 45% des salariés" du secteur privé "ont fait du télétravail et 23% l'ont fait à 100% du temps", précise Élisabeth Borne, en citant les résultats d'un sondage Harris Interactive réalisé la semaine dernière pour son ministère.

Castex prévoit une conférence de presse jeudi 

Le Premier ministre tiendra une conférence de presse jeudi à 18 heures afin de faire un point hebdomadaire sur l'évolution de la situation épidémique et le confinement, a annoncé mardi Matignon. Selon des sources concordantes au sein de la majorité, il sera cependant "trop tôt pour prendre des décisions" afin d'assouplir les restrictions, en dépit d'appels provenant notamment des petits commerçants. Toujours de sources concordantes, ce point presse, devenu hebdomadaire mais animé parfois par le ministre de la Santé Olivier Véran, sera précédé, dans la matinée, par un Conseil de défense à l'Elysée dédié au Covid-19.

Et Darmanin veut renforcer les contrôles 

Selon les informations d'Europe 1, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a envoyé le 9 novembre un télégramme à l’ensemble des préfets pour demander un "renforcement des actions de contrôle du confinement", et insiste sur la nécessité de sanctions contre les personnes ne respectant pas le confinement. Car depuis plusieurs jours, les policiers et les gendarmes constatent un relâchement, particulièrement dans les grandes villes. 

Le ministre de l’Intérieur se veut clair dans ses consignes adressées aux préfets : "Je vous demande une particulière fermeté pour faire respecter, sur le terrain […] les rassemblements privés, les rassemblements de voie publique et la fermeture des établissements recevant du public, mais également les déplacements individuels n’entrant pas dans le champ des exceptions autorisées". Et dans les grandes villes, la consigne est de faire davantage de contrôles dans les parcs et jardins. Plus de détails dans cet article

 

Un vaccin aux tests "encourageants"…

Le vaccin développé par Pfizer et Biontech est "efficace à 90%", ont affirmé lundi les deux laboratoires (les détails dans notre article ici), après la première analyse intermédiaire de leur essai de phase 3, la dernière avant une demande d'homologation. Cette "efficacité vaccinale" a été mesurée en comparant le nombre de participants infectés par le nouveau coronavirus dans le groupe qui a reçu le vaccin et dans celui sous placebo, "sept jours après la deuxième dose" et 28 jours après la première, ont-ils expliqué dans un communiqué conjoint.

Peu de temps après la diffusion du communiqué des deux laboratoires, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a jugé l'annonce "encourageante". 

… mais encore des obstacles à franchir 

"Il faut rester prudent sur un certain nombre de choses, mais c'est une grande nouvelle, ces laboratoires donnent une raison d'espérer", s'enthousiasme Christian Bréchot, médecin, virologue et président du Global Virus Network, mardi sur Europe 1. "Ils ont obtenu des résultats absolument remarquables. Mais ils sont intermédiaires," nuance-t-il. Plusieurs points restent en effet à éclaircir, souligne le virologue. Il est par exemple difficile de déterminer la durée de l'immunité permise par ce vaccin, ainsi que les effets secondaires qu'il pourrait causer.

Selon les projections des laboratoires, environ 1,3 milliard de doses pourraient être produites en l'espace d'une année. Un nombre considérable... Mais loin d'être suffisant pour vacciner l'ensemble des habitants de la planète. "La priorité sera donnée aux personnes à risque, c'est-à-dire aux personnels soignants et aux personnes qui ont des fragilités. Celles qui sont âgées ou qui ont des antécédents de santé par exemple", développe Christian Bréchot. Retrouvez son interview complète ici.

"35 millions de doses" budgétisées en France

En France, le gouvernement se tient prêt. "Nous avons prévu 1,5 milliard d'euros, ce qui, avec le coût moyen qui est estimé et qui est espéré permettrait 35 millions de vaccinations", a annoncé lundi sur Europe 1 Olivier Dussopt, le ministre délégué aux Comptes publics. Et si besoin, la France fera l'effort budgétaire nécessaire pour acquérir plus de doses. "Nous avons fait en sorte que ce projet de loi de financement de la Sécurité sociale, comme tous les PLFSS, puisse être rechargé autant que nécessaire si un vaccin était prêt  l'année prochaine", a assuré le ministre.

Près de 51 millions de cas et plus de 1,26 million de morts dans le monde

Au total 50.907.770 cas, dont 1.263.890 décès, ont été officiellement détectés dans le monde depuis le début de la pandémie, selon un bilan réactualisé mardi midi par l'AFP.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 238.251 décès. La première puissance mondiale a par ailleurs franchi la barre des 10 millions de cas détectés de contamination (10.110.552 cas), selon le comptage de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. Il n'aura fallu que dix jours au pays, le plus endeuillé au monde par le Covid-19, pour passer de 9 à 10 millions de cas confirmés après avoir enregistré la semaine dernière plusieurs records de nouvelles infections journalières.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 162.628 morts, l'Inde avec 127.059 morts, le Mexique avec 95.255 morts, et le Royaume-Uni avec 49.063 morts.

La Russie a par ailleurs enregistré lundi un nouveau record de contaminations quotidiennes par le Covid-19 avec près de 22.000 cas, Moscou dépassant notamment pour la première fois le pic du mois de mai. Les autorités russes ont jusqu'ici exclu tout nouveau confinement d'ampleur, estimant que des mesures restrictives comme celles imposées au printemps seraient trop dommageables pour l'économie.