Coronavirus : 96.847 morts, la pression hospitalière toujours en hausse

, modifié à
  • A
  • A
5.433 personnes sont hospitalisées lundi en réanimation.
5.433 personnes sont hospitalisées lundi en réanimation. © AFP
Partagez sur :
Le dernier bilan du coronavirus fait état de 96.847 morts en France, tandis que le nombre de personnes en réanimation continue de grimper. Depuis samedi, les restrictions contre l'épidémie de Covid-19 sont étendues à tout le territoire et sont prévues pour quatre semaines "à ce stade". Après le week-end de Pâques, des contrôles fermes doivent reprendre dès mardi.
L'ESSENTIEL

Le dernier bilan du coronavirus fait état de 96.847 morts en France, tandis que le nombre de personnes en réanimation continue de grimper. Des contrôles plus fermes devraient reprendre dès mardi pour faire respecter les restrictions strictes mises en places pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Dans l'Hexagone, où la pression sur les services de réanimation continue d'augmenter jour après jour, ces mesures renforcées entrées en vigueur samedi dans tout le pays sont prévues pour quatre semaine "à ce stade", a rappelé l'exécutif.

Mais alors que les mesures sont de moins en moins acceptées par les Français, le gouvernement doit faire face à la polémique autour de dîner clandestins auxquels auraient participé des ministres, selon une source qui s'est finalement rétractée. 

Les informations à retenir : 

  • 5.433 patients en réanimation, la pression hospitalière continue d'augmenter
  • Les restrictions sont prévues pour durer quatre semaines "à ce stade", selon l'exécutif
  • La polémique enfle autour de dîners clandestins auxquels des "ministres" auraient participé à Paris
  • Le Royaume-Uni va alléger les restrictions sanitaires à partir du 12 avril

Le nombre de patients en réanimation continue d'augmenter

On dénombrait lundi 5.433 personnes dans les services de réanimation des hôpitaux, contre 5.341 la veille. Il y a eu 284 nouvelles admissions en 24 heures, précise Santé publique France. Le nombre d'hospitalisations est également en hausse, avec 29.907 patients, dont 1.219 nouvelles admissions en 24 heures (1.224 la veille). En 24 heures, 197 nouveaux décès ont été enregistrés. Au total, depuis le début de l'épidémie, la maladie a emporté 96.847 personnes. 

Selon les autorités sanitaires, près de 9,3 millions de personnes ont reçu au moins une injection d'un vaccin contre le Covid-19. Alors que le gouvernement cherche à accélérer la campagne de vaccination, un outil utile vient d'être créé avec le concours de deux médecins de l'hôpital Foch de Suresnes : le nouveau service Covidliste permet d'éviter des gaspiller les doses que les médecins n'ont pas utilisées en les administrant à des volontaires inscrits en ligne en fin de journée. Plus de détails ici

Les restrictions prévues pour quatre semaines "à ce stade"

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a affirmé dimanche que les nouvelles restrictions étaient prévues "à ce stade" pour durer quatre semaines, et que le président de la République pourrait s'exprimer à nouveau devant les Français "d'ici la fin du mois".

"Ces mesures ont été annoncées pour quatre semaines. Il n’est pas prévu qu’elles aillent au-delà des 4 semaines à ce stade", a déclaré le représentant du gouvernement sur LCI, même si "il ne faut jamais rien exclure par principe pour l’avenir". "Il y a un calendrier annoncé par le président de la République. Si ce calendrier a été annoncé, c’est parce qu’on sait, on croit, que les efforts de tous vont permettre de le tenir", a-t-il ajouté. 

Le gouvernement "commence à voir des signaux qui peuvent rendre optimiste sur les mesures qui avaient été mises en place", "avec un début de stabilisation de l'épidémie", a précisé Gabriel Attal.

Des vaccins produits en France dès cette semaine

La production de vaccins en France contre le Covid-19 doit démarrer mercredi, chez un sous-traitant français Delpharm, a-t-on appris lundi auprès du ministère français de l'Economie et des Finances, confirmant des informations de presse. "La production doit commencer cette semaine, en l'occurrence mercredi chez Delpharm, dans son usine de Saint-Rémy-sur-Avre (dans l'Eure-et-Loir, dans le nord-ouest de la France) pour (le compte du laboratoire allemand) BioNTech", partenaire de l'américain Pfizer, a indiqué Bercy. 

"Ils vont commencer par la production de lots-tests dans un premier temps, pour s'assurer que tout est conforme aux standards de qualité attendus et basculeront ensuite le plus rapidement possible sur de la production de lots commerciaux", a précisé le ministère de l'Économie français.

10.000 vaccinations en un week-end dans l'antre de l'OL

Quelque 10.000 personnes ont été vaccinées contre le coronavirus durant le week-end de Pâques au Groupama Stadium, l'enceinte de l'Olympique lyonnais mise à disposition par le club pour une opération "coup de poing". Le contrôleur général Serge Delaigue, patron des pompiers du Rhône qui assuraient les injections de vaccin, a évoqué "un véritable succès" sur Twitter.

L'Olympique lyonnais a mis à disposition l'enceinte sportive jusqu'au début du mois de mai, période pendant laquelle le club joue à l'extérieur. La seconde injection se fera au même endroit et une autre campagne y est prévue les 17-18 avril.

Dans le nord, des doses de vaccin AstraZeneca peinent à trouver preneur

Des doses de vaccin AstraZeneca n'ont pas trouvé preneurs dans des centres de vaccinations du Nord et du Pas-de-Calais, en raison de la peur d'effets secondaires, ont alerté au cours du week-end de Pâques des élus et médecins de la région. La maire (LR) de Calais Natacha Bouchart a indiqué lundi à l'AFP disposer de "550 doses d'AstraZeneca à écouler" et n'avoir qu'environ 70 rendez-vous prévus pour les prochains jours, alors que les créneaux dédiés aux autres vaccins se remplissent facilement.

A Gravelines, le Dr Thierry Mraovic, l'un des coordinateurs du centre de vaccination Sportica, a indiqué sur son compte Twitter que 600 doses non-utilisées avaient dû être restituées, déplorant que "les critères actuels pour le vaccin AstraZeneca (soient) aujourd'hui limités à la population de plus de 55ans".

Polémique sur des dîners clandestins à Paris

Le procureur de Paris Rémy Heitz a ouvert dimanche une enquête pénale après un reportage de M6 sur des diners clandestins à Paris, alors qu'un organisateur s'est finalement rétracté après avoir affirmé anonymement que des ministres y participaient.

La chaîne privée avait diffusé vendredi un reportage en caméra cachée dans un lieu présenté comme "un restaurant clandestin situé dans les beaux quartiers", où les participants et les serveurs ne portent pas de masques et ne respectent pas les gestes barrières. M6 avait aussi diffusé d'autres images d'une soirée payante privée, où des dizaines de convives apparaissaient sans masque, certains se faisant la bise. Le tout au mépris des interdictions édictées pour freiner la propagation du Covid-19.

L’un des organisateurs affirmait en voix off déguisée avoir diné avec "un certain nombre de ministres". Pierre-Jean Chalençon, propriétaire du "Palais Vivienne", situé dans le centre de Paris, a implicitement reconnu être cette source, mais a plaidé qu'il faisait seulement de "l'humour" et maniait "le sens de l'absurde" quand il avait assuré que des ministres participaient à de tels repas. On vous explique ce qu'il faut savoir sur cette affaire dans cet article

De nouvelles restrictions en Europe 

Le Portugal prolonge les restrictions de passage aux frontières pour les touristes jusqu'au 15 avril, a annoncé le ministère de l’Intérieur. De son côté, l'Allemagne va placer les Pays-Bas en zone à haut risque en raison du nombre élevé de contaminations, a annoncé l'institut Robert-Koch, qui a déjà procédé de même pour trois autres pays frontaliers dont la France.

À partir de mardi minuit, tout voyageur en provenance des Pays-Bas devra présenter un test de dépistage du virus négatif pour pouvoir entrer sur le territoire allemand, selon l'institut de veille sanitaire. 

Allègement des mesures au Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, encouragé par l'amélioration de la situation au Royaume-Uni, a confirmé la réouverture le 12 avril en Angleterre des commerces non essentiels comme les coiffeurs, des terrasses des pubs ou des salles de gyms. Il a en revanche refusé de s'engager sur une date pour le retour des voyages à l'étranger, interdits jusqu'au 17 mai sauf raison essentielle.

"Nous ne voulons voir le virus réimporter dans ce pays depuis l'étranger. Il y a une résurgence dans certaines parties du monde", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse. Pour garder le contrôle sur le virus, le gouvernement compte renforcer le dépistage, avec deux tests par semaine proposés à toute la population et envisage un système controversé de passeport sanitaire pour les rassemblements de masse en Angleterre, comme les matchs de football et les événements en salle. 

Plus de 2,8 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait plus de 2.847.182 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche en milieu de journée. Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 554.994 morts, devant le Brésil (331.433), le Mexique (204.011), l'Inde (164.623) et le Royaume-Uni (126.826).