Coronavirus : ce qu'il faut retenir de la journée du lundi 2 mars

, modifié à
  • A
  • A
130 cas de coronavirus sont désormais confirmés en France. 6:25
130 cas de coronavirus sont désormais confirmés en France. © MAXIME PETIT / AFP
Partagez sur :
191 cas de coronavirus sont désormais confirmés en France et un troisième patient est mort, a annoncé lundi le ministère de la Santé, qui a mis en place une nouvelle batterie de mesures pour ralentir la progression du virus. L'Oise et la Haute-Savoie restent les plus gros foyer sur le territoire, et plusieurs écoles vont restées fermée dans l'Oise. 
L'ESSENTIEL

L'épidémie de coronavirus s'intensifie en France. Depuis samedi, l'Hexagone en est l'un des principaux foyers en Europe avec l'Italie et l'Allemagne, avec 191 cas depuis la fin janvier, comme l'a annoncé le ministère de la Santé lundi. Pour tenter de ralentir la progression de l'épidémie, le gouvernement a annoncé une nouvelle batterie de mesures, parmi lesquelles l'annulation de nombreux rassemblements, comme par exemple du semi-marathon de Paris dimanche. Signe de l'inquiétude qui continue de grandir, les salariés du Louvre ont exercé dimanche et lundi leur droit de retrait, provoquant la fermeture du musée. 

Les principales informations à retenir 

  • 191 cas sont recensés en France, une troisième personne contaminée est morte
  • De nombreux événements sont annulés, comme le Salon Livre Paris programmé du 20 au 23 mars
  • Plusieurs écoles restent fermées dans l'Oise cette semaine

191 cas désormais recensés en France

Lors d'un point presse, le ministère de la Santé a annoncé lundi 61 nouvelles contaminations, portant le total à 191 cas confirmés en France depuis janvier. Sur 191 personnes infectées depuis l'introduction en France de ce nouveau virus apparu en Chine en décembre, trois personnes sont décédées, 12 sont guéries et 176 sont hospitalisées.

Une troisième personne décédée en France

Par ailleurs, une deuxième personne originaire de l'Oise est morte après avoir été infectée par le coronavirus, la troisième en France. Selon des sources concordantes, il s'agit d'une octogénaire qui souffrait de plusieurs pathologies, et ce n'est qu'après sa mort, dimanche, que les médecins ont diagnostiqué le Covid-19. Cette femme habitait Crépy-en-Valois, où travaillait le professeur de technologie de 60 ans décédé dans la nuit de mardi à mercredi à la Pitié-Salpêtrière à Paris.

L'Oise et la Haute-Savoie restent les plus gros foyers

Les deux plus gros foyers de cas groupés se trouvent toujours dans l'Oise et à La Balme en Haute-Savoie, où des mesures strictes (rassemblements interdits, habitants priés de limiter leurs déplacements, etc.) sont appliquées depuis samedi pour éviter la propagation du virus. Dans neuf communes de l'Oise, le département le plus touché en France, avec "64 cas au total liés aux chaînes de transmission" en provenance de cette zone, les établissements scolaires et périscolaires resteront fermés à partir de lundi et jusqu'au 14 mars inclus. 

Au total, 108 écoles, collèges ou lycées sont concernés par la mesure, soit 28.000 élèves et 2.300 membres du personnel. Les élèves pourront suivre des cours par correspondance en ligne. Tous les voyages scolaires à l'étranger ont été suspendus et les établissements scolaires de plusieurs communes situées dans l'Oise, en Haute-Savoie, et dans le Morbihan, sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

D'autre part, l'Agence régionale de santé de Normandie a confirmé ce lundi en fin d'après-midi un deuxième cas de contamination dans cette région. Une personne qui est, selon l'ARS, un "cas contact" du premier hospitalisé la semaine dernière à Rouen. Le patient a été hospitalisé, comme le premier, au CHU de Rouen "et se porte bien", selon un communiqué. 

Le gouvernement prend des mesures, des événements annulés 

Plusieurs événements ont été annulés ce week-end, comme le semi-marathon de Paris, en vertu des mesures annoncées par le gouvernement pour tenter de ralentir la progression du virus. Pour rappel, sont annulés "tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné", mais aussi les rassemblements "en milieu ouvert quand ils conduisent à des mélanges avec des populations issues de zones où le virus circule possiblement". 

Dimanche, le Louvre a fermé ses portes après un droit de retrait voté par une partie de ses salariés. Le musée restera fermé également ce lundi, puisque les salariés ont de nouveau voté un droit de retrait. Par ailleurs, le salon du Livre de Paris, où quelque 160.000 visiteurs étaient attendus du 20 au 23 mars Porte de Versailles, a été annulé, tout comme le salon mondial du Tourisme de Paris, qui devait se tenir entre le 12 et le 15 mars. 

En visite au CHU Pellegrin de Bordeaux, le Premier ministre Édouard Philippe a d'ailleurs souligné que l'objectif du gouvernement est de "ralentir pour empêcher, ou au moins retarder, la libre circulation du virus sur le territoire qui marquerait l'arrivée dans la phase 3, c'est-à-dire l'épidémie proprement dite de coronavirus en France". Le dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives (Crif) prévu mardi en présence d'Emmanuel Macron est "reporté à une date ultérieure compte tenu de la situation sanitaire exceptionnelle que connaît la France avec le nouveau coronavirus", a indiqué lundi à l'AFP le président du Crif. 

Au micro d'Europe 1, Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État chargé des Transports, a affirmé que le gouvernement "se prépare à toute éventualité". Si la France devait passer en phase 3, il serait possible d'envisager des restrictions sur les transports, en fonction de la géographie ou en priorisant certaines lignes, a expliqué le secrétaire d'État. De son côté, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye évoquait, sans précision, la possibilité d'un passage à des "coercitions collectives" pour freiner la propagation.

Un impact sur la croissance "beaucoup plus significatif que prévu"

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire s'attend à un impact du coronavirus sur la croissance française "beaucoup plus significatif" que ce qu'il prévoyait jusqu'à présent. L'épidémie devrait coûter 0,1 point de croissance, a-t-il affirmé lundi sur France 2. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a estimé lundi qu'il était important de "ne pas suréagir" à la chute des marchés boursiers, inquiets des conséquences du coronavirus. Certains appellent déjà les banques centrales à agir pour soutenir l'économie.

Une réunion téléphonique est d'ailleurs prévue mardi entre ministres de l'Economie et les banquiers centraux des pays membres du G7 pour coordonner leur action face au coronavirus, alors que selon l'OCDE l'épidémie va va freiner très fortement l'économie mondiale en 2020. L'Organisation de coopération et de développement économiques, a d'ailleurs ramené lundi sa prévision de croissance planétaire de 2,9% à 2,4%, tout en mettant en garde sur un scénario encore plus noir si l'épidémie devait s'aggraver.

Quant à la Chine, locomotive de la croissance mondiale depuis trois décennies, elle verra la sienne amputée de 0,8 point de pourcentage à 4,9%, entraînant dans son sillage toutes les grandes économies, avertit l'OCDE.

La Suisse suspend son championnat de foot

L'épidémie a également des conséquences sur le plan sportif, comme l'interdiction de stade pour les supporters venant de Lombardie, d'Emilie-Romagne et de Vénétie pour la demi-finale de Coupe d'Italie mercredi entre la Juventus Turin et l'AC Milan. Une décision prise par le club turinois qui précise également que "tous les titulaires de billets devront montrer un document d'identité indiquant clairement leur lieu de résidence. En cas de doute sur leur résidence effective, l'accès au stade leur sera interdit".

Le monde du foot est également touché côté suisse, où la Ligue suisse de football (SFL) a décidé de suspendre jusqu'au 23 mars les Championnats des deux premières divisions, mesure jusque-là inédite en Europe. Cette mesure fait suite à la décision du Conseil fédéral d'interdire avec effet immédiat toutes manifestations impliquant plus de 1.000 personnes jusqu'au 15 mars 2020 au moins. Par ailleurs, la Ligue de hockey a annoncé que les phases finales du Championnat de Suisse de hockey sur glace, l'un des sports les plus populaires du pays, étaient suspendues jusqu'à la même date.

Plus de 3.000 décès dans le monde

Le dernier bilan disponible sur le Covid-19 fait état de 3.079 décès et 90.160 contaminations à travers 73 pays. En Chine, où le virus est apparu fin 2019, les autorités ont annoncé lundi 42 nouveaux décès, portant le bilan de la maladie dans le pays à 2.912 morts, et 80.026 cas. Les 202 nouvelles contaminations signalées lundi en Chine continentale - sans Hong Kong et Macao - constituent toutefois le plus faible chiffre quotidien depuis fin janvier.

Mais si l'épidémie de Covid-19 semble faiblir en Chine, où des mesures de quarantaine draconiennes visent plus de 50 millions de personnes, elle continue de s'aggraver dans plusieurs pays. L'OMS a d'ailleurs indiqué ce lundi que le nombre de nouveaux cas signalés dans le monde au cours des dernières 24 heures était très largement supérieur à ceux détectés dans le pays d'où est parti le virus. De son côté, l'Union européenne a relevé son évaluation du risque à "modéré à élevé", avec un dernier bilan de 2.100 cas confirmés dans 18 pays membres, et 39 décès.

52 morts en Italie

En Italie, quelque 500 nouveaux cas ont été recensés dimanche, un bond spectaculaire qui porte le nombre de contagions à plus de 2.000 dans le pays. La "botte" compte désormais 52 morts à cause du coronavirus, soit 18 de plus que la veille. Quant à la Corée du Sud, le deuxième pays le plus touché après la Chine, elle a recensé lundi près de 599 cas supplémentaires et quatre nouveaux décès, pour un total de 4.335 contaminations, dont 26 mortels.

De son côté, le Japon recensé plus de 700 cas sur le navire Diamond Princess, les États-Unis font était de six morts, alors que le Portugal, la principauté d'Andorre, la République tchèque, l'Indonésie et le Sénégal ont annoncé leurs premiers patients.

Europe 1
Par La rédaction d'Europe 1