Coronavirus : 45.054 morts, près de 2 millions de cas en France

, modifié à
  • A
  • A
Le dernier bilan du coronavirus fait état de 45.054 morts en France
Le dernier bilan du coronavirus fait état de 45.054 morts en France © AFP
Partagez sur :
Le dernier bilan du Covid fait état de 45.054 morts en France, tandis que le pays se rapproche des 2 millions de cas. Les cultes avec public pourront reprendre à partir du 1er décembre si la situation épidémiologique le permet et à condition de respecter un protocole sanitaire strict.
L'ESSENTIEL

Ce lundi soir, le dernier bilan du coronavirus fait état de 45.054 morts du coronavirus en France, tandis que le pays se rapproche des 2 millions de cas. Si la situation sanitaire le permet, les cultes avec public pourront reprendre à partir du 1er décembre. En Allemagne, le ministre de l'Economie évoque encore cinq mois de restrictions. Les Etats-Unis ont enregistré un million de cas en une semaine et franchi la barre de 11 millions cette année.

Du côté de la recherche, un second vaccin, développé par le groupe de biotech Moderna, affirme avoir des résultats concluants en phase 3, avec une efficacité de 94,5%. Mais l'OMS se montre très prudente, estimant qu'un vaccin ne suffira pas à lui seul à vaincre la pandémie.

Les informations à retenir 

  • Ce lundi, la France compte 45.054 morts du coronavirus
  • Moderna annonce un vaccin avec une efficacité de 94,5%
  • Pour l'OMS, un vaccin "ne suffira pas à lui seul à vaincre la pandémie"
  • Les cultes avec public pourraient reprendre au 1er décembre si la situation le permet

45.054 morts en France, près de 2 millions de cas en France

Ce lundi, la France compte 45.054 morts du coronavirus sur son territoire, soit 506 de plus que la veille, selon les données publiées sur le site du gouvernement. Les hospitalisations continuent de progresser et s'établissent désormais à 33.497, soit 416 patients de plus depuis le dernier pointage. Par ailleurs, le nombre de cas graves en réanimation augmente légèrement à 4.919, soit 23 personnes de plus. Quant au nombre de cas confirmés dans le pays, il est désormais de 1.991.233, soit 9.406 cas supplémentaires par rapport au bilan de dimanche. Le taux de positivité a en revanche chuté à 16,4% contre 16,9% dimanche et 19,8% il y a une semaine.

Une reprise des cultes avec public possible au 1er décembre sous condition 

Les cultes avec public pourront reprendre à partir du 1er décembre si la situation épidémiologique le permet et à condition de respecter un protocole sanitaire strict, ont affirmé deux responsables de religions, après une visioconférence avec le Premier ministre Jean Castex.

"Le Premier ministre a dit qu'il était prêt à envisager un assouplissement du régime actuel à partir du 1er décembre sous réserve" d'adopter d'ici là un "protocole sanitaire strict" dans les lieux de culte, et "sous réserve que la situation épidémiologique s'améliore", a déclaré Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France.

Gérald Darmanin doit proposer un nouveau protocole "sous huit à dix jours", qui précisera notamment le nombre de mètres carrés autour d'un fidèle, la jauge, mais aussi la possibilité de vivre des activités autres que la célébration du culte, comme les réunions d'églises, les conseils de paroisse, la catéchèse. 

"La politique vaccinale, c'est notre chance"

Sur le terrain, les acteurs de la santé restent prudent. Et ils se tournent déjà vers la sortie du confinement et vers l'utilité impérieuse de réussir à vacciner le plus grand nombre. "Nous ne pouvons pas nous permettre de rater la vaccination comme on a raté le déconfinement", a ainsi affirmé lundi sur Europe 1 le professeur Philippe Juvin, chef des urgences à l'hôpital Georges-Pompidou. "La politique vaccinale, c'est notre chance, c'est un espoir. Mais cet espoir, il faut le traduire maintenant en actes", prévient Philippe Juvin. "Ça va être compliqué de vacciner toute la population et donc il faut y travailler sérieusement." Son interview est à écouter ici : 

Moderna annonce que son vaccin a une efficacité de 94,5%

La société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé lundi dans un communiqué que son vaccin contre le Covid-19 était efficace à 94,5% pour réduire le risque de contracter la maladie, similaire à l'efficacité de 90% annoncée la semaine dernière par l'alliance Pfizer/BioNTech.

Cela signifie que le risque de tomber malade du Covid-19 a été réduit de 94,5% entre le groupe placebo et le groupe vacciné du grand essai clinique en cours aux États-Unis, selon l'analyse des tout premiers cas : en l'occurrence, 90 participants du groupe placebo ont attrapé le Covid-19, contre 5 dans le groupe vacciné. 

En revanche, l'OMS se montre très prudente, estimant qu'un vaccin ne suffira pas à lui seul à vaincre la pandémie. "Au départ, les quantités seront limitées et par conséquent les personnels soignants, les personnes âgées et celles à risque auront la priorité et nous espérons que cela va faire baisser le nombre de morts et permettre aux systèmes de santé de résister", a souligné l'organisme. "Mais cela laissera encore beaucoup de champ au virus pour opérer."

TousAntiCovid vise les 15 millions d'utilisateurs

Doucement mais sûrement, TousAntiCovid fait son chemin dans la population. Il y a désormais un peu moins de neuf millions d’utilisateurs de l’application de traçage des cas contacts mise en place par le gouvernement depuis le mois de juin. À chaque prise de parole, tous les ministres ne manquent pas d'appeler les Français à l'utiliser. De fait, l'exécutif compte sur elle en vue du déconfinement pour aider à contenir l'épidémie. Des améliorations sont d’ailleurs en train être apportées à l'application. Objectif : accélérer l'adoption dans la population, en progrès continu mais toujours en deçà des objectifs fixés.

"Dans ce contexte de deuxième vague, si TousAntiCovid est adoptée par 30% de la population, on a projeté que cela permettrait de réduire la tension hospitalière", explique Chiara Poletto, une des chercheuses qui travaille sur ce projet. Pour plus de détails, c'est par ici

La Suède limite les rassemblements publics à huit personnes

La Suède, qui avait jusqu'ici misée essentiellement sur l'immunité collective pour lutter contre le coronavirus, limite à compter du 24 novembre les rassemblements publics à huit personnes. Une mesure "très intrusive" et "sans précédent", mais "nécessaire" pour faire baisser la courbe du nombre d'infections, a justifié le Premier ministre Stefan Löfven lors d'une conférence de presse. "N'allez pas à la gym, n'allez pas à la bibliothèque, ne faites pas de dîners, ni de fêtes. Annulez!", a-t-il exhorté.

11 millions de cas en une semaine aux Etats-Unis, Chicago reconfine

Les Etats-Unis ont enregistré un million de nouvelles infections au Covid-19 en moins d'une semaine et franchi la barre des 11 millions de cas dimanche, selon l'université Johns Hopkins. Le pays demeurent le plus touché au monde par l'épidémie et la tendance est à la dégradation depuis début novembre, ce qui a contraint les autorités à mettre en œuvre de nouvelles restrictions.

Chicago, troisième ville du pays, va entrer en confinement à partir de lundi, tandis que New York, très touchée au printemps, s'efforce de contrer une nouvelle vague en imposant de nouvelles mesures aux bars et restaurants. Les écoles y restent en revanche ouvertes. Le président Donald Trump a promis vendredi qu'un vaccin commencerait à être administré aux Américains "d'ici quelques semaines" mais demeure fermement opposé aux confinements tels qu'ils sont pratiqués dans plusieurs pays d'Europe.

Plus d'1,3 million de morts dans le monde

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 1.319.561 morts dans le monde depuis décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi à 11h GMT. 

https://graphics.afpforum.com/builds/20200309-covid-19/#/?lang=fr&country=World">

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 246.224 décès, devant le Brésil (165.798 morts), l'Inde (130.070 morts), le Mexique (98.542 morts) et le Royaume-Uni (51.934 morts).

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP