Coronavirus : 73.049 morts, plus de 26.000 hospitalisations

, modifié à
  • A
  • A
Dimanche, la France compte 73.049 morts du coronavirus et plus de 26.000 hospitalisations alors qu'une semaine décisive s'annonce en France concernant l'éventualité d'une troisième confinement
Dimanche, la France compte 73.049 morts du coronavirus et plus de 26.000 hospitalisations alors qu'une semaine décisive s'annonce en France concernant l'éventualité d'une troisième confinement © LUCAS BARIOULET / AFP
Partagez sur :
Dimanche, la France compte 73.049 morts du coronavirus et plus de 26.000 hospitalisations alors qu'une semaine décisive s'annonce en France concernant l'éventualité d'une troisième confinement. Les mesures plus strictes concernant les voyageurs européens sont entrées en vigueur dimanche.
L'ESSENTIEL

Ce dimanche, la France compte 73.049 morts et plus de 26.000 hospitalisations, alors que la menace d'un troisième confinement plane. Selon les informations d'Europe 1, trois scénarios sont encore sur la table en amont de cette semaine importante : une prolongation du couvre-feu uniquement, un confinement sur le modèle du dernier de novembre ou un confinement plus strict. Ces différentes options seront évaluées au regard de nouveaux chiffres sur la circulation du virus et de ses variants qui doivent tomber d'ici mercredi. Face à la flambée des cas, la Haute autorité de Santé (HAS) recommande dans un communiqué publié samedi de "décaler la deuxième dose de vaccin à 6 semaines pour accélérer la vaccination".

Les informations à retenir : 

  • 73.049 morts, plus de 26.000 hospitalisations en France
  • En France, les nouvelles règles aux frontières entrent en vigueur aujourd'hui
  • Le pallier du million de vaccinés a été atteint dans l'Hexagone
  • Un premier rapport rassurant sur les effets secondaires du vaccin

Les hospitalisations au plus haut depuis décembre

Le nombre de patients hospitalisés pour cause de Covid-19 a franchi dimanche la barre des 26.000, au plus haut depuis décembre, dont près de 3.000 sont dans un service de réanimation, un chiffre qui refuse de baisser depuis plusieurs jours, selon les données de Santé publique France. Les hôpitaux français accueillaient dimanche 26.357 patients atteints par le Covid-19, contre 25.864 samedi et 25.235 il y a sept jours. Sur les dernières 24 heures, 918 personnes sont entrées à l'hôpital.

Dans les services de réanimation, qui accueillent les cas les plus graves, on comptait 2.955 malades (dont 175 transférés ces dernières 24 heures). Ils étaient 2.766 malades en réa il y a une semaine.
Santé publique France a annoncé 172 décès dimanche, portant le nombre total de morts causées par l'épidémie à 73.049. Le taux de positivité parmi les personnes testées était de 7,1%, stable par rapport à samedi (ce taux était de 6,6% dimanche 17 janvier). 18.436 personnes ont été testées positives au virus ces dernières 24 heures.

L'hypothèse d'un troisième confinement de plus en plus discutée 

La semaine à venir s'annonce décisive concernant la décision d'imposer ou non un nouveau confinement en France. Mais s'il devait avoir lieu, le ministre de la Santé préfère prendre les mesures avant l'arrivée d'une troisième vague." "Il faut que le couvre-feu fonctionne, qu'on parvienne à tenir bon face au variant et à gagner du temps. Dans le meilleur des scénarios, on arrivera à faire baisser la pression épidémique. Si ce n'est pas le cas, on n'attendra pas le mois de mars pour agir. On suit au jour le jour l'évolution des effets du couvre-feu. On n'attendra pas qu'une nouvelle vague arrive pour prendre les bonnes mesures", a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran au Parisien. Le verdict sur les effets du couvre-feu tombera la semaine prochaine, indique le ministre.

Selon les informations d'Europe 1, trois scénarios sont encore sur la table en amont de cette semaine importante : une prolongation du couvre-feu uniquement, un confinement sur le modèle du dernier de novembre ou un confinement plus strict. Ces différentes options seront évaluées au regard de nouveaux chiffres sur la circulation du virus et de ses variants qui doivent tomber d'ici mercredi.

Dans une interview au JDD, le ministre de l'Éducation nationale a de son côté expliqué qu'il préférerait que les écoles restent ouvertes si la mesure était actée. Il affirme que la stratégie gouvernementale mise en place pendant le dernier confinement "a fonctionné". "Tous les scénarios existent naturellement, mais nous partageons cette priorité éducative", poursuit-il. 

De nouvelles mesures restrictives pour les voyageurs, 11 cas du variant britannique dans un Ehpad de Toulouse

Présenter un test PCR négatif est devenu obligatoire pour les voyageurs en provenance de l'Union européenne (UE) dans les ports et aéroports français afin de limiter notamment la propagation du variant du coronavirus d'origine britannique. L'obligation de présenter un test négatif réalisé 72 heures avant s'appliquait déjà depuis la mi-janvier aux voyageurs en provenance des autres pays. Les contrôles ont lieu dans les ports et aéroports principalement, soit actuellement quelque 62.000 personnes par semaine selon le ministre délégué chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari. Mais les travailleurs frontaliers et le transport terrestre sont exemptés.

Huit résidents et trois personnels d'un Ehpad à Toulouse ont d'ailleurs été testés positifs au variant britannique du Covid-19, a indiqué dimanche l'Agence régionale de santé (ARS) Occitanie, précisant que l'un de ces résidents était décédé "récemment". A ce jour, "40 résidents et 19 personnels ont été dépistés positifs au virus Covid-19 ou à ce variant anglais, et quatre personnes âgées sont hospitalisées", a précisé l'ARS dans son communiqué, sans donner d'indication sur l'avancée de la vaccination dans cet établissement.

La France atteint le million de vaccinés

Le gouvernement avait promis d'atteindre le million de personnes vaccinés contre le coronavirus d'ici à la fin janvier, c'est désormais chose faite. À l'issue d'un déplacement à Strasbourg, le Premier ministre Jean Castex a annoncé samedi que ce pallier a été dépassé. "À tous nos soignants, à tous nos élus, à tous les personnels et agents des préfectures, des Agences régionales de santé et des établissements de santé, à toutes celles et tous ceux qui unissent leurs forces à cette exceptionnelle campagne de vaccination : merci", a publié le Premier ministre sur Twitter sous un message "1 million de Français vaccinés". 

"C’est vraiment une bonne nouvelle et ça va encore s’accélérer. Nous allons trouver notre rythme de croisière et faire encore beaucoup mieux le mois prochain", a réagi Dominique Le Guludec, présidente de la Haute autorité de santé (HAS), samedi soir sur Europe 1.

L'UE entend "faire respecter les contrats" passés avec les laboratoires

La semaine dernière, Pfizer et BioNTech avaient annoncé de façon inopinée ne pas être en mesure de fournir la quantité de doses à laquelle ils s'étaient engagés, déclenchant le courroux des pays européens. "Nous entendons faire respecter les contrats signés par l’industrie pharmaceutique", affirme Charles Michel, président du Conseil européen, invité dimanche du "Grand Rendez-vous" sur Europe 1. "Nous pouvons utiliser pour cela tous les moyens juridiques à notre disposition." Retrouvez son interview ici : 

Un premier rapport "positif" sur les effets secondaires du vaccin

Les sceptiques pointent souvent le "manque de recul" sur ce nouveau vaccin et les potentiels effets indésirables qu'il pourrait entrainer. Sur ce sujet, le premier rapport de l'Agence de sécurité du médicament est rassurant. Sur les 400.000 personnes vaccinées au moment de l'étude, 135 ont souffert d'effets secondaires, bénins dans la plupart des cas. 

"On a majoritairement des effets non graves comme de la fièvre, des maux de tête, des courbatures. Des signes bénins que l’on rencontre aussi avec d’autres vaccins", détaille le docteur Joëlle Micallef, responsable du centre de pharmacovigilance de Marseille, l’un des deux centres régionaux (CRPV) référents sur le sujet en France. Plus d'informations dans notre article ici

Des manifestations anti-restrictions en Europe, Israël suspend les vols internationaux

Des heurts avec la police et des pillages ont éclaté dimanche dans plusieurs villes des Pays-Bas en marge de manifestations contre le couvre-feu mis en place depuis samedi pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, selon les médias néerlandais et les autorités locales. Au moins un canon à eau et des chiens de police ont été déployés sur le Museumplein, une place du centre d'Amsterdam où se trouvaient des centaines de manifestants, selon la télévision publique NOS. A Eindhoven, dans le sud du pays, les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser une foule de plusieurs centaines de personnes, selon la télévision régionale Omroep Brabant.

En Espagne, des milliers de personnes ont manifesté samedi dans le centre de Madrid contre les mesures restrictives du gouvernement pour contenir l'épidémie, et ont dénoncé la "tromperie" d'un virus qui selon certains manifestants "n'existe pas". Aux cris de "Liberté !" et dans une ambiance hostile à la presse, des milliers de personnes ont défilé de la gare d'Atocha à la Plaza Colon. De nombreux manifestants ne portaient pas de masques, malgré l'obligation légale de le porter en permanence sur la voie publique et au milieu de la troisième vague, qui a fait plus de 400 morts par jour cette semaine.

Une manifestation anti-restrictions organisée par un groupe radical à Copenhague a donné lieu à de nouveaux incidents samedi en fin de soirée, avec cinq arrestations et l'incendie d'un mannequin à l'effigie de la Première ministre Mette Frederiksen. Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées en début de soirée avant de défiler avec des flambeaux dans la capitale danoise aux cris de "Liberté pour le Danemark, nous en avons eu assez!" contre les mesures anti-coronavirus, selon les vidéos en direct diffusées par les organisateurs. Malgré une tonalité radicale de manifestants vêtus de noir, l'essentiel du défilé s'est déroulé dans le calme, avec un important encadrement de police. Mais des tensions sont apparues lors de la dispersion de la manifestation, avec notamment des jets de bouteilles sur les forces de l'ordre.

Enfin, le gouvernement israélien a décrété dimanche soir la suspension, pour près d'une semaine, des vols internationaux à partir de et vers Israël dans le cadre de nouvelles mesures sanitaires visant à limiter la propagation de variants du Covid-19. Ces vols seront interdits à partir de minuit dans la nuit de lundi à mardi et ce, jusqu'au 31 janvier, date prévue de la fin des mesures de confinement. "Nous fermons le ciel de façon hermétique, sauf pour de très rares exceptions, afin d'empêcher l'entrée de mutations virales, et aussi pour nous assurer que nous progressons rapidement avec notre campagne de vaccination", a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Plus de 60 millions de vaccinés dans le monde

Au moins 61,7 millions de doses de vaccins ont été administrées dans le monde, selon un comptage de l'AFP à partir de sources officielles samedi à 18h00 GMT. Si 64 pays ou territoires ont démarré leur campagne de vaccination, treize d'entre eux concentrent plus de 90% des doses injectées.

La pandémie a fait plus de 2,12 millions de morts dans le monde depuis fin décembre, sur près de 99 millions de contaminations confirmées, selon un bilan établi par l'AFP dimanche à 11H00 GMT. Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (417.441), devant le Brésil (216.445) et l'Inde (153.339). Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations fondées sur des bases statistiques, notamment concernant la Russie.