Covid-19 : un auto-confinement "infantiliserait" les personnes âgées, alerte Serge Guérin

  • A
  • A
L'idée d'un confinement des personnes âgées a refait surface ces dernières semaines (photo d'illustration) 6:52
L'idée d'un confinement des personnes âgées a refait surface ces dernières semaines (photo d'illustration) © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :
L'option d'un confinement ciblé des personnes âgées refait surface dans le débat sur la gestion de la crise sanitaire. Mais ce n'est pas une bonne stratégie de lutte contre le Covid-19, assure au micro d'Europe 1 le sociologue Serge Guérin, qui rappelle que les personnes âgées "font attention" depuis le début de la pandémie.

Faut-il reconfiner les personnes âgées pour venir à bout du Covid-19 ? Dans un article publié dans la revue The Lancet, cinq membres du Conseil scientifique, dont son président Jean-François Delfraissy, assurent que c'est aujourd'hui la seule solution pour endiguer la propagation de l'épidémie. Mais cette idée, qui avait déjà été évoquée lors de la première vague au printemps 2020 et ensuite au mois de janvier 2021, ne fait pas l'unanimité dans la société. Invité d'Europe 1 dimanche 21 février, le sociologue Serge Guérin estime que cette mesure reviendrait à "infantiliser" les personnes âgées. 

Un confinement de ce genre serait "invivable"

"[Cette proposition] me laisse pantois", lâche Serge Guérin, par ailleurs auteur du livre La Guerre des générations aura-t-elle lieu ? chez Calmann-Lévy. "On infantilise complètement : on va dire ce qu'il faut faire, comme si les personnes âgées n'étaient pas au courant depuis un an qu'elles avaient tout intérêt à faire attention", déplore le sociologue. Il souligne par ailleurs que cette catégorie d'âge "fait globalement très attention, comme les jeunes".

"On a une vision comme ça, qui viendrait d'en haut. La science ou quelques scientifiques diraient, au nom d'on-ne-sait-quoi, qu'il faut faire comme ça en oubliant les questions philosophiques, les questions morales et mentales", continue Serge Guérin, vertement opposé à cette mesure. Une disposition qui serait "invivable", plaide-t-il : "Imaginons qu'il y ait deux tiers des Français qui sortent et que l'autre tiers reste enfermé… Mais c'est invivable, y compris pour les deux tiers en question !"

"Pourquoi on ne fait pas le pari que les gens sont adultes ?"

"On parie sur une sorte de d'égoïsme global", déplore le sociologue. "Mais non, il n'y a pas d'égoïsme global", dit-il, rappelant que les solidarités entre les générations ont existé dès le début de la crise sanitaire, et même lors de périodes de prétendu "relâchement." "Juste avant Noël, les gens sont allés en masse se faire tester et c'était bien dans l'idée de dire 'Si j'ai un problème, je n'irai pas voir les grands-parents. Je ferai attention à mes parents, à mes amis… quel que soit leur âge'", souligne Serge Guérin.

"Pourquoi on ne fait pas le pari que les gens sont adultes, qu'ils soient jeunes ou qu'ils soient plus âgés ?" questionne-t-il au micro d'Europe 1. Aussi, pointe Serge Guérin, le sujet du reconfinement ciblé pourrait être pris dans l'autre sens, et viser d'abord les jeunes. "La circulation [du virus] n'est pas liée aux plus âgés. Elle est plutôt liée aux plus jeunes, qui sont, a priori, les moins touchés", rappelle-t-il. "Donc on pourrait totalement renverser le truc et dire 'enfermons les jeunes'. Mais [là encore], c'est complètement idiot !", conclut le sociologue.

Europe 1
Par Ariel Guez