Delfraissy regrette de "ne pas avoir poussé pour un confinement quelques jours avant"

, modifié à
  • A
  • A
Jean-François Delfraissy, Président du Conseil Scientifique 0:43
Jean-François Delfraissy, Président du Conseil Scientifique, était l'invité d'Europe 1 © Europe 1
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1 vendredi, Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, a confié avoir deux regrets quant à la gestion du confinement : celui de ne pas avoir poussé assez pour confiner plus tôt, et de n'avoir pas suffisamment concilié l'aspect sanitaire et humain en Ehpad.
INTERVIEW

"Je ne suis pas amer à titre personnel, mais j'ai deux regrets", a confié vendredi sur Europe 1 Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, qui aide le gouvernement dans la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus. Il aurait notamment souhaité confiner la France un peu plus tôt, et avoir mieux géré la situation en Ehpad (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes).

 "Concilier aspect sanitaire et humain"

"J'ai deux regrets. Peut-être de ne pas avoir poussé plus un confinement quelques jours avant, qui nous aurait fait gagner un peu de temps - mais c’était extrêmement difficile", s'est-il défendu au micro d'Europe 1.

"Le deuxième, concerne plutôt les personnes âgées et les Ehpad. C’était difficile, mais je pense que c'est une leçon à tirer pour maintenant : il faut savoir concilier aspect sanitaire et humain de respect de nos anciens", a-t-il reconnu. Avec la reprise de l'épidémie de la rentrée, certains Ehpad remettent en place des mesures plus strictes pour les résidents, qui avaient beaucoup souffert du confinement et de l'isolement au printemps dernier. Selon le dernier décompte de la Direction générale de la Santé, plus de 10.500 décès ont eu lieu en Ehpad depuis le début de l'épidémie de nouveau coronavirus.

Europe 1
Par Séverine Mermilliod