Covid-19 : Sanofi espère commercialiser un vaccin "à la fin du premier trimestre 2021"

  • A
  • A
Olivier Bogillot Sanofi Covid-19 Coronavirus Vaccin 1:41
Pour le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, la recherche d'un vaccin anti-coronavirus est "une course où il faut plusieurs gagnants". © Europe 1
Partagez sur :
La course à un vaccin contre le coronavirus bat son plein. Mercredi, le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, a émis sur Europe 1 l'hypothèse d'un vaccin commercialisé par le laboratoire français à l'horizon de "la fin du premier trimestre 2021".
INTERVIEW

La recherche d'un vaccin contre le coronavirus est un enjeu majeur face à l'épidémie, qui a déjà tué 810.000 personnes dans le monde. Fin juillet, le laboratoire Moderna a annoncé que son vaccin allait entrer dans la phase finale des essais cliniques, avec des tests sur 30.000 personnes. Mais où en sont les autres laboratoires dans cette course ? Dans l'émission La France bouge sur Europe 1, mercredi, le patron de Sanofi France, Olivier Bogillot, s'est avancé sur une possible commercialisation du vaccin au printemps 2021.

"Un vaccin prend généralement plusieurs années. Là, on est dans une course contre la montre pour le faire en moins de 18 mois, parfois un an", explique Olivier Bogillot. "On espère pouvoir être en capacité de commercialiser un vaccin à la fin du premier trimestre, au début du second trimestre 2021."

Une "compétition" saine entre laboratoires ?

Cela reste pour l'heure une date hypothétique, car ce vaccin est moins avancé en matière de phases cliniques que celui de l'américain Moderna. Il faut donc attendre la fin des essais cliniques, puis une évaluation par les agences réglementaires et les recommandations nationales, données en France par la Haute autorité de santé (HAS).

Et Olivier Bogillot se veut aussi très prudent sur la disponibilité d'un tel vaccin pour la population : "Trouver un vaccin avec une bonne recherche ne sera pas suffisant", tempère le dirigeant du laboratoire français. "Lorsque vous devez injecter un vaccin à plusieurs milliards de personnes, il faut vous assurer d'avoir les capacités de production."

C'est la raison pour laquelle le patron de Sanofi France milite pour une "forme d'émulation entre les différents laboratoires", car "la compétition permet d'avoir plus d'usines dans le monde pour produire plus de vaccins. Il va falloir produire des milliards de doses, (…) c'est une course où il faut plusieurs gagnants."

Toutes les étapes "en même temps"

Olivier Bogillot rappelle enfin que l'élaboration de ce vaccin contre le Covid-19 se fait de manière particulière chez Sanofi : "Plutôt que de faire les étapes successives de recherche, de développement et de production, on fait tout en même temps. On achète les matières premières pour la production alors même qu'on n'a pas encore les résultats de nos tests sur les vaccins."

Le laboratoire Sanofi, associé au britannique GSK, a conclu fin juillet un accord avec l'Union européenne pour fournir 300 millions de doses lorsque le vaccin serait disponible. Au total, Sanofi a conclu plusieurs accords pour fournir 460 millions de doses à l'Union européenne, le Royaume-Uni (60 millions) et les États-Unis (100 millions).