Coronavirus : un foyer de contamination détecté en Dordogne après des obsèques

, modifié à
  • A
  • A
coronavirus confinement obsèques funérailles enterrement cimetière 1:28
Confinement oblige, vingt personnes maximum sont autorisées à assister aux obsèques dans l'église et au cimetière (employés des pompes funèbres compris). © Lionel BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :
Un nouveau foyer de contamination a été détecté en Dordogne, dans la région Nouvelle-Aquitaine, après que des dizaines de personnes se sont rassemblés pour des obsèques, allant à l'encontre des règles sanitaires imposées pour ce type d'événement. Une centaine de personne ont été dépistées. Tous les malades avérés étaient asymptomatiques.

Alors que le Sud-ouest était jusqu'ici plus ou moins épargné par la pandémie de coronavirus, un nouveau foyer de contamination a été détecté en Dordogne. À deux jours du déconfinement et alors que l'enjeu est de casser les chaînes de contamination, ce groupe de malades identifié à quelques kilomètres de Périgueux montre bel et bien les conséquences d'un éventuel relâchement.

L'origine des contaminations ? Des obsèques, organisées fin avril, et à la suite desquelles un homme a été testé positif au Covid-19. Depuis, une centaine de personnes de son entourage ont été dépistées par l'Agence régionale de santé (ARS) au sein de la communauté portugaise, selon France Bleu. Huit ont été testés positifs parmi les 40 premiers résultats.

Des dizaines de proches au funérarium

Les règles sanitaires en cas d'obsèques étaient pourtant claires : pas plus de vingt personnes lors de la cérémonie religieuse, et au cimetière (employés des pompes funèbres compris). Dans le cadre de ces obsèques, organisées dans la petite commune d'Église-Neuve-de-Vergt, ces règles n'ont pas été respectées. S'il y avait moins de vingt personnes dans l'église, plusieurs dizaines de proches se sont rassemblés au funérarium et lors de la réunion de famille. De contact en contact, on arrive rapidement à une centaine de personnes concernées, et donc testées, même au-delà du cercle familial.

Tous asymptomatiques

"C'est vraiment l'illustration de ce qu'on ne souhaite pas vivre dans les semaines à venir", a réagi le préfet de Dordogne, Frédéric Périssat, au micro de France Bleu Dordogne, dénonçant un cas de relâchement du confinement.

Les malades avérés ont systématiquement été placés à l'isolement. Tous, étaient asymptomatiques.

 

Europe 1
Par Jean-Jacques Héry, édité par Pauline Rouquette