Coronavirus : la réponse à un test PCR bientôt disponible en 40 minutes ?

  • A
  • A
Test PCR 4:33
Stefan Gallard, cofondateur de la start-up Loop Dee Science, est venu présenter un boîtier capable de donner un résultat au test PCR en 40 minutes. © Europe 1
Partagez sur :
Stefan Gallard, co-fondateur de la start-up Loop Dee Science, a mis au point un test de détection rapide du Covid-19, le LoopXplore, avec un résultat accessible en seulement 40 minutes. Pas plus gros qu'une "boîte d'allumettes", ce boîtier pourrait désengorger les laboratoires d'analyses médicales face à l'épidémie.
INTERVIEW

Va-t-on bientôt pouvoir oublier les longues files d'attente devant les laboratoires pour un test PCR et l'attente interminable d'une réponse positive ou négative au Covid-19 ? Pour l'heure, entre le moment de la prise de rendez-vous et le résultat du dépistage reçu par mail, il peut s'écouler plusieurs jours, voire plusieurs semaines par endroits. Mais la start-up de bio-tech Loop Dee Science a conçu un test de détection rapide qui pourra se faire directement au chevet du patient, en seulement 40 minutes. Stefan Gallard, son cofondateur, était l'invité d'Europe 1, mercredi midi, pour évoquer cette solution.

"Amplifier le code génétique"

Basée à Caen, Loop Dee Science a créé le LoopXplore. "C'est un petit boîtier qui ressemble à une grosse boîte d'allumettes", décrit Stefan Gallard au micro d'Élisabeth Assayag et Emmanuel Duteil dans La France bouge. Il vante "un concentré de technologie qui permet d'amplifier le code génétique et de pouvoir lire le résultat".

Concrètement, "quand on fait de la biologie moléculaire, on cherche une cible spécifique de la séquence génétique", poursuit le dirigeant de la start-up. "On a fait un travail d'ingénierie moléculaire : travailler sur le code génétique du coronavirus. On l'extrait, on l'isole et on l'amplifie pour le lire. C'est ce que fait cette machine."

Disponible "d'ici quelques semaines"

Le boîtier sera disponible dans les CHU "d'ici à quelques semaines", avance Stefan Gallard. "Il y a un travail d'étude scientifique qui doit avoir lieu, on a réalisé un travail clinique pour valider scientifiquement nos tests et on passe maintenant à la phase de production. On commence juste la phase de commercialisation."

Alors que la France a pour objectif de pouvoir réaliser un million de tests par semaine au mois de décembre, ce boîtier pourrait donc en théorie aider à réduire l'attente et fluidifier les dépistages dans l'ensemble du pays.