Coronavirus : faut-il imposer la vaccination contre la grippe classique ?

, modifié à
  • A
  • A
1:30
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Partagez sur :
A l’approche de l’hiver, de plus en plus de professionnels de santé font part de leur inquiétude sur une double vague, l’une du coronavirus, l’autre de la grippe saisonnière. Les autorités sanitaires encouragent donc les personnes fragiles à se faire vacciner pour éviter un potentiel engorgement des hôpitaux.

Comme tous les ans, les autorités sanitaires se préparent à l’arrivée de la grippe en France. Sauf que cette année, un autre virus occupe les esprits. Et même si certains avancent que grâce aux gestes barrières adoptés pour lutter contre le coronavirus, l’épidémie de grippe sera évitée, d’autres appellent au contraire à une vaccination massive contre ce virus saisonnier qui touche 2 à 6 millions de personnes, et en tue 10.000 chaque hiver en France.

La vaccination n’est pour l’heure aucunement obligatoire. Seules les personnes dites à risque, donc âgées de plus de 65 ans, malades ou les femmes enceintes, sont fortement invitées à se faire vacciner contre la grippe cette année. Les industriels ont d’ailleurs prévu 20% de doses supplémentaires.

"Essayer de limiter au maximum les besoins en santé liés aux complications de la grippe"

Et si les autorités sanitaires insistent particulièrement sur cette précaution, c'est pour éviter que les hôpitaux ne soient débordés par une double épidémie. "L’idée essentielle, c’est d’essayer de limiter au maximum les besoins en santé liés aux complications de la grippe", explique le Dr Elisabeth Bouvet, présidente du comité technique des vaccinations. "Donc ce sur quoi on insiste cette année, c’est que toutes les personnes qui sont visées par les recommandations se fassent vacciner effectivement. Ce qui n’est pas le cas habituellement, puisqu’on est à peine à 50% de la population qui est effectivement vaccinée."

Le vaccin n'est efficace qu'a 60 %, c'est vrai. Mais le personnel soignant est aussi invité à faire un effort, car un tiers seulement se fait habituellement vacciner contre la grippe. Pour les personnes en bonne santé, en revanche, aucun intérêt particulier à cette vaccination saisonnière. D’autant que l'injection anti-grippale ne booste pas l'immunité contre le coronavirus.

Europe 1
Par Anne Le Gall, édité par Rémi Duchemin