"Est-ce qu'on pourra être licencié par peur d'envoyer son enfant à l'école ?", s'interroge Martinez

, modifié à
  • A
  • A
Philippe Martinez était l'invité de la matinale d'Europe 1. 4:33
Philippe Martinez était l'invité de la matinale d'Europe 1. © Europe 1
Partagez sur :
Invité samedi de la matinale de Bernard Poirette sur Europe 1, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, est revenu sur la crise sanitaire et économique en France liée au coronavirus. Concernant la réouverture des écoles à partir du 11 mai, le dirigeant syndical souligne que "beaucoup de questions restent sans réponses".
INTERVIEW

Au micro d’Europe 1 samedi, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez est revenu sur le déconfinement espéré au 11 mai en France. Interrogé sur le retour au travail de millions de salariés et sur la réouverture des établissements scolaires, programmée au 12 mai pour les écoles maternelles et élémentaires, le dirigeant syndical, à dix jours de l'échéance, estime que "beaucoup de questions restent sans réponses". 

Des "problèmes juridiques" vont apparaître, selon Philippe Martinez

"Tout le monde a noté que ce sont les plus petits qui vont commencer", commence Philippe Martinez sur Europe 1. "Ce sont ceux qui ne peuvent pas se garder tout seul, alors que les plus grands peuvent rester, on l’imagine, à la maison pendant que les parents peuvent aller au boulot", explique-t-il, rappelant que les lycées ne sont pas sûrs d'être rouverts avant septembre. 

Mais ce qui inquiète le plus le patron de la CGT est le volontariat autorisé par le ministère de l'Éducation nationale. Pour lui, cette situation inédite risque de générer des "problèmes de confiance, mais aussi juridiques". "Qu’est-ce qu'il va se passer si des parents ne souhaitent pas envoyer leur enfant à l’école parce qu’ils ont peur ?", s'interroge Philippe Martinez. "L’employeur va leur dire : 'la classe de ton gamin est ouverte, tu reviens au boulot'", prédit-il.  

"Je trouve que le ministre de l’Éducation est très optimiste"

"Est-ce qu’on pourra être licencié par peur d’envoyer son gamin à l’école, parce qu’on restera à la maison ?", continue Philippe Martinez, citant d'autres questions que se posent les salariés. "Dans les communes où les écoles ne vont pas rouvrir, comment ça va se passer ? Et s’il y a plus de quinze enfants par classe, s’il y en a 17 ou 18, comment on va faire ? Quels parents vont être obligés" de récupérer les leurs ? 

"Il y a beaucoup de questions qui restent sans réponses et je trouve que le ministre de l’Éducation est très optimiste", conclut Philippe Martinez au micro d'Europe 1.

 

Europe 1
Par Ariel Guez