Confinement allégé : ce que Jean Castex doit trancher ce jeudi

, modifié à
  • A
  • A
Jean Castex doit préciser les annonces présidentielles de mardi. 1:22
Jean Castex doit préciser les annonces présidentielles de mardi. © AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre Jean Castex va tenir une conférence de presse ce jeudi à 11 heures pour préciser certains points concernant les allègements de restrictions annoncés mardi par Emmanuel Macron. Sort des auto-écoles et des agences immobilières, jauge des lieux de culte, séances de cinéma... Europe 1 fait le point.

Le Premier ministre Jean Castex va s'exprimer sur l'allègement du confinement ce jeudi à 11 heures en conférence de presse. Il doit ainsi détailler les mesures annoncées mardi par le président de la République Emmanuel Macron. Et cet exercice de service après-vente du Premier ministre ne devrait pas être de trop, car de nombreuses choses méritent d'être précisées dans la foulée de l'allocution présidentielle. Europe 1 fait le point.

La jauge des lieux de culte doit être précisée

Tout d'abord, Jean Castex doit éclaircir le sort, en suspens, des auto-écoles et des agences immobilières. Selon toute vraisemblance, elle devraient rouvrir samedi, comme les autres commerces considérés jusqu'ici comme non essentiels. Le Premier ministre doit aussi préciser la jauge pour les cultes, fixée à 30 personnes par Emmanuel Macron, ce qui a surpris certains responsables religieux. Ces derniers réclament une capacité accrue, notamment dans les grands bâtiments de culte. Mais certains, au gouvernement, plaident pour un assouplissement à partir du 15 décembre uniquement, lors du passage au couvre-feu.

La conférence de presse de Jean Castex sera aussi un moment crucial pour les cinémas et les théâtres qui attendent un arbitrage sur l'horodatage des billets qui serviront de justificatifs de déplacements. L'idée d’une tolérance pour les séances finissant un peu après 21h est en suspens.

Des mesures encore à trancher

Jean Castex n’aura cependant peut-être pas réponse à tout ce jeudi, notamment sur l'isolement des malades. Le président de la République a ouvert la porte à un système contraignant qui devrait faire l'objet d’un débat, le principe de sanction ne faisant pas l’unanimité au sein de la majorité. Au gouvernement, on évoque un débat parlementaire à ce sujet en décembre et un projet de loi en janvier. Il en va de même pour le comité citoyen sur le vaccin : à ce stade, tout est en cours de calage. Et le ski à Noël ne sera pas non plus tranché aujourd’hui.

Europe 1
Par Aurélie Herbemont, édité par Jonathan Grelier