Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale de Jean Castex

, modifié à
  • A
  • A
Castex
Jean Castex s'est exprimé à l'Assemblée nationale mercredi après-midi. © MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :
Jean Castex a dévoilé de nombreuses mesures lors de son discours de politique générale, mercredi à l'Assemblée. Le Premier ministre, qui fait de la lutte contre le chômage une "priorité absolue", a détaillé le plan de relance de l'économie et a également annoncé un plan d'investissement de 6 milliards d'euros dans le système de santé. 
L'ESSENTIEL

Jean Castex a passé son grand oral. Le Premier ministre a exposé les grandes lignes de son gouvernement, mercredi après-midi à l'Assemblée nationale à l'occasion de sa déclaration de politique générale. Au lendemain de l'interview télévisée du 14-Juillet d'Emmanuel Macron, le nouveau locataire de Matignon a précisé le "nouveau chemin" voulu par le président de la République. Il a présenté de nombreuses mesures pour relancer l'économie, dont des investissements massifs dans l'industrie et dans les technologies vertes, et fait de la lutte contre le chômage une "priorité absolue". 

Le gouvernement va également investir 6 milliards d'euros dans le système de santé, alors que plusieurs mesures sociales, comme la revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire, ont été annoncées. Voici ce qu'il faut retenir de ce discours de politique général. 

Les informations à retenir :

  • Jean Castex a annoncé 6 milliards d'euros d'investissement dans le système de santé et prôné le "développement du port du masque"
  • La lutte contre le chômage, "priorité absolue des 18 prochains mois"
  • 20 milliards d'euros vont être consacrés à la rénovation thermique et aux technologies vertes, et 40 milliards à l'industrie 
  • Un projet de loi contre "les séparatismes" va être présenté à la rentrée 

"Développement du port du masque" et "intensification de la politique de dépistage" 

Mardi, Emmanuel Macron a annoncé son intention de rendre obligatoire le port du masque dans les lieux clos à partir du 1er août. Ce mercredi, Jean Castex a commencé son discours en prônant "le développement du port du masque", et plaidant pour une "intensification de la politique de dépistage", alors que la crainte d'une deuxième vague de coronavirus se fait jour dans le pays. Il a également dit vouloir "éviter par-dessus tout" le "retour à des formes strictes et larges de confinement".

6 milliards d'investissement dans le système de santé

Quelques jours après l'annonce d'un accord dans le cadre du Ségur de Santé, avec notamment une augmentation des salaires des soignants, Jean Castex a annoncé un plan d'investissement de 6 milliards d'euros dans le système de santé. Cette somme va s'ajouter aux 13 milliards d'euros de reprise de la dette hospitalière d'ores et déjà prévu par le gouvernement.

"L'objectif est de donner davantage de souplesse aux établissements, d'intégrer la qualité des soins dans les règles de financement des hôpitaux et des médecins de ville" et "de mettre l'accent sur la prévention", a précisé le chef du gouvernement.

La lutte contre le chômage, "priorité absolue des 18 prochains mois"

Jean Castex l'a déclaré avec force : son gouvernement fera de la lutte contre le chômage "la priorité absolue des 18 prochains mois". Il a précisé que "la première urgence" sera les jeunes, "les premiers touchés par la crise" et qu'un plan jeunesse "sera discuté vendredi avec les partenaires sociaux". L'État y aidera notamment "avec un dispositif exceptionnel de réduction du coût du travail, à hauteur de 4.000 euros par an, pour les jeunes de moins de 25 ans, jusqu'à 1,6 SMIC, dans toutes les entreprises et pour une durée d'au moins un an".

S'agissant de la formation, il a indiqué qu'un effort supplémentaire de un milliard et demi d'euros allait être fait, et a "invité" les régions à "amplifier leurs interventions propres". Le Premier ministre a aussi précisé que le dispositif d'activité partielle, qui a été utilisé massivement pendant le confinement, mobiliserait "30 milliards (d'euros) cette années" et "8 milliards l'année prochaine".

La réforme de l'assurance chômage sera également rediscutée avec les partenaires sociaux. 

Le plan de relance de l'économie contiendra 40 milliards d'euros pour l'industrie

Devant les députés, Jean Castex a détaillé le plan de relance de l'économie de 100 milliards d'euros annoncé mardi par Emmanuel Macron. 40 milliards d'euros seront ainsi consacrés à l'industrie. "Notre industrie s'est affaiblie. (...) Nous sommes aujourd'hui trop dépendants de nos partenaires extérieurs, et insuffisamment présents sur certains secteurs stratégiques. Nous consacrerons, dans le cadre du plan de relance, 40 milliards d'euros pour que cela change", a-t-il dit. 

Sur l'écologie : 20 milliards pour la rénovation thermique et les technologies vertes, un plan vélo "très ambitieux" bientôt présenté 

Quelques semaines après la victoire d'ELLV aux élections municipales, le gouvernement est très attendu sur sa politique en matière d'écologique. Jean Castex y a répondu en assurant que le plan de relance de l'économie consacrera "plus de 20 milliards d'euros" à la rénovation thermique des bâtiments, à la réduction des émissions et au soutien des "technologies vertes". Les objectifs seront également de "réduire les émissions des transports et de nos industries, produire une alimentation plus locale et durable, soutenir les technologies vertes de demain comme les batteries, mieux recycler et moins gaspiller", a détaillé le chef du gouvernement.

"Un plan vélo très ambitieux" sera aussi présenté d'ici la fin de l'année 2021. Jean Castex a également dit croire "en la croissance écologique" mais "pas à la décroissance verte". "Nos entreprises doivent évoluer, et les investissements massifs du pacte productif vont les y aider". "A nous de concilier transition écologique et pouvoir d'achat", a-t-il ajouté, rappelant que les travaux allaient commencer pour mettre en oeuvre les propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Un projet de loi "contre les séparatismes", la lutte contre l'islamisme radical "préoccupation majeure du gouvernement" 

Jean Castex a également mis l'accent sur la politique sécuritaire du gouvernement, affichant sa fermeté contre la délinquance et l'islamisme radical. Il a d'abord annoncé "un projet de loi contre les séparatismes", qui sera présenté en Conseil des ministres à la rentrée. Il s'agira avec ce texte d'"éviter que certains groupes ne se referment autour d'appartenances ethniques ou religieuses", a indiqué le chef du gouvernement, qui entend défendre la laïcité "avec intransigeance".

Autre priorité : la lutte contre l'islamisme radical, qui constitue "une préoccupation majeure" du gouvernement. "La République, c'est la laïcité comme valeur cardinale, comme fer de lance de la cohésion de la société. Aucune religion, aucun courant de pensée, aucun groupe constitué ne peut s'approprier l'espace public et s'en prendre aux lois de la République", a déclaré Jean Castex.

Toujours dans le domaine sécuritaire, il a annoncé vouloir créer des "juges de proximité" pour réprimer "les incivilités du quotidien", sans plus de précisions. 

La réforme des retraites est "nécessaire", mais sera distinguée "de toute mesure financière" 

Le discours de Jean Castex était également très attendu sur le dossier explosif de la réforme des retraites. Le Premier ministre a jugé mercredi "nécessaire" de mettre en oeuvre la réforme des retraites universelle par points, voulue par Emmanuel Macron, mais en la distinguant "très clairement de toute mesure financière, appelée parfois paramétrique".

Le président de la République avait considéré mardi que la France ne pourrait pas faire "l'économie d'une réforme" de son système de retraites, tout en reconnaissant que le projet du gouvernement ne pourrait pas être maintenu tel quel. 

La décentralisation va s'accélérer, priorité aux services départementaux 

Jean Castex a également mis l'accent sur les "territoires", assurant vouloir approfondir encore davantage la décentralisation. Toutes les créations d'emploi de fonctionnaires qui seront autorisées par le projet de budget pour 2021 seront ainsi affectées dans les services départementaux de l'État, et non les administrations centrales. "C'est une révolution", a affirmé le chef du gouvernement.

Il a également dit vouloir consacrer "le droit à la différenciation" des territoires à travers une loi organique, pour ce qui constituera "une nouvelle étape de la décentralisation". 

Social : rénovation urbaine de 300 quartiers, repas à un euro pour les étudiants boursiers, revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire... 

Le Premier ministre a également dévoilé plusieurs mesures sociales. Il a ainsi dit vouloir démarrer les travaux de rénovation urbaine dans 300 quartiers, sur 450 concernés, avant la fin 2021.

Jean Castex a en outre annoncé des repas à un euro pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires dès la prochaine rentrée, contre 3,30 euros actuellement. Une mesure prise afin de "soutenir les étudiants, notamment les plus modestes, qui se retrouvent en difficulté avec moins d'accès aux petits boulots".

Enfin, l'allocation de rentrée scolaire va être revalorisée de 100 euros "dès la rentrée de septembre".