La Russie suspend ses exportations de céréales jusqu'au 1er juillet

  • A
  • A
blé
Des agriculteurs récoltent un champ de blé dans la région de Stavropol, au sud de la Russie, en 2014. © Danil SEMYONOV / AFP
Partagez sur :
En pleine pandémie de Covid-19, Moscou a annoncé dimanche suspendre ses exportations de plusieurs variétés de céréales. La Russie est pourtant le premier exportateur de blé dans le monde. 

Alors que la pandémie de Covid-19 frappe le monde entier, la Russie, premier exportateur mondial de blés, va suspendre ses exportations de plusieurs variétés de céréales (blé, seigle, orge et maïs) jusqu'au 1er juillet, a annoncé dimanche le ministère russe de l'Agriculture.

Le pays avait décidé début avril de limiter ses exportations de céréales à sept millions de tonnes jusqu'au 30 juin, s'attirant les critiques d'organisations multilatérales telles que la FAO, l'OMC et l'OMS, qui craignaient que ces restrictions par temps de pandémie ne créent des pénuries alimentaires. 

 

 

Mais, dimanche, ces quotas avaient été "entièrement épuisés", a précisé le ministère dans un communiqué.Aussi, les exportations de céréales "seront suspendues jusqu'au 1er juillet 2020", a-t-il souligné.

La Russie est le premier exportateur mondial de blé et l'un des principaux producteurs et exportateurs de céréales du monde.

Les cours des céréales risquent d'augmenter

Le gouvernement russe avait indiqué mi-mars envisager de mettre en place des restrictions d'exportations sur certains produits alimentaires en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, afin d'assurer la stabilité du marché national.

 

Cette décision risque de faire monter encore les cours, déjà hauts : vendredi sur Euronext, la tonne de blé tendre se négociait 199 euros sur l'échéance rapprochée de mai et celle de maïs en juin à 165,75 euros.