Covid-19 : les écoles vont fermer trois semaines

, modifié à
  • A
  • A
Les écoles vont fermer trois semaines.
Les écoles vont fermer trois semaines. © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Emmanuel Macron s'est adressé aux Français, mercredi soir, avec l'annonce d'une fermeture des écoles pour trois semaines ainsi que des restrictions étendues à l'ensemble du territoire. Le président de la République a également dévoilé une accélération du calendrier vaccinal et demander un "effort supplémentaire" à la population. 
L'ESSENTIEL

Un tour de vis et un espoir ? Emmanuel Macron s'est adressé aux Français mercredi soir, alors que la situation face à l'épidémie de Covid-19 continue de s'assombrir. Le président de la République, qui a admis avoir "commis des erreurs", a annoncé une fermeture des écoles pendant trois semaines, ainsi qu'une extension des mesures à tout le territoire. L'activité partielle a également été de nouveau accordée aux parents qui ne peuvent pas télétravailler, alors que les premières restrictions seront levées mi-mai. 

Les informations à retenir :

  • Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir une fermeture des écoles pour trois semaines
  • Les mesures en vigueur dans les départements confinés étendues à tout le territoire national
  • Pas de retour généralisé de l'attestation avant 10 km, évacue le chef de l'État
  • Le télétravail sera "systématisé", annonce Macron, qui demande un "effort supplémentaire" aux Français 
  • Le calendrier de la vaccination accéléré dans les prochaines semaines

Macron demande aux Français "un effort supplémentaire"

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français dans une allocution à 20 heures mercredi soir, alors que la parole présidentielle était attendue face à la troisième vague de Covid-19. Le chef de l'État a d'abord fait un point sur la situation sanitaire du pays, appelant l'ensemble des Français à "un effort supplémentaire". Il a ensuite dévoilé les nouvelles mesures sociales et économiques qui entrent en vigueur dès samedi. 

Le chef de l'État a enfin tenté d'esquisser une sortie de crise, avec plusieurs échéances. D'abord, une partie des restrictions actuelles seront levées à partir de la mi-mai, comme certains lieux de culture et les terrasses.

Une extension des mesures à tout le territoire dès samedi soir

L'extension à tout le territoire des mesures déjà en vigueur depuis une dizaine de jours dans 19 départements a été annoncée par Emmanuel Macron. Cette extension entre en vigueur "dès ce samedi soir et pour quatre semaines". D'après une source ministérielle qui s'est confiée à Europe 1, les restrictions actuellement en vigueur ont certes démontré leur effet, mais insuffisamment pour inverser la courbe du taux d'incidence.

Les déplacements entre régions sont tolérés jusqu'à lundi pour permettre à ceux qui le souhaitent de se confiner dans un autre lieu sur le territoire. En raison de cette tolérance, le site de la SNCF était momentanément indisponible, mercredi soir, en raison de nombreuses connexions.

Le retour généralisé à l'attestation n'aura pas lieu, a évacué Emmanuel Macron : un justificatif de domicile suffira pour un déplacement inférieur à 10 km, comme dans les départements déjà concernés par ces restrictions. 

Une semaine d'école à distance, et deux semaines de vacances au niveau national

Dans ce tableau globalement sombre, les élèves connaitront une semaine d'école à la maison avant les vacances de Pâques. Des congés dont la durée sera de deux semaines pour tout le territoire pour la même période. Concrètement, les enfants ne verront pas les bancs de l'école pendant trois semaines, avec d'abord une semaine en distanciel, la semaine prochaine, puis deux semaines de vacances sur l'ensemble de la France, avant une rentrée le 26 avril. Pour les universités, les étudiants pourront continuer de se rendre en cours en présentiel une fois par semaine.

Pendant cette durée, l'État va de nouveau débloquer l'activité partielle pour les parents qui sont dans l'impossibilité de télétravailler, et qui doivent donc s'occuper de leurs enfants. L'objectif est triple : faire baisser les contaminations dans les établissements, limiter le brassage des parents devant les écoles et forcer les entreprises à accorder du télétravail. Ce dernier sera d'ailleurs "systématisé", a insisté le chef de l'État.

La liste des commerces autorisés inchangée, les dispositifs d'aide prolongés

Sur le plan économique, la liste des commerces autorisés jusqu'à présent dans les 19 départements soumis à confinement ne change pas. Libraires, fleuristes ou encore chocolatiers resteront donc ouverts dans les prochaines semaines. Les dispositifs d'accompagnement seront "prolongés", a annoncé le chef de l'État. Selon Bercy, cette mesure concerne 150.000 commerces et a un coût estimé à 11 milliards d'euros par mois. 

Une partie des restrictions sera levée à partir de la mi-mai. "Dès la mi-mai, nous recommencerons à ouvrir avec certaines règles strictes. Nous autoriserons, sous conditions, l'ouverture de terrasses. Nous allons bâtir entre la mi-mai et le début de l'été un calendrier de réouverture progressive pour la culture, le sport, le loisir, l'événementiel, nos cafés et restaurants", a promis Emmanuel Macron

Le calendrier de la vaccination accéléré

C'est le point-clé de la sortie de crise en cette année 2021 : Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir une accélération de la vaccination au niveau national, avec notamment des rendez-vous possibles pour les plus de 60 ans à partir du 16 avril, pour les plus de 50 ans à partir du 15 mai et pour les moins de 50 ans à partir de la mi-juin.

Les "erreurs" de l'exécutif

Mercredi soir, Emmanuel Macron a admis avoir commis des "erreurs" durant la gestion de la crise, mot qu'avait également employé le porte-parole du gouvernement mercredi midi

La pression épidémique ne faiblit pas

Avec 5.053 malades en réanimation mercredi, le nombre de patients dans ces services marque un très net recul par rapport à mardi, après avoir atteint la veille le plus haut de la vague de l'automne. Ce chiffre ne peut être considéré comme une tendance, alors que la suite ne s'annonce pas meilleure : mi-novembre, la circulation du virus et le nombre de contaminations refluaient déjà nettement, ce qui n'est pas le cas à l'heure actuelle.

Mercredi, 303 nouveaux décès ont été enregistrés dans les hôpitaux, portant le bilan total à 95.640 morts, preuve que les effets de la vaccination ("plus de 8,5 millions" de premières doses injectées, "plus de 3 millions" de secondes doses, a indiqué Emmanuel Macron) sont encore très limités.

Près de 60.000 cas (59.038) ont été recensés dans le dernier bilan de l'épidémie, mais ce chiffre est à prendre avec des pincettes, en raison d'un rattrapage par rapport à mardi. 

Le vaccin Johnson & Johnson bientôt en France, bonne nouvelle pour le Pfizer/BioNTech

La France se verra livrer environ huit millions de doses du vaccin Covid-19 de Johnson & Johnson au total d'ici à fin juin, a indiqué le ministère de la Santé, avec environ 500.000 doses en avril. Par comparaison, quelque 47 millions de doses des trois autres vaccins autorisés seront livrées à la France en avril, mai et juin.

Le vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 est efficace à 100% chez les adolescents âgés de 12 à 15 ans, selon les résultats d'un essai clinique, ont annoncé mercredi les deux laboratoires qui espèrent que la vaccination de cette tranche d'âge débutera avant la prochaine rentrée scolaire. Pfizer et BioNTech vont maintenant soumettre ces données aux différentes autorités de régulation dans le monde "dans l'espoir de commencer à vacciner ce groupe d'âge avant le début de la prochaine année scolaire".

Près de 2,8 millions de morts

La pandémie a fait au moins 2,79 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan de l'AFP à partir de sources officielles mardi. Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de décès avec 550.930 morts, devant le Brésil (317.646), le Mexique (201.826), l'Inde (162.114) et le Royaume-Uni (126.615). Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP