La liste de la France Insoumise pour les européennes suscite des remous

  • A
  • A
2:21
L'édito politique d'Hélène Jouan est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Hélène Jouan évoque un sujet précis de la vie politique.

La France Insoumise doit dévoiler demain sa liste pour les prochaines élections européennes, une liste que les adhérents devront valider, mais qui suscite déjà des remous au sein du mouvement

Il a échoué dans la rue, il veut croire qu’il prendra sa revanche dans les urnes. Jean-Luc Mélenchon attend ses élections européennes avec la gourmandise de celui qui a sauté le plat principal, mais compte bien se rattraper au dessert pour remporter le macaron de "premier opposant" ! Bon pour cela, il faudrait que les électeurs s’intéressent à l’Europe, ce qui n’est pas gagné, mais il s’agit aussi de plonger dans la  petite tambouille partisane, tout ce que l’ex candidat à la présidentielle affirme détester, et donc de concocter une liste.

Et cette liste ne plait pas à tout le monde ?

Elle est pourtant issue d’un long processus démocratique se défend le mouvement. Appel à candidatures ouvert, lancement d’une consultation, et puis un comité électoral a brassé et resserré tout cela. La liste reste à valider, mais le résultat en l’état est clair : des places acquises en position éligible pour les proches de Jean-Luc Mélenchon, proches politiquement voire familialement, et les autres ?

Et bien les autres sont relégués derrière voire exclus. Coup de colère du coup, de l’inspirateur du programme économique de son programme présidentiel, l’économiste Liem Hoang Noc issu du parti socialiste, non retenu : il a décidé de suspendre, en l’état, sa participation à La France Insoumise. Sa mise à l’écart est de mauvais augure selon ses partisans pour un mouvement qui entend sérieusement parait-il, engager des discussions pour renégocier les traités.

"A moins que la stratégie Plan A/plan B ne soit qu’une posture pour ratisser large", grince-t-il. Un mouvement d’humeur pas si courant au sein de la France Insoumise, où l’esprit du centralisme démocratique flotte encore. La désagréable impression que Jean-Luc Mélenchon tire toujours la couverture à lui, au bénéfice de ses seuls proches.

Et ça a du mal à passer ?

Bon, je vous parie que d’ici quelques heures, Jean-Luc Mélenchon va se fendre sur son blog ou chez Jean-Jacques Bourdin ses deux rendez-vous préférés, d’une diatribe bien sentie sur les journalistes médiacrates et vendus au grand capital qui lui cherchent des poux dans la tête qu’il a pourtant bien propre ; c’est en effet la reproduction d’un mail dans le Journal du Dimanche qui a déclenché la colère de ses troupes.

Mais à l’heure où les Insoumis refusent d’aller entendre le discours du Monarque Macron au Congrès lundi à Versailles, la propre petite cuisine Insoumise fleure bon les arrangements d’ancien régime.