La diplomatie des cadeaux entre le Pape et Emmanuel Macron

  • A
  • A
3:22
L'édito politique d'Hélène Jouan est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Hélène Jouan évoque un sujet précis de la vie politique.

Hier Emmanuel Macron a donc rencontré le pape au Vatican. Les deux chefs d’Etat ont échangé longuement, mais ils ont également échangé des cadeaux

On a le compte-rendu officiel de cet entretien privé, canal officiel du Vatican, canal élyséen avec le chef d’Etat français qui a livré quelques éléments des thèmes abordés ; par exemple la laïcité, cette curiosité française qu’il ne faut évidemment pas entendre "comme une lutte contre la religion ce serait un non-sens" a précisé Emmanuel Macron, Emmanuel Macron qui a confié que son entrevue avait été l’objet "d’une tension féconde avec le pape". Tensions, quelles tensions ? Et puis nous disposons de ce que nous avons vu d’eux, la chaleureuse embrassade, tellement non protocolaire. Et enfin, les cadeaux échangés

C’est important les cadeaux ?

L’échange de présents entre chefs, empereurs ou rois existait avant que les diplomates ne fassent leur apparition ! Un cadeau, ça dit tout d’une relation, ça montre tout. La seule façon de dévoiler urbi et orbi les messages que les deux hommes souhaitent se faire passer. Une médaille en bronze de Saint Martin offert au président français, contre "le Journal d’un curé de campagne" de Georges Bernanos relié de cuir vert au pape : est-ce que ça vaut ? On n’est pas sur Ebay, il ne s’agit pas d’évaluer la valeur marchande des cadeaux échangés, ni de vanter comme la France aime à le faire en général  son industrie du luxe, un carré Hermès au pape, ç’eut été déplacé, il s’agit d’apprécier comment ils se voient et ce que chacun a à dire à l’autre.

Quels sont donc les messages portés par ces cadeaux ?

Le roman de Bernanos, c’est évidemment un hommage respectueux à François. Bernanos, écrivain adulé par les catholiques de France et de Rome, enfin, jusqu’à ce qu’il commette Les grands cimetières sous la lune, pamphlet contre les violences franquistes de la guerre d’Espagne.

La médaille du pape François, c’est une attention aux origines d’Emmanuel Macron; c’est à Amiens que Saint Martin a découpé son manteau pour le partager avec un vieillard nécessiteux. Mais le pape s’est fendu d’un sous-titre hier en offrant sa médaille. "C’est la vocation des gouvernants de protéger les pauvres" lui a-t-il expliqué. Ajoutant en italien "et nous sommes tous des pauvres". Malice toute chrétienne de l’homme de foi et de bien à l’endroit de celui qui en France a hérité du surnom de "président des riches". Allusion aux pauvres hères qui errent en Méditerranée. Une médaille symbole de générosité pour lui dire, "je sais qui tu es" ? Emmanuel Macron n’a voulu retenir du message que la phrase partagée avec le pape, "on peut être avec le peuple et contre les populismes". Tension, quelle tension?