La crêpe suzette

  • A
  • A
4:21
Papilles de la nation est une chronique de l'émission Historiquement vôtre
Partagez sur :

Olivier Poels l’avoue : "c’est ma recette préférée de crêpes !" Un subtil mélange de crêpe, de beurre d’orange et de Grand-Marnier. L’équilibre absolu lorsqu’elle est bien réalisée. Difficile d’attribuer la recette avec certitude à quelqu’un et plusieurs cuisiniers en revendiquent la paternité, dont le célèbre Auguste Escoffier qui l’aurait créée en 1896 à Monaco (Chef du Grand Hôtel) pour le futur roi d’Angleterre, Edouard VII qui dînait en compagnie d’une certaine Suzette (l’actrice Suzanne Reichenberg). Le roi insista pour que les crêpes soient baptisées de son nom (« Je n’en suis pas digne, nous donnerons plutôt à cette chose exquise, le nom de cette jeune personne qui est avec moi »). Cette histoire est assez probable. La crêpe n’était cependant pas systématiquement flambée. Cette étape s’est généralisée avec les grandes heures du service en salle. 

La recette pour 4 personnes :

- 8 crêpes

- 50 gr de beurre pommade

- 50 gr de sucre

- 4 mandarines

- 9 c à s de curaçao

1. Réaliser le beurre de mandarine en fouettant le beurre et le sucre jusqu’à obtenir un mélange lisse

2. Ajouter le zeste des mandarines, le jus d’une demi mandarine et 1 c à s de curaçao

3. Faire réchauffer les crêpes dans du beurre, tartiner de beurre de mandarine et plier en 4, ajouter un trait de jus de mandarine

4. Ajouter une c à s de curaçao par crêpe et servir très chaud !

Olivier Poels l’avoue : "c’est ma recette préférée de crêpes !" Un subtil mélange de crêpe, de beurre d’orange et de Grand-Marnier. L’équilibre absolu lorsqu’elle est bien réalisée. Difficile d’attribuer la recette avec certitude à quelqu’un et plusieurs cuisiniers en revendiquent la paternité, dont le célèbre Auguste Escoffier qui l’aurait créée en 1896 à Monaco (Chef du Grand Hôtel) pour le futur roi d’Angleterre, Edouard VII qui dînait en compagnie d’une certaine Suzette (l’actrice Suzanne Reichenberg). Le roi insista pour que les crêpes soient baptisées de son nom (« Je n’en suis pas digne, nous donnerons plutôt à cette chose exquise, le nom de cette jeune personne qui est avec moi »). Cette histoire est assez probable. La crêpe n’était cependant pas systématiquement flambée. Cette étape s’est généralisée avec les grandes heures du service en salle.