Transports : en Île-de-France, un déconfinement sous haute tension

, modifié à
  • A
  • A
gare 3:08
Des agents de la SNCF et des policiers contrôleront les passagers dans les gares, à partir de lundi, date de la levée du confinement en France. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Lundi, les voyageurs pourront à nouveau se déplacer dans le pays au-delà de 100 km de leur domicile, à condition de présenter une attestation lors des contrôles. Mais pour éviter un afflux dans les gares, ils devront respecter certaines règles et adopter de nouveaux comportements. La situation s'annonce particulièrement tendue en Île-de-France. 

À partir de lundi, date du début du déconfinement en France, les voyageurs vont devoir changer leurs habitudes dans les bus, les trains et les métros. À quoi ressembleront les trajets dans les transports en commun, notamment en région parisienne, où le coronavirus circule encore plus qu'ailleurs ? Europe 1 fait le point. 

Il faudra tout d'abord s'armer de patience avant d'entrer dans une gare pour prendre un train, un métro ou avant de monter dans un bus. Le port du masque sera obligatoire partout dans tous les réseaux et les déplacements devront tenir compte des différents marquages au sol. Dans la plupart des bus, la montée se fera par ailleurs à l'arrière. 

Présenter une attestation de son employeur 

En Île-de-France, les flux seront filtrés et les forces de l'ordre renforceront les équipes de la SNCF et de la RATP. Le passager devra leur présenter une attestation de son employeur qui prouve qu'il doit prendre les transports en commun aux heures de pointe. Lundi et mardi, aucune amende ou sanction n'est prévue si ce document n'est pas en la possession du passager. En revanche, à partir de mercredi, l'absence d'attestation sera sanctionnée par une amende de 135 euros entre 6 heures et 9 heures, et entre 16h30 et 19h30. 

"Demain, toutes les équipes de la SNCF, RATP et des préfectures de la région Île-de-France seront mobilisées pour suivre, heure par heure, et éventuellement prendre des mesures d'adaptation du dispositif. [...] Nous serons tous engagés et en capacité d'être réactifs dans les jours qui viennent", a assuré dimanche Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État chargé des transports, au micro d'Europe 1.  

Des masques mis à disposition 

De son côté, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a assuré dimanche sur Europe 1 que des masques seront disponibles pour les voyageurs. "Île-de-France mobilités, l'autorité organisatrice des transports, va elle, pour les transports en commun, donner un masque en tissu et lavable plus de 20 fois à tous les abonnés Navigo de façon à leur mettre le pied à l'étrier", a-t-elle affirmé. "Dans toutes les gares et toutes les stations, nous avons demandé que l'on puisse acheter des masques", a-t-elle par ailleurs précisé, évoquant un "énorme défi" pour la région. 

Concernant les trajets routiers, en Île-de-France, deux voies seront réservées aux covoiturage lundi sur les autoroutes A1 et A6a. Par ailleurs, les entreprises auront dès lundi la possibilité de mettre en place un "forfait mobilités durables" pour encourager leurs salariés à se rendre au travail en vélo ou en covoiturage, selon un décret publié dimanche. Ce dispositif passera par une aide allant jusqu'à 400 euros par an pris en charge par les employeurs pour les trajets du domicile jusqu'au lieu de travail. 

Europe 1
Par Aurélien Fleurot, édité par Tiffany Fillon