Covid : montants, durée, remboursement... où en sont les aides pour les entreprises ?

  • A
  • A
Alain Griset, ministre chargé des TPE-PME, était l'invité d'Europe 1, jeudi. 6:56
Alain Griset, ministre chargé des TPE-PME, était l'invité d'Europe 1, jeudi. © Europe 1
Partagez sur :
Jeudi, sur Europe 1, Alain Griset était l'invité de "La France bouge". L'occasion pour le ministre chargé des TPE-PME de faire le point sur la situation des entreprises touchées par la crise économique et sanitaire, ainsi que sur les aides proposée par le gouvernement. Ce soutien de l'État, assure-t-il, durera "le temps qu'il faudra".
INTERVIEW

Après deux confinements puis la mise en place du couvre-feu pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, de très nombreuses entreprises sont frappées de plein fouet par la crise économique. Fonds de solidarité, chômage partiel, prêt garanti par l'État (PGE)… Face à cette situation, le gouvernement a déployé de nombreuses aides à destination des entrepreneurs. Mais alors que la crise s'éternise, combien de temps ces derniers vont-ils pouvoir compter sur le soutien de l'État ? Invité jeudi de La France bouge, sur Europe 1, le ministre chargé des TPE-PME, Alain Griset, a fait le point sur la situation.

Combien d'entreprises sont-elles aidées ?

"L'économie tient", assure le ministre, insistant sur le fait qu'aujourd'hui, "90% de l'économie fonctionne normalement". Mais, reconnaît-il, "pour les 10% qui ne fonctionnent pas, c'est très difficile". C'est pourquoi, ajoute-t-il, l'État tient à soutenir "au maximum" ces entreprises. 

Concrètement, 2 millions d'entreprises sont soutenues dans le cadre du fonds de solidarité, tandis que 650.000 entreprises ont obtenu un PGE. "On est sur des montants considérables", rappelle Alain Griset, vantant un "soutien massif et continu" de l'État, avec "27 milliards pour l'activité partielle et 131 milliards pour les PGE".

Jusqu'à quand les aides seront-elles maintenues ?

Mais alors que la perspective d'une sortie de crie reste floue, combien de temps les entreprises vont-elles pouvoir compter sur ces aides gouvernementales ? "Le temps qu'il faudra", répond Alain Griset. "Personne au monde n'est capable de donner des dates de fin de pandémie", dit-il, assurant que "quoi qu'il en coûte, le temps qu'il faudra, le gouvernement accompagnera les entreprises". 

Vers un allongement du remboursement des PGE ? 

Au début du mois de février, le ministre en charge des TPE-PME avait indiqué que le gouvernement était en discussion avec Bruxelles pour faire passer de six à huit ans la durée de remboursement des PGE, pour "sécuriser les entrepreneurs". Les PGE sont actuellement souscrits pour une durée maximale de 6 ans, et aucun remboursement n'est exigé pendant les deux premières années.

" Une annulation des remboursements n'est pas envisagée "

"La décision n'est pas encore obtenue", indique Alain Griset sur Europe 1, "j'espère qu'on va y arriver". Pour le ministre, "c'est indispensable pour les entrepreneurs de donner de la visibilité. Quand vous avez 25% de votre CA, le rembourser en 4 ans paraît difficile, donc deux années de plus me parait quelque chose sur lequel on devrait aboutir". 

Et pour les entreprises les plus en difficulté, le gouvernement pourrait-il envisager une annulation des remboursements ? "Ce n'est pas envisagé", écarte Alain Griset. "C'est un prêt", rappelle-t-il. Or, selon lui, "donner l'idée qu'un prêt n'est pas remboursé, c'est ne plus avoir de prêteur dans l'avenir". 

Quel calendrier pour la réouverture des bars et restaurants ? 

Parmi les entreprises les plus sinistrées, on trouve bien évidemment les bars et restaurants, contraints à la fermeture depuis le mois d'octobre. Du côté des restaurateurs, certains demandent au gouvernement de permettre leur ouverture le midi pour accueillir les Français travaillant aux alentours. "Pour l'instant, ce n'est pas une bonne piste", estime Alain Griset, conscient de l'envie "très forte et légitime" des restaurateurs de rouvrir.

"Il y a une priorité, c'est le sanitaire", ajoute l'invité d'Europe 1, insistant sur l'accompagnement "très fort" des cafés, hôtels et restaurants. Et alors que les variants continuent de faire craindre aux autorités sanitaires un fort rebond de l'épidémie, "il n'y a pas de calendrier" pour la réouverture des bars, indique Alain Griset.

"Lorsqu'on était en mai, en juin, en juillet-août et en septembre, personne ne croyait qu'on allait devoir reconfiner en novembre", dit encore Alain Griset. Et de conclure : "On a une lumière au bout du tunnel, c'est le vaccin, qui est l'espoir collectif. Il nous permettra, avec les gestes barrières, d'éradiquer cette pandémie."

Europe 1
Par Antoine Terrel