Coronavirus : comment va fonctionner la garantie d'Etat des prêts aux entreprises ?

, modifié à
  • A
  • A
Les entrepreneurs pourront désormais souscrire un prêt garantie par l'Etat d'un montant équivalent au chiffre d'affaire perdu à cause de l'épidémie de Covid-19. 4:55
Les entrepreneurs pourront désormais souscrire un prêt garantie par l'Etat d'un montant équivalent au chiffre d'affaire perdu à cause de l'épidémie de Covid-19. © Pixabay
Partagez sur :
Le gouvernement a annoncé la mise en place d'une garantie d'Etat pour les prêts aux entreprises, mesure inédite destinée à soutenir les sociétés le temps de la crise liée au coronavirus.
INTERVIEW

Le projet d’état d’urgence sanitaire voté par le Parlement dans la nuit de vendredi à samedi, en réaction à l'épidémie déclenchée par le nouveau coronavirus, comprend de nombreuses mesures financières destinées à soutenir les entreprises mises brutalement à l'arrêt par cette crise. Outre le report des charges et le financement du chômage partiel, les élus ont validé la mise en place d’une garantie d’Etat pour les prêts accordés aux entreprises, à hauteur de 300 milliards d’euros.

En clair, les entreprises pourront contracter des prêts durant tout la durée de la crise pour palier leur baisse d'activité. Et l'Etat se porte garant de leurs éventuels défauts de paiement. "Nous allons être opérateur de ce gigantesque programme, tout à fait inédit depuis la Seconde Guerre mondial", a indiqué au micro d’Europe 1 lundi Nicolas Dufourcq,​ le président de la Banque publique d’investissement. 

Comment profiter de ce dispositif ?

Il suffit de contacter sa banque et d'en faire la demande. L’entrepreneur aura le choix d’un prêt étalé sur un an, deux ans, trois ans, quatre ans ou cinq ans.

Cette demande de prêt peut également être formulée auprès de la BPI, qui a déjà reçu 25.000 appels en ce sens. "Nous avons déjà attribué la semaine dernière plusieurs centaines de millions d’euros de prêts sans garantie à nos clients", relève Nicolas Dufourcq.

Toutes les entreprises françaises y auront droit. "Il y en aura pour tout le monde, il n’y aura pas de rationnement. Mais nous traiterons les entreprises les plus en difficulté en priorité", assure pour sa part Thierry Laborde, directeur général adjoint de BNP Paribas, au micro d'Europe 1.

Tout est fait pour que ce soit simple et rapide. Mais gare aux mauvais payeur et aux fraudeurs... Les entreprises prises en défaut en matière de délai de paiement de leurs fournisseurs n’y auront pas droit.

Que signifie l’absence de garantie ?

"Cela signifie que les banques ne prennent aucune garantie sur le patrimoine de l’entrepreneur et de l’entreprise, et cela pour les prêts souscrits pendant une durée qui franchit la crise", enchaîne Nicolas Dufourcq. En clair, si une entreprise souscrit un prêt durant la période de l'épidémie, l'Etat sera le garant. L'entreprise ne risque donc pas de perdre du patrimoine si elle ne parvient pas à rembourser son prêt. 

Comment sera déterminé le montant du prêt ?

"Le montant de ce prêt sera équivalent à la durée du chiffre d’affaire perdu, d’un mois à trois mois", explique le patron de la BPI. À titre d'exemple, "nous avons fait depuis lundi des prêts sans garantie compris entre 10.000 et 30 millions d’euros".

"C'est un dispositif simple, massif et inédit, monté en quelques jours par l’Etat, les banques et avec le support de la BPI. L’idée c’est d’offrir à toutes les entreprises trois mois de chiffre d’affaires sans remboursement pendant un an, et avec la possibilité d’étaler le remboursement ensuite jusqu'à cinq ans", poursuit Thierry Laborde. Qui précise : "En ce qui concerne la BNP, ce sera à un taux de 0,25% pour les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 50 millions d'euros, et 0,50% au delà."

Europe 1
Par Romain David