Foot : le Brésil vient à bout du Pérou et remporte sa 9e Copa América

  • A
  • A
© Luis Acosta / AFP
Partagez sur :
Le Brésil, porté notamment par Everton et Gabriel Jesus, n'avait plus gagné de titre majeur depuis 12 ans. 

Le Brésil a eu chaud, mais la Copa América est bien revenue au pays-hôte. Réduite à dix pendant vingt minutes, la Seleçao a battu de courageux Péruviens (3-1), dimanche, au mythique stade Maracana de Rio de Janeiro. C'est le neuvième trophée continental de la Seleçao, qui a toujours gagné ce tournoi quand il l'a organisé (1919, 1922, 1949, 1989 et maintenant 2019).

Jesus et Everton ont enflammé le Maracana 

Le Pérou a débuté le match pied au plancher, avec un pressing très haut, donnant quelques sueurs froides aux supporters brésiliens. Pour sortir de l'emprise péruvienne, la Seleçao s'en est remise au talent d'Everton, qui avait déjà martyrisé les Incas lors du match du premier tour. Grâce à ses dribbles, le "Petit oignon", comme l'appellent les supporters brésiliens, était à l'initiative des premières incursions dangereuses dans le camp adverse. Et c'est lui qui a ouvert le score, sur une action lumineuse de Gabriel Jesus. Bien lancé par le capitaine Dani Alves, le numéro 9 a mystifié Trauco avant de centrer au cordeau pour Everton, bien placé au second poteau pour pousser le ballon au fond des filets (15e).

Héros de la demi-finale contre l'Argentine (2-0), avec un but et une passe décisive, Gabriel Jesus a en effet remis ça dimanche, même s'il a failli tout gâcher en se faisant expulser pour un second carton jaune à la 70e. Contre un adversaire qu'il avait étrillé 5-0 au premier tour, le Brésil n'a pas réussi à garder sa cage inviolée. Guerrero a redonné l'espoir aux Péruviens sur pénalty (44e), après l'ouverture du score d'Everton (15e), sur une passe de Jesus, qui a marqué le 2e but brésilien juste avant la pause (45+3).

Les hommes de Tite on souffert

La situation des Brésiliens vs'est compliquée quand Jesus a reçu son deuxième carton jaune du match pour une faute sur Tapia (70e). En infériorité numérique, la Seleçao a su faire le dos rond et Richarlison, entré quelques minutes plus tôt, a libéré le Maracana sur pénalty (90e) pour une faute de Zambrano sur Everton.

Les hommes de Tite on souffert face à l'équipe de Ricardo Gareca, mais ça ne les a pas empêchés de survoler le tournoi, malgré l'absence de Neymar, blessé et englué dans une affaire de viol, et quelques sifflets des supporters en début de compétition. Les quintuples champions du monde ont enfin remporté un titre majeur après 12 longues années d'attente, depuis la Copa América de 2007.

Après une cérémonie de clôture avec la chanteuse pop brésilienne Anitta, changement radical de style musical : les 70.000 spectateurs ont respecté une minute de silence en hommage à Joao Gilberto, icône de la Bossa Nova décédé samedi. La prochaine édition aura lieu dès l'année prochaine, en Colombie et en Argentine.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP