Week-end de Pâques : avant le confinement, un exode urbain très surveillé

, modifié à
  • A
  • A
gare Montparnasse 2:19
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
À quelques heures de l'entrée en vigueur des nouvelles mesures de restrictions, de nombreux urbains profitent de la tolérance accordée par le gouvernement pour le week-end de Pâques pour rejoindre la province. Le temps d'un court séjour, ou pour y passer les quelques semaines de confinement.
REPORTAGE

Dernier week-end de liberté. Alors que les nouvelles mesures de restrictions contre le coronavirus entrent en vigueur samedi à 19 heures, de nouvelles vagues de déplacements s'observent des grandes villes vers la province. Une dernière bouffée d'oxygène, un voyage pour déposer les enfants aux grands-parents, ou un aller simple pour plusieurs semaines de confinement, les Français ont jusqu'à lundi pour rejoindre leur point de chute, avant la reprise de contrôles stricts.

Se "ressourcer"

"On a eu le feu vert alors on s'est dit 'on va y aller, on va profiter avant de rentrer à la maison pour travailler avec les enfants'", s'enthousiasme Fabienne, qui s'est arrêtée au bord de l'autoroute A11 pour une petite pause. Et son compagnon de voyage de compléter : "Il faut qu'on s'en aille pour respirer un peu."

De son côté, Monique, 88 ans, profite elle aussi de ce week-end pascal pour partir retrouver sa fille en Bretagne. "Il y a les crêpes, le far, les gens sont sympas. C'est long toute la journée, toute seul, alors je veux aller un peu me ressourcer", dit-elle au micro d'Europe 1.

Populations venant de régions plus touchées

Plus au sud, les habitants du Cap Ferret assistent depuis vendredi à l'arrivée de flux d'urbains sur la presqu'île. "Le trafic est particulièrement dense sur la départementale et l'unique route qui relie le fond du bassin au Cap-Ferret", affirme Philippe Bonneville, maire de Lège-Cap-Ferret. Qu'ils arrivent de Paris ou d'ailleurs n'est pas le problème, dit-il, mais ils devront respecter les règles. "Qu'ils soient en résidence secondaire ou en résidence principale, l'essentiel, c'est l'appel à la responsabilité de tous, et le respect des gestes barrières, puisque nous insistons sur le port du masque, le mètre de distance de sécurité sanitaire et le lavage des mains", énumère-t-il, à l'adresse de ceux qui rejoignent le Cap Ferret.

Rappelant que la Gironde était jusqu'à il y a peu, un département relativement épargné par le virus avant une augmentation de la circulation virale, l'édile déclare que "l'apport de populations venant de régions où la circulation virale est beaucoup plus forte [nous] inquiète un petit peu". Aussi, afin de veiller à ce que les mesures soient respectées, les contrôles seront renforcés sur l'ensemble de la commune, avec notamment quatre agents de police supplémentaires.

À La Baule, où de nombreux "Franciliens, Nantais, Angevins et Rennais" sont venus trouver refuge pour passer ce troisième confinement, c'est même une "compagnie de CRS" qui est arrivée pour prêter main forte à la police municipale, indique de son côté Franck Louvrier, le maire. Dans sa ville où la "population a été multipliée par trois ou quatre", ces renforts doivent aider à "veiller à la stricte application des gestes barrières". Car si le maire accueille volontiers toutes ces personnes, pas question pour lui "de mettre en danger les vacanciers ou les résidents". 

Europe 1
Par Marion Gauthier, édité par Pauline Rouquette et Ugo Pascolo