"Une grosse journée de galère" : face à la grève RATP, les Franciliens s'organisent

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
La journée de vendredi s'annonce noire sur le réseau RATP. Face aux perturbations, les Franciliens prévoient d'aller travailler à pied ou en vélo... voire de ne pas se déplacer du tout. 
TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Ils iront au bureau en vélo, à pied, ou travailleront de chez eux. Face à la perspective d'une journée noire sur le réseau de la RATP, les usagers trouvent des solutions alternatives. La direction de la RATP avait annoncé mercredi que le trafic serait "extrêmement perturbé" ce vendredi sur une dizaine de lignes, suite à l'appel à la mobilisation de plusieurs syndicats contre la réforme des retraites. Un mouvement d'une ampleur inégalée depuis dix ans, et une journée qui s'annonce infernale pour les Franciliens. 

 

Trafic "extrêmement perturbé" sur l'ensemble du réseau

Les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13 seront fermées toute la journée, tandis que le trafic s'annonce très perturbé sur les lignes 4, 7, 8, 9, avec des stations ouvertes uniquement aux heures de pointe (6h30-9h30 et 17 heures-20 heures). 

RER, bus et tramways ne sont pas épargnés : la RATP prévoit 1 RER sur 3 prévu sur la ligne A et 1 sur 5 sur la ligne B, un tramway sur 2 sur les lignes 5 et 3b, 1 sur 3 sur les lignes 1, 2, 3a, 6, 7 et 8, et un bus sur trois en moyenne sur l'ensemble du réseau. 

"Une grosse journée de galère... Des métros toutes les quarante minutes, ça fait vraiment peur", s’inquiète une usagère du métro parisien au micro d'Europe 1. Pour éviter bousculades et retards, nombreux sont les Franciliens à envisager d'autres moyens de transport. "Je suis parisien et je travaille à Paris, donc je prendrai le vélo", prévoit un habitant de la capitale. Autre solution pour aller travailler, la marche à pied. "Je verrai bien, mais si ça ne marche vraiment pas, je viendrai en courant... ça permet au moins de faire du sport !", relativise un autre. 

"Circuits de rechange" et télétravail 

Certains habitués du réseau RATP préfèrent opter directement pour le télétravail. "Mes salariés travailleront de chez eux. Tout va se faire par téléphone ou par Skype", témoigne un Parisien sur Europe 1. C'est loin d'être la première grève à laquelle la capitale fait face, et certains franciliens, résignés, ont déjà leur plan d'attaque. "Avec la grosse grève d'il y a un an, on a des circuits de rechange, on est habitué", confie un usager. "En général quand il y a une grève, je fais du télétravail, et puis je reporte mes rendez-vous", renchérit une autre. 

Des solutions toutes prêtes, que les parisiens espèrent toujours ne pas avoir à mettre en pratique : "Il faut bien s'adapter... Mais on souhaite quand même que le vendredi 13 ne portera pas bien son nom !"

 

Des solutions alternatives proposées par la RATP

"Consciente" des difficultés que connaîtront vendredi ses clients, la RATP a préparé avec des partenaires des "solutions alternatives de mobilité". Elle offre ainsi "30 minutes gratuites" à ses clients qui utiliseront les scooters électriques en libre-service Cityscoot.

Avec la start-up de covoiturage domicile-travail Klaxit, ce sera gratuit pour les passagers et la RATP versera un minimum garanti de 4 euros aux conducteurs. Le groupe paiera la moitié du coût du stationnement dans les parkings de Paris et sa région, en passant par la start-up Zenpark. Partenariat conclu aussi avec Kapten, une plateforme de VTC où les usagers bénéficieront d'une réduction de 20% du prix des courses.

Enfin, avec les vélos et trottinettes électriques Jump en libre-service, la RATP offrira deux trajets de 15 minutes.

 

 

Europe 1
Par Jean-Gabriel Bourgeois, édité par Laetitia Drevet