"On a déjà vu des tempêtes, mais pas à ce point-là" : à Argelès-sur-Mer, les habitants s'organisent face à Gloria

, modifié à
  • A
  • A
A Argelès-sur-Mer, une cellule de crise a été lancée à la mairie 2:01
A Argelès-sur-Mer, une cellule de crise a été lancée à la mairie © Benjamin Peter / Europe 1
Partagez sur :
La tempête Gloria qui s'abat sur les Pyrénées-Orientales depuis mardi continue d'inquiéter les habitants des communes touchées. Notamment sur le front de mer, à Argelès-sur-Mer, où une centaine de personnes a dû être évacuée dans le quartier du Racou. Les vagues sont montées à plusieurs mètres de hauteur, l'eau est même parfois rentrée dans les maisons.  
REPORTAGE

Dans les Pyrénées-Orientales, la situation ne devrait pas s'améliorer avant jeudi, après le passage de la tempête Gloria, qui inquiète toujours les Catalans. Il a encore beaucoup plus dans la nuit de mardi et mercredi, et les rivières vont encore monter puisque les vents marins empêchent leur écoulement. A Argelès-sur-Mer, sur le littoral, une cellule de crise a été organisée à la mairie, 70 pompiers sont venus en renforts, alors que 7.000 foyers étaient privés d’électricité mardi soir. Surtout, une centaine de personnes a dû être évacuée.

Les locaux sont venus assister mardi soir au spectacle de cette mer déchaînée, avec des vagues qui atteignent les petites maisons typiques de la plage du Racou. "On a déjà eu des tempêtes, on en a déjà vu par ici, mais à ce point-là, pas autant", raconte Sylviane, qui habite dans les terres et ne risque pas grand chose. Mais ce qui est surtout redouté, c'est un coup de mer : les cours d'eau ne pourraient pas se déverser dans la Méditerranée. Ce qui provoquerait des dégâts encore plus importants. 

Fort risque d'avalanches en montagne mercredi

Alors, les habitants s'organisent. Beaucoup ont passé la nuit à surveiller le ciel et la rivière. Certains comptent sur l'aide entre voisins. Comme Tidiana, qui habite au rez-de-chaussée et peut monter au premier étage. "C’est déjà arrivé que notre voisin vienne toquer. Alors on monte chez lui, on prend les sacs, on y met des papiers, des affaires : les cartes bancaires, téléphones, papiers de la banque, et on attend. Les voitures sont à la gare un peu plus haut", témoigne-t-elle. 

En tout, 300 pompiers sont intervenus sur l'ensemble du département, dont 35 militaires de la sécurité civile. Les Pyrénées-Orientales sont toujours en vigilance orange pluie-inondation mercredi. Il y a même un fort risque d'avalanches dans le massif du Canigou en raison du radoucissement des températures et la chute de 60 cm de neige en montagne. En Espagne, trois personnes ont trouvé la mort après le passage de cette tempête Gloria. 

Europe 1
Par Benjamin Peter, édité par Thomas Vichard