Manifestation anti-PMA : à Toulon, "on a senti un emballement sur la dernière semaine"

  • A
  • A
Une manifestation anti-PMA est organisée ce dimanche.
Une manifestation anti-PMA est organisée ce dimanche. © Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :
Des manifestants toulonnais vont rejoindre le cortège parisien lors de la manifestation anti-PMA organisée ce dimanche à Paris. 
REPORTAGE

"On est content, on a réussi notre mobilisation". Agnès a déjà le sentiment du devoir accompli. La présidente de l'Association familiale catholique de Toulon est persuadée que la manifestation anti-PMA (procréation médicalement assistée) organisée à Paris ce dimanche, sera un franc succès. "On a réussit à bouger les gens", estime-t-elle. "Dans le train, il y 550/600 personnes et certains sont partis rejoindre la capitale par leur propre moyen. La manifestation sera une réussite, j'en suis persuadée", poursuit-elle.

"Le remplissage du train s'est fait lentement"

Pourtant, l'adhésion des sympathisants toulonnais n'a pas été immédiate. Pierre, militant de la Manif pour tous, reconnaît même qu'elle a été tardive. "On a poussé fort. Le remplissage du train s'est fait lentement, mais on a vraiment senti un emballement sur la dernière semaine, sur les derniers jours. Les gens comprennent que l'heure est grave et je pense que les discussions à l'Assemblée nationale n'y sont pas pour rien".

Allusion à un amendement voté cette semaine dans l’hémicycle et qui reconnaît la filiation des enfants nés à l'étranger de GPA (gestation pour autrui). Le député LREM à l'origine de cet amendement, Jean-Louis Touraine, s'est attiré les foudres de l'opposition mais aussi de la majorité. Les députés LR s'estimant trahi par le gouvernement qui s'était engagé à ne pas avancer sur la GPA dans le projet de loi bioéthique. Le gouvernement a ainsi demandé une seconde délibération. 

Mobilisation incertaine

La mobilisation de ce dimanche après-midi reste toutefois incertaine. Les responsables politiques, notamment LR, ne devraient en effet pas être très nombreux dans les cortèges préférant manifester leur opposition à l'Assemblée nationale où le projet de loi bioéthique est actuellement en discussion. 

"Pour moi, ce qui est important c'est de manifester notre désaccord, c'est une parole apportée quelque soit le chiffre", estime pour sa part Chantal de l'association Alliance VITA, à Toulon. Peu importante son ampleur, les militants assurent que cette mobilisation ne sera pas leur dernier acte.