"On ne peut pas inventer une filiation bidon" : les anti-PMA pour toutes dans la rue à Paris

, modifié à
  • A
  • A
Ludovine de la Rochère a une nouvelle fois demandé le retrait du projet de loi bioéthique.
Ludovine de la Rochère a une nouvelle fois demandé le retrait du projet de loi bioéthique. © Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :
Les opposants à la PMA pour tous manifestent dimanche à Paris. La présidente de la Manif pour tous Ludovine de la Rochère, interrogée par Europe 1, continue de demander le retrait du projet de loi bioéthique.

Les anti-PMA ne désarment pas. Les opposants à l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux lesbiennes et femmes célibataires appellent à manifester de nouveau dimanche à Paris pour demander le retrait du projet de loi bioéthique, examiné à partir de mardi par le Sénat.

"Ça ne nous amuse pas d’organiser des manifestations qui ne sont pas dans notre intérêt personnel, mais pour les générations futures. Nous souhaiterions que ce soit la dernière, parce que le gouvernement et Emmanuel Macron peuvent décider du retrait de ce projet de loi", assure auprès d'Europe 1 Ludovine de la Rochère, la présidente de la Manif pour tous. La mobilisation précédente des anti-PMA avait réuni plus de 74.000 personnes, le 6 octobre dernier à Paris.

"La seule solution c’est de retirer le projet de loi bioéthique"

La présidente de la Manif pour tous fustige une nouvelle fois le contenu du projet de loi, demandant "de tout reprendre à zéro". "Les états généraux de la bioéthique n’ont absolument pas été pris en compte, la seule solution c’est de retirer le projet de loi et de tout reprendre à zéro", s’insurge Ludovine de la Rochère. 

 "On ne peut pas inventer une filiation bidon en inscrivant sur l’acte de naissance de l’enfant qu’il aurait prétendument deux mamans", martèle-t-elle. Le projet de loi doit maintenant être examiné en première lecture dans l'hémicycle du Sénat à partir du 21 janvier, avant un vote sur l'ensemble du texte le 4 février.