"Les étudiants ne sont pas que des tubes digestifs", alerte un professeur

, modifié à
  • A
  • A
3:50
Partagez sur :
Pour répondre au mal-être des étudiants, le gouvernement a récemment annoncé une série de mesures, comme les chèques psy ou les repas à un euro. "Ce sont un peu des cautères sur des jambes de bois", dénonce mercredi sur Europe 1 Bertrand Périer, qui enseigne l’art oratoire. L’homme alerte sur une vraie détresse chez certains étudiants.
INTERVIEW

Les étudiants, qui figurent parmi les principales victimes de la crise sanitaire lié au coronavirus, sont en pleine souffrance. Mardi, ils ont manifesté, aux côtés d’enseignants, pour crier leur mal-être alors qu’ils sont privés depuis de longs mois de cours en présentiel et de la plupart de leurs interactions sociales. Pour tenter de remédier à cela, Emmanuel Macron a récemment annoncé plusieurs mesures : le retour en cours une fois par semaine, la mise en place d’un chèque psy, ou encore un la mise en place d’un repas à un euro. Mais beaucoup estiment ces mesures insuffisantes. "Les étudiants ne sont pas que des tubes digestifs", réagit ainsi mercredi sur Europe 1, Bertrand Périer, qui enseigne l’art oratoire dans des grandes écoles mais aussi dans des établissements de Seine-Saint-Denis.

"Ils naviguent comme des zombies"

Celui qui est aussi avocat au conseil d’Etat et à la Cour de cassation se félicite toutefois que le gouvernement ait pris conscience de la gravité du problème, mais il pointe des mesures "nécessaires, mais pas suffisantes. Ce sont un peu des cautères sur des jambes de bois", image-t-il.

Alors Bertrand Périer insiste. "il y a des étudiants qui sont dans une vraie détresse, qui ne voient pas le bout du tunnel. C'est un jour sans fin. Ils naviguent comme des zombies. Vous avez des jeunes gens qui passent leurs journées de cours en visio en cours en visio, sans jamais avoir un contact ni avec un professeur, ni avec un camarade"', déplore le professeur.

"Ce petit contact individuel personnalisé, on ne l'a pas derrière un ordinateur"

"Les étudiants sont aussi des êtres qui ont besoin de relations sociales, de relations affectives", poursuit l'enseignant. "Et moi, ce qu'ils me disent, c'est : 'je n'ai pas fait tout ça pour finir devant mon ordinateur'. Il y a des gens pour lesquels faire des études supérieures était un défi social. Ils ont passé des concours difficiles et ils voulaient, ne serait-ce que monter à Paris. Et beaucoup sont repartis chez leurs parents. Et ils disent 'à quoi ça sert de passer ce concours si ma vie ne change pas ?"

Dans une moindre mesure, la frustration est aussi très importante dans le corps enseignant. "Finalement, si on enseigne, ça n'est pas simplement pour transmettre des connaissances. C'est important, bien sûr, mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg", explique Bertrand Périer. "On enseigne pour nouer une relation. Si j'enseigne, c'est aussi pour les guider, répondre à leurs interrogations, faire une lettre de recommandation si c'est nécessaire, leur faire part d'une expérience personnelle. Ce petit contact individuel personnalisé, on ne l'a pas derrière un ordinateur. On termine son cours, on dit au revoir et tous les écrans s'éteignent."