"Il aimait enseigner" : dans le quartier de Samuel Paty, la sidération

, modifié à
  • A
  • A
Conflans-Sainte-Honorine Samuel Paty hommage 1:10
Deux jours après l'assassinat de Samuel Paty, les hommages se multiplient. © AFP
Partagez sur :
Deux jours après l'assassinat de Samuel Paty, les hommages se multiplient. Dans son quartier, aux alentours du collège, les riverains sont encore sous le choc. "Monsieur Paty, il aimait vraiment enseigner. Je suis anéantie par cet acte", confie la mère d'un de ses élèves. 
REPORTAGE

Dimanche, des milliers de personnes se sont mobilisées pour la liberté d'expression et contre la barbarie. Mercredi, un hommage national sera rendu à Samuel Paty, professeur de collège d'Histoire-Géographie de 47 ans, assassiné à Conflans-Sainte-Honorine par un homme de 18 ans d'origine tchétchène, pour avoir montré des caricatures de Mahomet en classe. Dans son quartier tranquille, c'est toujours l'incompréhension. C'est au deuxième étage d'un petit immeuble bordé de pelouses que vivait l'enseignant depuis quelques années. Europe 1 s'est rendue sur place.

Yacine le servait dans sa boulangerie. "Il venait chercher son pain tous les après-midis après les cours. Quelquefois tout seul, quelquefois avec son petit. Il discutait, disait bonjour : un homme très gentil", raconte-t-il.  

"Il aimait bien essayer de faire rire ses élèves"

Samuel Paty, c'est ce voisin qu'on croise avec son fils de 5 ans à vélo. Le professeur était également un grand fan de tennis. Son collège était au bout d'un chemin, qu'il prenait chaque jour à pied. Devant l'établissement, des fleurs et des bougies s'entassent. "D'après mon fils, c'était quelqu'un de drôle, qui avait beaucoup d'humour", confie Nadine, mère d'un des élèves du professeur décédé. "Il aimait bien essayer de faire rire ses élèves dans le cadre des cours. Monsieur Paty, il aimait vraiment enseigner. Je suis anéantie par cet acte." 

Le département souhaite renommer l'établissement "collège Samuel-Paty", pour Nadine, ce serait le plus beau des hommages.

Europe 1
Par Nicolas Feldmann, édité par Mathilde Durand