Attaque de Conflans : L'Etat doit "aller encore plus loin pour protéger nos professeurs"

, modifié à
  • A
  • A
La secrétaire d'Etat chargé de l'éducation prioritaire a estimé qu'il fallait "aller plus loin" pour protéger les professeurs. 3:23
La secrétaire d'Etat chargé de l'éducation prioritaire a estimé qu'il fallait "aller plus loin" pour protéger les professeurs. © AFP
Partagez sur :
Invitée d'Europe 1 dimanche, Nathalie Elimas, secrétaire d’État à l’Éducation prioritaire, a déclaré que l'assassinat d'un professeur de Conflans dans les Yvelines vendredi doit inciter à "aller encore plus loin pour aider et protéger nos professeurs". La cellule ministérielle de veille et d’alerte va notamment être renforcée.
INTERVIEW

Nathalie Elimas, secrétaire d’État à l’Éducation prioritaire, était l'invitée d'Europe 1. Elle est revenue sur l'assassinat atroce dont a été victime un professeur de Conflans dans les Yvelines, et a déclaré que si le gouvernement "ne partait pas de rien", cette nouvelle attaque doit l'inciter à "aller encore plus loin pour aider et protéger nos professeurs".

Renforcement des dispositifs existants

"La pire réponse que nous pourrions apporter c’est l’auto-censure. C'est ce que cherchent à faire ceux qui veulent ébranler nos valeurs, nous ne céderons en rien", a tenu à rappeler la secrétaire d'Etat. "Cet acte atroce doit justement nous inciter à aller encore plus loin pour aider et protéger nos professeurs", a plaidé celle qui a aussi fait sa carrière en tant qu'enseignante. 

"On ne part pas de rien", a toutefois souligné Nathalie Elimas. Depuis trois ans, un certain nombre de mesures ont été prises, dit-elle : "Il y a les équipes valeurs de la République, qui peuvent être interpellées dès lors qu'une question relative à la laïcité se pose, il y a le Conseil des sages, et un vadémécum à disposition des enseignants depuis 2019".

Les équipes "valeurs de la République" sont des équipes formées à la disposition des académies, qui peuvent être sollicitées par téléphone par un professeur en cas de question ou d’incident relatif à la laïcité, et qui peuvent aussi se déplacer directement dans les classes et répondre aux questions.

Pour aller plus loin, il existe aussi la "cellule ministérielle de veille et d’alerte, CMVA, sollicitée en cas d’atteinte à la laïcité", qui va être "renforcée, pour agir plus fort et plus vite", a affirmé la secrétaire d'Etat. Enfin, il y a un "numéro vert à disposition des enseignants" : le 0805 500 005. "Nous avons aussi alerté samedi les recteurs sur le fait d’être plus attentifs que jamais pour agir le plus efficacement et rapidement possible."

Travail sur la laïcité et la formation

Concernant la laïcité, la secrétaire d'Etat mentionne la nécessité d'un "travail sur le sujet en classe, sur ce que c’est, auprès de nos professeurs et de l’ensemble de nos personnels", et d'un renforcement "de la formation aux valeurs de la république au sens large". Le gouvernement planche donc sur "un cadre très clair" en vue de la rentrée scolaire, préparé "collectivement avec les organisations syndicales."

La laïcité, a-t-elle conclu, "ce n’est pas une opinion, pas une conviction, c'est défendre l’exercice de nos libertés fondamentales, que chacun soit libre de ses croyances tout cela dans un projet de société commun, et donc dans le respect de l’autre".

Europe 1
Par Séverine Mermilliod