Coronavirus : 52.731 morts en France, le reflux continue

, modifié à
  • A
  • A
Ce lundi, la France compte 52.731 morts du coronavirus sur son territoire.
Ce lundi, la France compte 52.731 morts du coronavirus sur son territoire. © AFP
Partagez sur :
52.731 personnes sont mortes du coronavirus en France depuis le début de l'épidémie. Mais les hospitalisations et les réanimations sont en baisse. En Europe, l’heure est plutôt à un allégement, certes prudent, des restrictions, mais aussi à l'apparition de tensions. 
L'ESSENTIEL

Après un premier week-end de confinement allégé, la France compte 52.731 morts du coronavirus sur son territoire, tandis que la pression sur les hôpitaux continue de diminuer. Aux Etats-Unis, en revanche, l'inquiétude monte. L’envie de fêter Thanksgiving a semble-t-il été plus forte que la peur du Covid-19, et des millions d’Américains ont choisi de se déplacer en fin de semaine dernière malgré l’épidémie. Les autorités américaines craignent en conséquence une flambée de cas dans les jours et semaines à venir. 

Les principales infos à retenir :

  • La France compte 52.731 morts du coronavirus, le reflux continue
  • La Haute autorité de santé recommande de vacciner en premier les résidents des Ehpad
  • Les Etats-Unis craignent une flambée des cas après Thanksgiving

Le reflux continue

La France compte 52.731 morts du coronavirus, soit 406 de plus sur les dernières 24 heures, selon les données publiées par le site du gouvernement. Le nombre d'hospitalisations est désormais de 28.258 individus, contre 28.284 dimanche, 28.139 samedi et 28.620 vendredi. Les hôpitaux comptent désormais 3.751 patients en réanimation, soit 5 de moins depuis le dernier pointage. Quelque 4.005 nouvelles contaminations ont été détectées sur les dernières 24 heures. Dimanche, un peu moins de 10.000 (9.784) nouveaux cas de contamination avaient été enregistrés.

La Haute autorité de santé recommande de vacciner en priorité les résidents des Ehpad

Les personnes âgées résidant en Ehpad, soit 750.000 personnes environ, doivent être vaccinées en priorité "à l'arrivée des toutes premières doses" de vaccin contre le Covid-19, a estimé lundi la Haute autorité de santé, "compte tenu du nombre limité de doses qui seront disponibles au démarrage de la campagne de vaccination". Pour cette future campagne, l'autorité sanitaire définit "cinq phases progressives" avec une ligne directrice : "protéger en priorité les plus vulnérables et ceux qui s'en occupent", a expliqué sa présidente Dominique Le Guludec au cours d'un point presse en ligne.

Pour retrouver tous les détails des recommandations de l'instance, lisez notre article.

Vers une flambée post-Thanksgiving aux Etats-Unis ?

Les Etats-Unis s'apprêtent à subir les conséquences d'un Thanksgiving marqué par les déplacements de millions d'Américains à travers le pays. Après un week-end de célébrations familiales aux Etats-Unis, "nous pourrions voir une nouvelle flambée s'ajouter à la flambée" actuelle des nouvelles contaminations au coronavirus, a prévenu dimanche le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses, Anthony Fauci.  Au moins 1,1 million de personnes ont pris l'avion dans la seule journée qui a précédé la fête de Thanksgiving jeudi dernier, un nombre record depuis le début de la pandémie dans le pays en mars, selon l'agence TSA.

"Je veux être clair avec les Américains, la situation va empirer dans les prochaines semaines", a renchéri le médecin en chef des Etats-Unis, Jerome Adams. Plusieurs Etats avaient déjà connu une hausse des nouvelles infections après le long week-end du "Memorial Day" fin mai, qui rend hommage aux forces armées américaines.  "Nous nous apprêtons à connaître cette flambée (de cas) post-Thanksgiving, avec trois, quatre, dix fois plus de malades à travers le pays", qu'en mai a averti le Dr Deborah Birx, coordinatrice de la cellule de crise sur le coronavirus de la Maison Blanche.

Les hospitalisations dues au Covid-19 connaissent un pic dans le pays avec plus de 90.000 personnes hospitalisées actuellement, a rappelé la responsable. Dimanche soir, 140.651 cas et 822 décès ont été enregistrés sur les dernières 24 heures, selon le comptage de l'université Johns Hopkins qui fait référence. Pays le plus endeuillé au monde par la pandémie, les Etats-Unis totalisent plus de 266.000 morts et 13,3 millions de cas.

L'OMS alerte sur la situation au Brésil et au Mexique

Le patron de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé lundi un cri d'alarme sur la situation au Brésil et au Mexique en proie à une progression rapide du Covid-19, appelant les autorités des deux pays à prendre la situation "très au sérieux". "Je pense que le Brésil doit prendre cela très, très sérieusement. C'est très, très inquiétant", a mis en garde Tedros Adhanom Ghebreyesus, face à l'évolution de la pandémie dans un pays dont le président, Jair Bolsonaro, nie la gravité de la maladie et a fait savoir la semaine dernière qu'il ne se ferait pas vacciner. Lors de sa conférence de presse bi-hebdomadaire à Genève, il a lancé le même appel au Mexique qui, a-t-il souligné, est "en mauvaise posture". 

Le Brésil, qui compte 212 millions d'habitants, est le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec plus de 170.000 morts, derrière les Etats-Unis, selon Johns Hopkins University. De son côté, le Mexique a atteint la barre des 100.000 morts le 20 novembre, et huit jours plus tard, a dépassé pour la première fois le seuil des 12.000 cas de contamination par jour. A Mexico, le nombre de cas a augmenté de 30% la semaine du 23 au 28 novembre, selon les chiffres officiels.

Et "fera tout" pour connaître l'origine du virus

Tedros Adhanom Ghebreyesuse a également promis de tout faire pour connaître l'origine du virus ayant provoqué la pandémie, rejetant les accusations selon lesquelles l'agence onusienne est trop complaisante envers la Chine. "Nous voulons connaître l'origine et nous ferons tout pour la connaître", a-t-il promis, alors que l'agence espère envoyer rapidement une équipe scientifique internationale sur le terrain dans la région chinoise de Wuhan, considérée comme le berceau de la pandémie.

"La position de l'OMS a été très claire. Nous allons commencer l'étude à partir de Wuhan, et nous nous baserons sur les résultats obtenus pour déterminer s'il y a d'autres pistes à explorer", a-t-il encore expliqué.

Contaminations via des produits importés en Chine

En Chine, la population s'inquiète de nouvelles contaminations de Covid-19, liées à des produits alimentaires importés. L'agence de presse officielle Xinhua a dressé une liste des produits "à risque" et les denrées arrivant de l'étranger sont désormais isolées puis désinfectées. 

On retrouve des traces du virus sur de la viande de porc venue d'Allemagne ou encore des fruits de mer venus d'Inde ou du Brésil. Le Global Times publie même un reportage dans lequel il explique que les consommateurs chinois boudent désormais les produits étrangers. Les barquettes de surgelés sont retirées des rayons et les clients ne veulent plus que des produits locaux, affirme le journal. Découvrez ici le décryptage du correspondant d'Europe 1 à Pékin. 

1,46 million de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 1.460.018 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi.

Plus de 62.732.520 cas de contamination ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie. Les Etats-Unis comptent le plus de morts (266.887), devant le Brésil (172.833), l'Inde (137.139), le Mexique (105.655) et le Royaume-Uni (58.245).