Covid-19 : ce qu'il faut retenir des recommandations sur la vaccination en France

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Ce lundi, la Haute autorité de santé (HAS) a exprimé plusieurs recommandations quant à la stratégie vaccinale de la France contre le nouveau coronavirus. Un plan en cinq phases que détaille sur Europe 1 Jean-Daniel Lelièvre, membre de la HAS et chef du service des maladies infectieuses de l'Hôpital Henri-Mondor à Créteil.
INTERVIEW

La Haute Autorité de santé (HAS) a présenté ce matin ses recommandations pour la stratégie vaccinale de la France face au Covid-19. Elle a défini "cinq phases progressives" et une ligne directrice : priorité aux plus vulnérables et à ceux qui s'en occupent. Jean-Daniel Lelièvre, membre de la HAS, chef du service des maladies infectieuses de l'Hôpital Henri-Mondor à Créteil, immunologiste spécialiste de la vaccination, décrypte sur Europe 1 ces recommandations, élaborées en fonction du nombre de doses disponibles à la fin du mois de décembre ou au début du mois de janvier. 

Cinq phases par ordre de priorité 

Dans la première phase, les personnes âgées résidant en Ehpad, environ 750.000 personnes, doivent être vaccinées en priorité, ainsi que le personnel de ces établissements présentant des risques de comorbidités, selon la HAS. "Pour cette première phase, qui va avoir lieu dans les Ehpad, le plus simple est d'aller directement au contact et de ne pas faire sortir les résidents", précise Jean-Daniel Lelièvre. La préexistence d'une structure médicale organisée pourra faciliter la vaccination. 

Vient ensuite une seconde phase concernant l'ensemble des personnes âgées, en commençant par les plus de 75 ans, puis les personnes de 65 à 74 ans ayant une comorbidité, puis les autres personnes de 65-74 ans", ainsi que les "professionnels du secteur de la santé, du médico-social et du transport sanitaire, en priorisant les professionnels âgés de plus de 50 ans" ou présentant un facteur de risque de forme grave. Dans une troisième phase, suivraient "l’ensemble des personnes de plus de 50 ans ou de moins de 50 ans mais à risque de forme grave du fait de leurs comorbidités" ainsi que "l’ensemble des professionnels du secteur de la santé et du médico-social" et les "professionnels issus des secteurs indispensables au fonctionnement du pays" (sécurité ou éducation par exemple).

Le quatrième temps sera élargi aux "professionnels dont l’environnement de travail favorise une infection (contacts réguliers du public, milieu clos...)" et aux "personnes vulnérables ou précaires ayant un pronostic moins favorable en cas d’infection par la Covid-19 (résident en hôpital psychiatrique, sans domicile fixe, détenus...)". Enfin, dans une cinquième et dernière phase, "sous réserve que les allocations de doses vaccinales auront été suffisantes pour vacciner chacune des populations prioritaires, la vaccination des personnes de plus de 18 ans et sans comorbidité pourrait alors être initiée".

L'âge, un facteur déterminant

Avant d'élaborer l'ordre de priorité, la HAS a d'abord essayé de comprendre les personnes les plus à risques. "L'âge est le déterminant majeur de la sévérité", précise Jean-Daniel Lelièvre. "A partir de 55, tous les dix ans, le risque est plus important." Quant aux gens plus jeunes, ce sont ceux atteints de comorbidité, notamment du diabète ou un surpoids qui sont le plus à risque. "Tout cela va être pris en compte", assure l'immunologiste. "C'est un algorithme qui peut paraître compliqué, qui a mis du temps à se mettre en place mais c'est pour proposer cette vaccination dans un premier temps où le nombre de vaccins va être limité aux gens qui vont en avoir le plus besoin."

Les femmes enceintes, par exemple, ne seront pas la priorité. "C'est une population qui n'est pas la plus à risque de faire des formes de Covid sévères et pour laquelle on préfère avoir plus de recul notamment dans les essais cliniques", explique-t-il. "La vaccination va être étalée tout au long de l'année 2021", ajoute le membre de la HAS. " Il n'est pas sûr que l'on puisse vacciner l'ensemble de la population, mais ce que l'on espère c'est de pouvoir déjà vacciner toutes les populations à risque". 

"On ne va pas trop vite"

"La HAS fait des recommandations en fonction des priorités et de la sévérité attendue de la maladie mais ne met pas 'en musique' la vaccination. Ce sont des propositions", rappelle Jean-Daniel Lelièvre. "De manière parallèle, tous les acteurs sont en train de travailler pour savoir comment mettre en place cette politique vaccinale. Il reste tout le mois de décembre et une partie du mois de janvier pour mettre tout ça en action."

Pour les plus sceptiques face à la vaccination, Jean-Daniel Lelièvre se veut rassurant. "On a un recul sur ces vaccins de deux mois, comme demandé par l'OMS. D'autres effets secondaires sont possibles, ce sont de nouveaux vaccins, mais on a déjà vacciné un très grand nombre de personnes avec ces vaccins qui vont être disponibles et on n'a pas vu d'effets indésirables graves", assure-t-il. "C'est une balance bénéfice-risque. A l'heure actuelle, en pleine épidémie, le risque d'attraper le Covid et de faire une forme sévère est beaucoup plus important qu'un risque hypothétique concernant ces nouveaux vaccins."

"On ne va pas trop vite. Aucune étude n'a été publiée mais les experts de l'ANSM, qui regardent les dossiers des vaccins, sont en train d'analyser les documents. Certes, il n'y a eu que des déclarations de presse mais on avait déjà des résultats sur les premières phases de ces essais, des expérimentations faites chez l'animal", ajoute-t-il.

Europe 1
Par Mathilde Durand, avec AFP