Covid : la situation s'améliore encore dans les hôpitaux français

, modifié à
  • A
  • A
Tous les Français majeurs peuvent prendre rendez-vous pour se faire vacciner.
Tous les Français majeurs peuvent prendre rendez-vous pour se faire vacciner. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Le ministère de la Santé a annoncé jeudi que tous les Français majeurs pouvaient désormais prendre rendez-vous pour être vaccinés contre le coronavirus. Parallèlement, la situation épidémique s'améliore en France avec moins de 18.000 personnes hospitalisées et "seulement" 3.200 patients en soins critiques.

Nouvelle étape dans la campagne de vaccination. Tous les Français majeurs peuvent désormais réserver un créneau pour recevoir un vaccin contre le coronavirus, a annoncé le ministère de la Santé. Par ailleurs, Sanofi a annoncé qu'il lançait la phase 3 de son candidat-vaccin, avec des essais à grande échelle, sur 35.000 personnes réparties dans plusieurs pays. En France, l’évolution de la pandémie reste positive, avec désormais moins de 18.000 patients hospitalisés. A Melbourne en revanche, des millions d’habitants sont contraints de se reconfiner. 

Les principales infos à retenir :

  • Tous les Français majeurs peuvent prendre rendez-vous pour se faire vacciner
  • Bruno Le Maire veut décaler les soldes d'été du 23 au 30 juin
  • Sanofi lance les essais à grande échelle de son candidat-vaccin
  • Le Parlement adopte définitivement le pass sanitaire
  • Des millions d’habitants reconfinés à Melbourne

Vaccination : tous les majeurs peuvent désormais prendre rendez-vous

Tous les majeurs peuvent désormais prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19, a annoncé jeudi le ministère de la Santé. La prise de rendez-vous sur les plateformes de réservation par internet a été élargie aux 18-49 ans depuis 11 h. Pour eux, les rendez-vous débuteront le 31 mai, date de l'ouverture officielle de la vaccination à tous les majeurs en France, après la levée graduelle des conditions d'âge ou d'état de santé initialement en vigueur.

"Les réservations seront progressives, de nouveaux créneaux mis en ligne chaque jour sur les différentes plateformes", a pour sa part assuré le ministre, Olivier Véran, sur Twitter. "Les 50 ans et plus qui sont d'ores et déjà éligibles peuvent évidemment continuer à prendre rendez-vous", a par ailleurs précisé le ministère.

"Cette nouvelle étape ne va cependant pas permettre de répondre à toute la demande des patients", a de son côté prévenu Doctolib dans un communiqué, en pointant "un nombre encore limité de doses de vaccins, notamment Pfizer et Moderna". "28 millions de personnes adultes sont éligibles à la vaccination et non vaccinées à date pour en moyenne 500.000 rendez-vous disponibles chaque jour", poursuit la principale plateforme de réservation, qui "s'attend à une forte affluence sur ses services".

Un site internet pour récupérer son certificat de vaccination

L'Assurance maladie a annoncé jeudi l'ouverture d'un site internet permettant aux personnes vaccinées contre le Covid-19 de récupérer leurs "attestations certifiées de vaccination", qui serviront ensuite à activer le "pass sanitaire" français et à voyager à l'étranger. Le site attestation-vaccin.ameli.fr "est ouvert depuis 8h30" et avait déjà reçu "plus de 3.000 visites" en fin de matinée, a indiqué le directeur de la Caisse nationale d'assurance maladie, Thomas Fatôme, lors d'une conférence de presse. Pour accéder à ce nouveau service, il faut s'identifier avec FranceConnect, qui sert déjà de sésame virtuel à de nombreux services publics en ligne.

L'attestation peut ensuite être téléchargée et, au besoin, imprimée. Elle comprend un QR Code à scanner, pour intégrer le certificat de vaccination dans l'application TousAntiCovid. Les personnes vaccinées avant le 3 mai sont particulièrement concernées, puisque depuis cette date le document est censé être remis au format papier après chaque injection.

Bruno Le Maire veut décaler les soldes au 30 juin

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire souhaite que les soldes d'été débutent le 30 juin, au lieu du 23 comme prévu jusqu'à présent, a-t-il indiqué jeudi. Relevant que le décalage des soldes d'été l'an dernier n'avait pas été une bonne chose pour tous les commerçants, il a estimé "plus sage de ne pas décaler exagérément la date des soldes (...) je propose qu'elle soit décalée au 30 juin", a affirmé le ministre sur France Inter. Cette nouvelle date sera officialisée rapidement par le ministre chargé des PME Alain Griset, a précisé Bruno Le Maire.

Sanofi lance les essais à grande échelle de son principal projet de vaccin

Le français Sanofi franchit une étape importante dans son projet de vaccin anti-Covid-19. Après des mois de retard, il entame enfin des essais à grande échelle, dernière étape avant un lancement promis pour la fin d'année. Sanofi et le britannique GSK, qui lui fournit son adjuvant, "débutent une étude internationale de phase 3 pour évaluer l'efficacité de leur candidat-vaccin contre (le) Covid-19", a déclaré jeudi dans un communiqué le groupe français, dix jours après l'annonce de résultats encourageants à l'issue de premiers essais.

Ces derniers, réalisés sur quelques centaines de personnes, ont montré que ce vaccin provoque la production d'anticorps contre le coronavirus chez la plupart des sujets auxquels il a été injecté. Mais ce sont les essais annoncés ce jeudi qui doivent donner une idée réelle de l'efficacité contre le Covid-19 de ce vaccin. Ils seront effectués auprès de quelque 35.000 personnes dans de multiples pays, dont les Etats-Unis. Objectif pour Sanofi: un lancement fin 2021.

La décrue se poursuit à l’hôpital, le Parlement adopte définitivement le pass sanitaire

Moins de 18.000 malades du Covid-19 hospitalisés, à peine plus de 3.200 en réanimation : la pression sur les hôpitaux a continué de reculer ce jeuddi, selon les données publiées par Santé publique France. 17.941 patients atteints du Covid-19 sont actuellement hospitalisés. Le chiffre des hospitalisations, qui avait dépassé les 31.000 au plus fort de la troisième vague, mi-avril, était repassé samedi sous les 20.000 pour la première fois depuis le 27 octobre. 

Les services de soins critiques (appellation qui regroupe les services de réanimation, de soins intensifs et de soins continus) comptaient ce mercredi 3.206 patients, contre 3.330 la veille et 3.862 il y a une semaine.

Le Parlement a par ailleurs adopté définitivement jeudi soir, par un ultime vote du Sénat, le projet de loi encadrant la sortie progressive de l'état d'urgence sanitaire, qui permet notamment la mise en place d'un "pass sanitaire" controversé. Après l'Assemblée nationale mardi, la chambre haute dominée par l'opposition de droite a approuvé le texte à main levée. Les groupes PS et CRCE à majorité communiste ont voté contre, et les écologistes se sont abstenus.

Confinement immédiat des millions d'habitants de Melbourne

Plus de cinq millions d'habitants de Melbourne, la deuxième plus grande ville d'Australie, ont reçu l'ordre de se confiner à compter de jeudi minuit à la suite de l'apparition d'un foyer de Covid-19. Ce confinement de sept jours concerne la ville de Melbourne ainsi que l'Etat de Victoria qui l'entoure, a déclaré le Premier ministre par intérim de cet Etat, James Merlino, alors que le nombre de cas lié à ce cluster a doublé, passant à 26. Durant une semaine, les habitants ne seront autorisés à quitter leur domicile que pour des besoins impérieux, notamment pour se faire vacciner.

"Nous avons affaire à une souche hautement infectieuse du virus, un variant inquiétant, qui se propage plus rapidement que ce que nous avons jamais enregistré", a souligné James Merlino. Ce variant B.1.617, détecté en Inde pour la première fois, manifeste une transmissibilité accrue.

Plus de 3,5 millions de morts

La pandémie a fait plus de 3,5 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi. Après les Etats-Unis (591.957), les pays comptant le plus grand nombre de morts sont le Brésil (454.429), l'Inde (315.235), le Mexique (222.232) et le Royaume-Uni (127.748).

Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. Ils excluent les révisions à la hausse réalisées a posteriori par certains organismes statistiques. En prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, l'OMS estime que le bilan réel de la pandémie est "deux à trois fois plus élevé".

Europe 1
Par Europe 1, avec AFP