Coronavirus : plus de 58.000 nouveaux cas, un record

, modifié à
  • A
  • A
Les indicateurs de l'épidémie continuent de se dégrader.
Les indicateurs de l'épidémie continuent de se dégrader. © AFP
Partagez sur :
La propagation du coronavirus s'amplifie en France, avec plus de 58.000 nouveaux cas en 24 heures. Jeudi, Olivier Véran a donc appelé les Français à "respecter le confinement", mais n'a pas annoncé de restrictions supplémentaires, alors qu'un nouveau tour de vis était évoqué depuis quelques jours. 
EN DIRECT

La deuxième vague de coronavirus continue de déferler sur la France. Le dernier bilan national publié jeudi soir fait état d'une nouvelle dégradation de la situation sanitaire, avec un chiffre record de 58.000 nouveaux cas enregistrés en 24 heures. Et si Anne Hidalgo a annoncé la fermeture de certains lieux de vente à emporter, le ministre de la Santé Olivier Véran n'a lui pas annoncé de nouvelles restrictions. En revanche, il a appelé à "respecter" le confinement. Par ailleurs, les épreuves d'évaluation communes de Première et Terminale, prévues dans le cadre du nouveau bac, vont être annulées en raison du contexte sanitaire. 

En Europe, de nombreux pays durcissent à leur tour les mesures face au virus : en Italie, un couvre-feu va être mis en place dès vendredi à partir de 22 heures et jusqu'au 3 décembre. La pandémie a fait au total plus d'1,21 million de morts dans le monde. 

Les principales informations à retenir

  • Plus de 58.000 nouveaux cas ont été recensés en France en 24 heures
  • Lors d'un point presse, Olivier Véran a rappelé que la deuxième vague était "violente"
  • Le protocole sanitaire va être renforcé dans les lycées, des épreuves du nouveau bac annulées
  • De nouvelles restrictions nocturnes dès vendredi à Paris
  • L'OMS alerte sur l'"explosion" des cas en Europe, alors que la Grèce se reconfine et qu'un couvre-feu est mis en place jeudi en Italie

Plus de 58.000 nouveaux cas 

Près de 60.000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures, soit une hausse de près de 20.000 cas par rapport à la veille, a annoncé jeudi Santé Publique France. Le nombre de nouveaux cas est précisément de 58.046, un chiffre minimal et non consolidé en raison de difficultés dans la remontée des résultats de tests, a averti l'organisme public de santé. La veille, quelque 40.500 cas avaient été comptabilisés.

Avec 367 nouveaux décès à l'hôpital en 24 heures, le virus aura causé la mort 39.037 personnes depuis le début de l'épidémie, dont 26.958 en milieu hospitalier. 4.230 personnes se trouvent actuellement en réanimation ou en soins intensifs pour cause de coronavirus, soit 141 patients de plus que la veille. 19.248 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées sur les sept derniers jours dont 2.936 en réanimation, selon les chiffres de Santé Publique France. 

La deuxième vague "est là, et elle est violente", assure Véran

Lors d'un point presse, le ministre de la Santé Olivier Véran a rappelé que la deuxième vague était "violente". "La situation épidémiologique est grave", a de son côté abondé Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, avant d'assurer que la France était "le pays d'Europe qui compte le plus grand nombre de cas, 1,6 million". 

"Il faut respecter le confinement", a aussi demandé Olivier Véran, sans toutefois annoncer de nouvelles restrictions. Mais il a prévenu que "si nous ne respectons pas le confinement, nous aurons une vague plus forte que la première, plus longue", et "un fort risque de saturation des hôpitaux dès la mi-novembre". 

Le ministre a également détaillé plusieurs mesures pour permettre de soulager autant que possible les hôpitaux face au risque de saturation. "Déjà 12.000 professionnels de santé se sont portés volontaires pour venir en renfort dans les Ehpad et les hôpitaux", a-t-il indiqué. Par ailleurs, 7.000 professionnels de santé ont été formés depuis le printemps dernier, tandis que 8.000 aides-soignants vont être formés d'ici la fin de l'année, a encore dit le ministre. 

Concernant les transferts de patients, Olivier Véran a précisé que déjà 61 transferts de patients d'une région à une autre avaient été effectués depuis le début de la 2e vague. A elle seule, la région Auvergne-Rhône-Alpes a procédé "à 43 évacuations sanitaires".

Le protocole sanitaire renforcé dans les lycées, des épreuves du nouveau bac annulées

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé jeudi que le protocole sanitaire dans les lycées allait être renforcé, en autorisant davantage de cours à distance à condition de conserver au moins 50% d’enseignement en présentiel pour chaque élève.

Le ministre a également précisé que les épreuves d'évaluation communes de Première et Terminale, prévues par le bac nouvelle formule qui entre en vigueur cette année, seraient annulées au profit du contrôle continu en raison de la crise sanitaire. Les épreuves terminales sur les enseignement de spécialité, prévues en mars prochain, seront elles maintenues mais leurs modalités "adaptées" pour tenir compte du contexte : toutes les disciplines concernées proposeront deux sujets ou des exercices au choix afin de couvrir l'ensemble des thématiques étudiées

De nouvelles restrictions en Île-de-France

Anne Hidalgo a annoncé jeudi matin sur BFM TV que "de nouvelles restrictions sur Paris et la petite couronne" allaient être appliquées. En début d'après-midi, la préfecture de police a précisé la portée de ces restrictions, qui concernent seulement la ville de Paris : la livraison et la vente à emporter par les restaurants et bars, ainsi que la vente et la consommation d'alcool sur la voie publique, seront interdites à partir de vendredi entre 22 heures et 6 heures

Les frais d'envoi des librairies indépendantes pris en charge

Le gouvernement a annoncé qu'il allait prendre en charge les frais d'envoi des livres commandés auprès des librairies indépendantes pendant la durée de confinement. À travers ce dispositif, il cherche à les "aider à poursuivre leur activité à travers la vente en ligne".

"Ce dispositif permettra aux libraires de ne facturer à leurs clients que les frais de port au tarif minimum légal, soit 0,01 euro", précisent dans un communiqué commun les ministres de l'Economie Bruno Le Maire et de la Culture Roselyne Bachelot. Les librairies concernées, "répondant aux critères de taille TPE et PME et dont la vente de livres neufs est l'activité principale", devront ainsi déposer des demandes de remboursement.

Appel national à une "grève sanitaire" des profs mardi

Dénonçant l'insuffisance du protocole sanitaire dans les établissements, les premiers syndicats du secondaire et du primaire appellent à une "grève sanitaire" le 10 novembre, et demandent en urgence de nouvelles mesures.

Le Snes-FSU demande notamment "le passage à des demi-groupes", la "réorganisation de la demi-pension", le "recrutement d'agents pour nettoyer davantage les salles" et une "réflexion pour renforcer l'aération". De son côté, le Snuipp-FSU appelle dans un communiqué "les enseignantes et enseignants des écoles à se mettre en grève le mardi 10 novembre pour exiger des conditions sanitaires indispensables au maintien du service public d'éducation, ainsi qu'un plan d'urgence pour l'école".

Reconfinement en Grèce, couvre-feu en Italie…

L'Europe est la région où le virus progresse le plus vite : plus de 11 millions de cas y ont été recensés, dont la moitié répartis entre la Russie, la France, l'Espagne et le Royaume-Uni. Le Premier ministre de la Grèce, Kyriákos Mitsotákis, a annoncé jeudi matin le reconfinement national de la population à partir de samedi. Un reconfinement qui est entré en vigueur jeudi en Angleterre, pour une durée d'un mois.

En Italie, le chef du gouvernement Giuseppe Conte a signé dans la nuit un décret instaurant sur tout le territoire national un couvre-feu. Cette mesure entrera en vigueur vendredi.

Mais la Grèce, l'Angleterre et l'Italie ne sont pas les seuls pays à serrer la vis sur le Vieux continent, loin de là. Aux Pays-Bas, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé la fermeture des lieux accueillant du public pour deux semaines. En Suisse, l'armée est désormais à disposition des cantons de la confédération helvète pour faire face à l'explosion du nombre de cas, alors que la situation est tendue dans les services de soins intensifs des hôpitaux. 

Sur la côte atlantique, un reconfinement a été décidé pour la majeure partie du Portugal. Par ailleurs, la Pologne a annoncé mercredi toute une série de nouvelles restrictions, dont un passage total à l'enseignement à distance. 

Coronavirus muté des visons : restrictions spéciales pour 280.000 habitants au Danemark 

Au Danemark, la mutation du coronavirus provenant des visions continue d'inquiéter les autorités. Après avoir annoncé l'abattage de la totalité de la quinzaine de millions de visons élevés sur son territoire, le gouvernement a annoncé jeudi des restrictions spécifiques pour plus de 280.000 habitants du nord-ouest du pays, afin d'empêcher de nouveaux cas chez l'homme de cette mutation.

"Dès ce soir, les citoyens de sept communes du nord du Jutland sont vivement encouragés à rester dans leur propre commune pour empêcher la propagation de l'infection", a dit la Première ministre Mette Frederiksen lors d'une conférence de presse. Danois et étrangers sont sommés de ne pas aller dans le secteur où les restaurants et bars seront fermés à partir de samedi. On vous explique dans cet article pourquoi 

Plus d'1,22 million de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 1.226.154 morts dans le monde, selon le bilan de l'AFP. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 233.734 décès pour 9.488.276 cas recensés. Ils sont suivis par le Brésil (161.106 morts), l'Inde (124.315 morts), le Mexique (93.228 morts), et le Royaume-Uni (47.742 morts).