Des vegans interpellent les touristes à Paris avec un "chien" sur un barbecue

, modifié à
  • A
  • A
L'association de défense des animaux Peta a mis en scène un faux barbecue de chien pour interpeller les touristes à Paris. Photo d'illustration.
L'association de défense des animaux Peta a mis en scène un faux barbecue de chien pour interpeller les touristes à Paris. Photo d'illustration. © NOAM GALAI / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Des militants de la Peta ont placé un chien factice sur un barbecue pour interpeller les touristes et les encourager à devenir vegan, vendredi matin à Paris.

Un "chien" sur un barbecue, accompagné de brochettes de légumes, et un slogan sur une bannière : "chien ou cochon, quelle différence ? Devenez vegan !". Des militants de l'organisation Peta (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux) ont interpellé vendredi matin les touristes à Paris avec une action choc face à la Tour Eiffel. 

Une mise en scène "choquante"

Le chien factice, réalisé aux États-Unis par un spécialiste des effets spéciaux pour le cinéma, a impressionné certains passants. Yves Lefébure, venu de Norvège passer un week-end à Paris, s'arrête interdit à quelques mètres. "C'est choquant car j'associe le cochon à la nourriture et le chien à un animal de compagnie", réagit-il. Il dit "manger de la viande mais peu et de bonne qualité, issue d'une production contrôlée où les animaux ont été bien traités durant leur courte vie".

Dave, britannique de passage à Paris, reste quant à lui indifférent. "Je mange de la viande, ce n'est pas un problème", dit-il. "Pas de chiens bien sûr ! Tous les animaux sont différents." Agustin, originaire d'Argentine - grand producteur et consommateur de viande - se fait prendre en photo devant le barbecue. "Le chien est considéré comme un membre de la famille, l'espèce la plus aimée au monde", estime-t-il. "Le manger n'est pas dans notre culture." Pika, la jeune chienne de Aida Taoujni marque un arrêt sur la pelouse, devant le barbecue. "Je suis horrifiée", lance sa maîtresse. "Ça me dégoûte ! ajoute cette amoureuse des animaux. "Je ne suis pas encore prête à arrêter de manger de la viande mais je commence à me poser la question."

"Bannir l'exploitation des animaux"

Ce spectacle "choque" aussi des jeunes promeneurs comme Deeksha. "Je suis d'accord avec eux car je suis déjà végétarienne", raconte l'adolescente d'origine indienne. "Lorsqu'il s'agit de ressentir la souffrance ou la peur, un chien n'est pas différent d'une vache, d'un cochon ou d'un agneau", explique à l'AFP Marie-Morgane Jeanneau, porte-parole de Peta France qui a monté ce spectacle la veille de la Journée mondiale pour la fin du spécisme.

La France compte 2% de végétariens et 0,5 % de végans, selon Marie-Morgane Jeanneau. "Le chiffre d'affaires de l'alimentation veganne dans les moyennes et grandes surfaces a augmenté de 25% l'an dernier", se réjouit-elle espérant "que l'on sera de plus en plus nombreux à bannir l'exploitation des animaux". 

Un tiers des 30 millions de chiens mangés chaque année dans le monde le sont en Chine, selon le groupe de protection animale Humane Society International (HSI). Chaque année, 65 milliards d'animaux sont tués (près de 2.000 animaux par seconde) pour finir dans nos assiettes, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).