Des gels hydroalcooliques inefficaces rappelés : "le problème, c’est l’illusion de la sécurité"

, modifié à
  • A
  • A
1:19
© AFP
Partagez sur :
La répression des fraudes a lancé lundi un rappel de gels hydroalcooliques inefficaces de la marque Symex, commercialisés sous le nom de "Hand Sanitizer". Loïc Tanguy, directeur de cabinet à la DGCCRF, explique à Europe 1 que la teneur en alcool du produit n’est pas suffisante pour tuer le coronavirus, et appelle les consommateurs à la vigilance.
INTERVIEW

La Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF), a procédé lundi au rappel de flacons de gel hydroalcooliques de la marque Symex, vendues sou le nom sous le nom de "Hand Sanitizer". Disponibles en pharmacie et sur internet, ces produits ont en réalité trop peu d'alcool pour désinfecter correctement et éliminer le coronavirus. "Le problème, c’est l’illusion de la sécurité", explique à Europe 1 Loïc Tanguy, directeur de cabinet à la DGCCRF.

"Vous pensez avoir un produit qui vous protège. Là en l’espèce on est sur un produit qui avait une teneur en alcool vraiment trop faible et donc qui n’allait pas avoir une activité virucide suffisante. Donc c’est vrai que c’est un produit dangereux", conclut l’expert de la répression des fraudes.

Cela dit, inutile de s’alarmer, la très grande majorité des gels vendus en France sont efficaces. "C’est seulement le deuxième rappel qu’on opère au niveau national depuis le début du mois de mars", assure Loïc tanguy. "La grande majorité des produits qu’on a pu observer lors de nos contrôles étaient des produits qui étaient conformes."

L’homme appelle cependant à la vigilance. "Pour les consommateurs, il faut bien s’assurer qu’on a un gel biocide, c’est-à-dire un gel qui est fait pour éliminer les virus", explique Loïc Tanguy. "Si vous êtes face à un produit qui est seulement nettoyant, vous n’aurez pas une efficacité suffisante. Il ne faut pas hésiter par ailleurs à demander à votre commerçant si le gel est bien un gel biocide, qui va vous protéger des virus."

Europe 1
Par Romane Hocquet, édité par Rémi Duchemin