Déconfinement : Lille se prépare à accorder plus de place aux cyclistes et piétons

  • A
  • A
Les habitants de Lille sont divisés sur les voies réservées aux piétons et aux vélos (photo d'illustration). 1:05
Les habitants de Lille sont divisés sur les voies réservées aux piétons et aux vélos (photo d'illustration). © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Pour faciliter la distanciation sociale, la mairie de Lille élargit ses pistes cyclables et envisage de piétoniser certaines rues très commerçantes les jours de forte affluence, comme le samedi. A l'approche du déconfinement, cette philosophie ne fait pas l'unanimité parmi les habitants. 
REPORTAGE

12 kilomètres de voies cyclables temporaires, tracées pour faciliter les entrées et les sorties dans le centre-ville, et l'idée d'accorder plus de places aux piétons dans certaines rues très commerçantes, les jours de forte affluence comme le samedi : comme toutes les grandes villes, Lille prépare son déconfinement et le respect de la distanciation sociale qui devra s'appliquer... Sans forcément convaincre tous ses habitants. 

 

"On a besoin de trafic, on a besoin de vie"

Prenons l'exemple de la rue Esquermoise, dans le vieux Lille, où l'on vient pour se promener sur les pavés, faire les boutiques ou acheter une gaufre. Pour l'instant à sens unique, l'axe pourrait-il être piétonisé, pour élargir les trottoirs ? "Le samedi, c'est vraiment le gros embouteillage ici. On ne peut pas traverser, on est là avec les voitures", témoigne Brigitte, une habitante, favorable à la mesure. 

Mais tout le monde n'est pas de cet avis. "On a besoin de trafic, on a besoin de vie, on a besoin de toucher toute une population", explique Katherine, qui tient une bijouterie dans la même rue. "Certains clients sont des fois un peu plus réfractaires, de part le manque de places de parking, de spontanéité pour se garer...", déplore-t-elle. 

Un marquage jaune pour élargir les pistes cyclables

A moins d'1 kilomètres sur le Boulevard Victor-Hugo, les pistes cyclables ont d'ores et déjà été élargies d'un marquage jaune au sol. "On espère vraiment que ce sera pérennisé", se réjouit Yves Lépinay, membre de l'association Droit au Vélo, qui se félicite de ces aménagements réalisés en à peine deux semaines. 

 

 

 

Le vélo représente aujourd'hui 6 à 8% des déplacements dans la métropole lilloise, mais selon l'association, il pourrait bientôt doubler. 

Europe 1
Par Maximilien Carlier, édité par Margaux Lannuzel