Covid-19 : à Dunkerque, la préfecture serre la vis face au variant anglais

  • A
  • A
Police contrôle 1:43
Les contrôles de police sont renforcés à Dunkerque (photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Pour limiter le nombre de rassemblement dans cette ville du Nord où le variant britannique circule dangereusement, les autorités ont décidé de renforcer les contrôles sur les heures du couvre-feu. "On a une situation épidémique très tendue à Dunkerque. L'hôpital est au bord de la rupture", justifie Hervé Tourmente, sous-préfet. 
REPORTAGE

Cette année à Dunkerque, dans le Nord, Covid-19 oblige, il n'y a pas de carnaval. Particulièrement touchée par la crise sanitaire, la ville a vu son taux d'incidence franchir la barre des 700 cas pour 100.000 habitants. Et la préfecture veut à tout prix éviter que l'explosion de la courbe épidémique se poursuive. Depuis une semaine, les autorités ont décidé de renforcer les contrôles, afin de prévenir l'organisation de rassemblements. En sept jours, pas moins de 2.500 personnes ont été contrôlées, relevaient nos confrères du Phare Dunkerquois

"Les forces de l'ordre empêchent que les gens s'amusent"

Ces derniers temps, à l'heure du couvre-feu, la place Jean-Bart, au centre de Dunkerque, est donc quasi-vide. Et pour cause : des policiers sont présents dans chaque rue. Depuis l'annulation du carnaval, de nombreuses soirées ont lieu dans des cercles privés. Mais pas pour Victor, qui rentre chez lui sans déguisement. "On n'essaie pas [d'aller en soirée] parce qu'on s'est déjà fait avoir plusieurs fois", explique-t-il au micro d'Europe 1. "Les forces de l'ordre nous le disent assez souvent, et à chaque fois qu'il y a quelque chose qui s'organise, ils sont là. Ils empêchent que les gens s'amusent", résume le jeune homme.

Car l'objectif du côté de la préfecture est clair : éviter des groupes festifs dans la rue comme il y a pu en avoir au début du mois de février. "Il s'agissait de petits rassemblements", tempère Julien Sautet, commissaire de police à Dunkerque. "Ils sont passés les uns après les autres. Certains sont venus déguisés. On était à peu près sur 200 personnes, mais qui n'étaient pas tous ensemble en même temps, évidemment", explique-t-il au micro d'Europe 1. 

"On a une situation épidémique très tendue à Dunkerque"

Et depuis que le variant anglais est devenu incontrôlable dans l'agglomération, les autorités serrent la vis. "On a une situation épidémique très tendue à Dunkerque, avec un hôpital qui est au bord de la rupture. On est très attentifs, très vigilants pour que tout ce qu'on puisse éviter puisse être évité", indique Hervé Tourmente, sous-préfet de l'arrondissement. Mais avec le début des vacances scolaires et une météo clémente ce week-end, il pourrait y avoir du monde sur le littoral. Brassages, mouvements de personnes, et relâchement concernant le respect des gestes barrières : un cocktail à éviter, prévient la préfecture.

Europe 1
Par Maximilien Carlier, édité par Ariel Guez