Covid-19 : un vaccin "probablement disponible" mi-2021, selon le président de Sanofi France

  • A
  • A
"On a vraiment le sentiment qu'on trouvera un vaccin et que ce vaccin sera efficace", assure Olivier Bogillot, le président de Sanofi France sur Europe 1 vendredi 4:15
"On a vraiment le sentiment qu'on trouvera un vaccin et que ce vaccin sera efficace", assure Olivier Bogillot, le président de Sanofi France sur Europe 1 vendredi © DOUGLAS MAGNO / AFP
Partagez sur :
Tandis que le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy a prévenu jeudi que "le risque d'une deuxième vague" de l'épidémie de coronavirus à l'automne devait "être considéré", Olivier Bogillot, le président de Sanofi France prévient vendredi sur Europe 1 que Sanofi table sur la disponibilité probable d'un vaccin seulement d'ici le milieu de l'année 2021.
INTERVIEW

En cas de deuxième vague d'épidémie de coronavirus à l'automne, "un risque qui doit être considéré" selon le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, il est peu probable qu'un vaccin contre le Covid-19 soit disponible après l'été. "Pour Sanofi, le vaccin serait probablement disponible [d'ici le ] milieu de l'année prochaine", estime Olivier Bogillot, le président de Sanofi France, sur Europe 1 vendredi. 

"On a vraiment le sentiment qu'on trouvera un vaccin et que ce vaccin sera efficace", Olivier Bogillot. "On aura nos premiers résultats d'ici la fin de l'année et une fois qu'on aura ces premiers résultats, on aura vraiment un bon signal pour savoir si on a un vaccin très efficace", ajoute-t-il.

"Si on a des millions de doses de vaccins, on les distribuera dans le monde entier"

Dans l'hypothèse où Sanofi trouverait un vaccin en premier, Olivier Bogillot réitère son affirmation déjà prononcée sur Europe 1 mi-mai : "Si on a des millions de doses de vaccins, on les distribuera dans le monde entier. Les doses produites aux Etats-Unis, on va probablement les donner aux Américains. Et les doses qui sont produites en Europe, on va les donner aux Européens." Le 13 mai dernier, Paul Hudson, le directeur général de Sanofi avait provoqué un tollé en affirmant que les États-Unis seraient servis en premier en cas de découverte d'un vaccin contre le Covid-19 en raison de la prise de risque du gouvernement américain dans la recherche d'un vaccin au côté du géant pharmaceutique.

Le président de Sanofi France évacue, en outre, la question de la course aux vaccins. "Plusieurs plateformes de vaccin sont en recherche. Tout le monde doit gagner dans cette course, nos concurrents mais nous aussi, parce qu'il va falloir traiter des milliards de personnes. Il faudra des milliards de doses. Donc il faudra que plusieurs industriels trouvent des vaccins", explique-t-il. Olivier Bogillot sait que d'autres laboratoires sont un peu en avance dans la recherche d'un vaccin. "D'autres vont probablement arriver avant nous et c'est une bonne nouvelle", appuie-t-il.

Europe 1
Par Céline Brégand