Coronavirus : pourra-t-on partir en vacances en février ?

  • A
  • A
Gare train coronavirus vacances 1:25
Les vacances de février sont menacées par un nouveau confinement et la dégradation de la situation épidémique. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Les vacances de février approchent mais les Français pourront-ils circuler ? Le gouvernement pourrait instaurer une nouvelle période de confinement, en raison d'une situation épidémique dégradée. Les professionnels du tourisme, à l'instar du secteur de la montagne privé de remontées mécaniques, s'apprêtent à faire une croix sur cette période de congés. 
DÉCRYPTAGE

Tandis que l'ombre d'un troisième confinement plane sur la France et que la situation épidémique se dégrade, les vacances de février approchent. Elles s'étaleront du 6 février au 8 mars, selon les différentes zones. Mais les Français pourront-ils en profiter ? Invité d'Europe 1 ce vendredi, Clément Beaune, secrétaire d'Etat chargé des affaires européennes, déconseillait clairement les voyages touristiques. Quant aux déplacements à l'intérieur du territoire, les vacanciers sont invités à "la prudence" selon les termes du secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne. 

Des annulations à la montagne 

Un changement de ton pour Jean-Baptiste Lemoyne, qui incitait encore récemment à la réservation pour cette période de congés. Mais la circulation des nouveaux variants du virus plus contagieux, notamment le variant britannique, pourrait dégrader la situation épidémique et entraîner un nouveau confinement. Le gouvernement pourrait d'ailleurs faire une annonce en ce sens dès la semaine prochaine.

Des annulations sont déjà observées, notamment à la montagne. Confinement ou non, les remontées mécaniques ne rouvriront pas début février, et probablement pas non plus pour la période des vacances scolaires. Les stations de sports d'hiver s'orientent vers une saison blanche avec de lourdes conséquences économiques et sociales pour le secteur. 

A Toulouse, à quelques kilomètres des Pyrénées, les riverains pourraient rompre avec leurs habitudes de profiter des pistes au moins un week-end durant la saison hivernale. "On aime bien aller au ski mais là forcément c'est compliqué, on va rester à la maison tranquille", confie Pierre-Louis, qui a bousculé ses plans. "Si les stations rouvrent j'irais, mais je n'y crois pas."

La SNCF permet le remboursement des trains

Certains, plus audacieux, tentent néanmoins de programmer des vacances, et peuvent bénéficier de prix très avantageux, que ce soit pour les locations ou les billets de train. Juliette a réservé, quitte à tout annuler au dernier moment. "J'ai ma sœur qui est à Paris, je vais essayer d'aller la voir le week-end de temps en temps. On va essayer de vivre tant qu'on peut" confie-t-elle. "J'ai déjà pris mon aller, on verra pour les retours, au cas par cas". 

La SNCF permet d'échanger ou d'obtenir le remboursement des billets jusqu'à trois jours, inclus, avant le départ. "En trois jours on a quand même le temps de se retourner", poursuit Juliette. Plus généralement, avant de se lancer, les vacanciers sont invités à vérifier les conditions d'annulation dans cette période incertaine. 

L'espoir des beaux jours ?

Plus largement, c'est tout le secteur du tourisme qui s'attend à faire une croix sur les vacances de février. "Il n'y a aucun intérêt à planifier maintenant des vacances avec un reconfinement qui va possiblement arriver. Et pour aller où ? Si c'est pour aller nulle part et ne rien faire, autant rester chez moi", déplore Aurélien, qui compte rester dans la Ville Rose. "La situation se dégrade, il faut être lucide et se dire que février, ce n'est pas bon cette année." 

Vacanciers et acteurs du tourisme ont désormais l'espoir d'une amélioration pour les vacances de Pâques, voire d'été. Sans cela, la situation sera véritablement dramatique pour tout le secteur.

Europe 1
Par Emmanuel Duteil, Benjamin Peter à Toulouse, édité par Mathilde Durand