Catastrophe pour les stations de ski avec l'annonce d'une saison blanche

, modifié à
  • A
  • A
Les stations de ski ne pourront pas rouvrir au début du mois de février. 1:37
Les stations de ski ne pourront pas rouvrir au début du mois de février. © Philippe DESMAZES / AFP
Partagez sur :
La décision du gouvernement de maintenir la fermeture des stations de ski au-delà du 1er février est un coup dur pour les professionnels du secteur, qui estiment la saison définitivement perdue. Europe 1 s'est rendue au Val d'Allos, dans les Alpes-de-Haute-Provence où l'abattement prédomine.
REPORTAGE

En France les chiffres de l’épidémie de Covid-19 ne s’améliorent pas, la décision du gouvernement concernant les stations de ski n’est donc pas vraiment une surprise : elles ne pourront pas rouvrir début février et sans doute pas non plus pendant les vacances scolaires. Il s’agit d’un coup dur pour un secteur qui emploi jusqu’à 400.000 personnes. "C’est toute l’économie qui tourne autour du ski et des remontées mécaniques", déplore Raphaël qui vend et loue du matériel de ski dans la station du Val d’Allos. Dans cette commune des Alpes-de-Haute-Provence, l’annonce du gouvernement est vécue comme une catastrophe.

Dans les rues enneigées et quasi-désertes de la Foux d’Allos, Jean-Claude se dépêche de rentrer avant le couvre-feu, résigné après l’annonce du gouvernement. "Cela fait 40 ans que j’enseigne à la Foux d’Allos, c’est la première année où je ne fais pas de ski", explique-t-il, partageant sa crainte de voir beaucoup de commerces obligés de déposer le bilan, "sûrement au printemps ou au début de l’été, ça va être dur".

Saison blanche

Même si les aides de l’état sont conséquentes, elles ne pourront combler les pertes. Février est le plus gros mois de l’année en stations, un tiers du chiffre d’affaires de la saison est réalisé durant cette période. "L’an passé on a fermé le 15 mars, aujourd’hui la saison 2020-21 est inexistante", tempête Michel Lantelme le maire de Val d’Allos qui ne décolère pas. Il détaille : "100% de pertes pour les exploitants de remontées mécaniques, 90% de pertes pour les loueurs de ski et 80 % pour les hôteliers, 100% de pertes pour les restaurateurs."

La montagne s’apprête donc à vivre une saison blanche, et ce malgré la neige qui tombe en quantité. Le Premier ministre Jean Castex recevra les professionnels de la montagne dans les jours qui viennent pour renforcer les mesures de soutien.

Europe 1
Par Frédéric Michel, édité par Antoine Cuny-Le Callet