Coronavirus : à Montbéliard, un centre de vaccination en ville pour toucher un large public

  • A
  • A
Coronavirus Vaccin Montbéliard 1:33
Un centre de vaccinations a été installé dans un gymnase de Montbéliard. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
Le gouvernement veut accélérer la campagne de vaccination grâce notamment à des centres de vaccinations installés en ville, comme celui créé dans un gymnase de Montbéliard, dans le Doubs. La mairie table sur 300 à 350 injections quotidiennes d’ici quelques jours.
REPORTAGE

La campagne de vaccination pour lutter contre la pandémie de Covid-19 s’accélère en France. Vendredi, plus de 36.000 personnes ont reçu leur première dose, selon le ministre de la Santé Olivier Véran, portant à 80.000 le nombre total de personnes ayant reçu leur première injection.

Jusqu’à maintenant, les vaccinations avaient surtout eu lieu dans les Ehpad et les hôpitaux. Mais les premiers centres de vaccination municipaux commencent à ouvrir, pour toucher un plus large public. C’est notamment le cas à Montbéliard, dans le Doubs, où un centre de vaccinations a été installé dans un gymnase de la ville.

Des appels téléphoniques toute la journée

Pour s’y faire vacciner, il faut d’abord prendre rendez-vous par téléphone. Après une rapide visite médicale avec un docteur, les patients prennent place dans un des sept box installés dans le gymnase. Vendredi, seuls les soignants de plus de 50 ans ou ceux avec des facteurs de comorbidité avaient le droit de se faire vacciner. "Nous sommes submergés d'appels téléphoniques", témoigne Marie-Noëlle Biguinet, la maire de la ville. "Tous les soirs, nous appelons l'hôpital en leur disant 'demain, nous avons x vaccinations' et ils nous donneront le nombre exact de vaccins", explique-t-elle.

"Me préserver et préserver mes patients"

"C’est la seule solution pour sortir de la crise. Je suis venu pour me préserver, préserver mes patients et leur donner l’exemple à suivre", confie Frédéric, médecin généraliste, au micro d’Europe 1. Il explique ne pas avoir hésité une seconde à se faire vacciner. "J’ai simplement peur d’avoir mal", raconte de son côté Nathalie, aide-soignante. "Je n’ai rien senti, même pas la piqure", rassure-t-elle ensuite.

 

 

"Tous les jours, il y a obligatoirement deux médecins présents et on peut accueillir jusqu'à sept infirmières. Cela fait qu'on peut vraiment vacciner beaucoup de monde", assure Marie-Noëlle Biguinet. Vendredi, pour la première journée de ce centre municipal, une trentaine de personnes a été vaccinée. La mairie table sur 300 à 350 injections quotidiennes d’ici quelques jours.

Europe 1
Par Mélina Facchin édité par Léa Leostic