Coronavirus : 48 Français à l'isolement pendant 7 jours après être allés skier en Suisse

  • A
  • A
Le gouvernement avait prévenu que les Français qui partaient skier à l'étranger devraient montrer patte blanche à leur retour 1:09
Le gouvernement avait prévenu que les Français qui partaient skier à l'étranger devraient montrer patte blanche à leur retour © AFP
Partagez sur :
Quelque 48 Français partis skier en Suisse malgré les consignes gouvernementales ont été arrêtés par les forces de l'ordre à leur retour en France. Incapables de prouver qu'ils ne sont pas contaminés par le coronavirus, ils ont été placés à l'isolement pour une durée de sept jours. 

Quand la rentrée rime avec isolement. Bravant les consignes gouvernementales, 48 Français partis skier en Suisse ont été surpris par des contrôles de police à leur retour dans l'Hexagone au cours du week-end. Interpellés dans le Doubs, près de la frontière, ils ont été placés à l'isolement pendant sept jours faute de pouvoir prouver qu'ils ne sont pas positifs au coronavirus, comme le prévoit un décret du 19 décembre. Et d'après Jean Richert, le directeur de cabinet de la préfecture du Doubs, les forces de l'ordre n'ont pas eu de mal à repérer les Français qui revenaient de vacances au sport d'hiver sur les terres helvètes. 

Des "skis apparents dans l'habitacle"

"Sur le flux des véhicules, vous avez parfois des indices assez évidents de provenance de zone de ski : à chaque fois que les douaniers ou les gendarmes voyaient des voitures extrêmement chargées, ou avec des skis apparents dans l'habitacle, ils savaient qu'ils n'étaient pas face à des gens qui font l'aller-retour dans la journée ou qui travaillent en Suisse", précise Jean Richert. Repérés, les véhicules ont été arrêtés et ses occupants invités à présenter un test PCR négatif. 

135 euros d'amende en cas de non-respect de l'isolement

Et "quand ils n'étaient pas en mesure de le faire, l'autorité préfectorale délivrait un arrêté d'isolement pendant sept jours", explique-t-il au micro d'Europe 1. Isolement que ces contrevenants sont tenus de respecter, faute de quoi ils s'exposent à une amende de 135 euros. 

Europe 1
Par Diane Berger, édité par Ugo Pascolo