"C'est notre tradition, Covid ou pas" : en Martinique, un carnaval en forme de résistance

, modifié à
  • A
  • A
Carnaval Martinique Fort-de-France 1:17
Le carnaval à Fort-de-France, en 2013. Photo d'illustration. © JEAN-MICHEL ANDRE / AFP
Partagez sur :
A Fort-de-France, en Martinique, malgré l'interdiction préfectorale de se rassembler en raison de l'épidémie de Covid-19, des irréductibles ont décidé de maintenir les célébrations du carnaval, qui s'achève mercredi. Des défilés ont eu lieu mêlant chant, danse et slogans politiques contre le préfet. Des incidents entre forces de l'ordre et carnavaliers sont à déplorer.  
REPORTAGE

En Martinique, le carnaval s'achève traditionnellement ce mercredi. Tous les ans, durant quatre jours, la population défile dans les rues de Fort de France pour "courir le vidé". Les Martiniquais se rassemblent, chantent et dansent dans les rues. Cette année, les rassemblements étaient interdits, épidémie de Covid-19 oblige, mais des groupes d'irréductibles ont refusé d'y renoncer, bravant les interdictions préfectorales. A Fort-de-France, bouclée depuis dimanche chaque après-midi, les carnavaliers paradent aux portes de la ville, devant les gendarmes et les agents municipaux.

Un cortège "politique"

"C'est notre tradition, c'est chez nous, confinement ou pas, Covid ou pas. C'est chez nous, c'est la Martinique, c'est comme ça et pas autrement", explique une carnavalière au micro d'Europe 1.

Dans le cortège, entre chansons grivoises et insultes traditionnelles, un nom résonne : Stanislas Cazelles, préfet de la Martinique, à l'origine de l'interdiction des rassemblements. Chaque jour, il est donc dans le viseur de ceux qui participent à ces carnavals illégaux. "C'est complètement politique", raconte une autre Foyalaise. "C'est comme un engagement pour dire que l'on veut la liberté et que ce n'est pas légitime [d'empêcher la tenue du carnaval, ndlr]."

Mardi, quelques échauffourées ont eu lieu devant les accès de la ville. Des jets de pierre, poubelles brûlées et tir de gaz lacrymogène sont à déplorer. Des incidents condamnés par l'autorité préfectorale dans un communiqué.

Une situation sanitaire stable, mais des craintes après le carnaval 

En Martinique, la situation sanitaire est stable : 67 cas en une semaine et seulement 8 personnes hospitalisées. Aucun couvre-feu ni confinement n'est en vigueur sur le territoire. Mais les autorités craignent que les festivités n'accélèrent la circulation du variant anglais, déjà présent. 

Des restrictions ont notamment été mises en place depuis mardi afin de limiter les déplacements entre la Martinique et la Guadeloupe. 

Europe 1
Par Fanny Marsot, édité par Mathilde Durand