Canicule : "S'il fait trop chaud, on arrête et on se donne rendez-vous au café"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Parmi les professionnels qui risquent de subir le plus la canicule, se trouvent les ouvriers en extérieur. Les asphalteurs des trottoirs parisiens, par exemple, se préparent à décaler leurs horaires pour travailler plus tôt et ainsi éviter les heures les plus chaudes.
REPORTAGE

Alors que la France se prépare à l'arrivée dès lundi d'une vague de chaleur caniculaire - jusqu'à 40°C localement -, les ouvriers en extérieur s'attendent à être particulièrement impactés. C'est le cas notamment des asphalteurs, ces ouvriers qui refont les trottoirs parisiens.

 

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

"S'il fait trop chaud, on arrête"

Cinq hommes se relaient pour étaler au sol le goudron noir encore fumant. Agenouillé à même le trottoir, Hugo prend les vapeurs du bitume en plein visage. "C'est très physique", assure-t-il. Philippe, lui, ramène régulièrement des sauts remplis de goudron. Il craint la canicule qui va complexifier encore un peu plus leur mission. "L'asphalte est à 200°C donc ça va être pire [de d'habitude]", prévoit l'ouvrier. "Mais on va s'adapter, commencer plus tôt. Et s'il fait trop chaud, on arrête et on se donne rendez-vous au café."

"Il n'y a pas de solution miracle"

Son patron est plus préoccupé, son équipe est tenue par des délais. Mais pour Luis, il n'y a pas beaucoup de solutions. "On est très matinaux. On commence à 4h30 du matin et on finit vers midi. Il n'y a pas de solution miracle. On s'hydrate, on se mouille un peu, on fait une pause, on boit, on se rafraîchit. Quand ça ne va pas, on arrête."

Dans cette équipe d'asphalteurs, Fernando ne se plaint pas. Cette chaleur lui rappelle son pays, le Portugal. Cet habitué des fortes températures conseille de "boire beaucoup d'eau et surtout pas d'alcool. Il faut aussi éviter la cigarette parce que ça fait chauffer aussi." Il se limitera à cinq cigarettes dans la journée au lieu d'un paquet. Mais l'un de ses collègues préfère quant à lui prévoir des T-shirt de rechange. À chacun sa technique pour rester au frais.

Europe 1
Par Justin Morin, édité par Marthe Ronteix