Ruée sur les ventilateurs avant la canicule : "Il faut bien que j'achète quelque chose, sinon je vais crever"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les magasins d'électroménager enregistrent de fortes progressions des ventes à l'approche du premier gros pic de chaleur de la saison. À Paris, la plupart des enseignes sont déjà en rupture de stock de ventilateurs.
REPORTAGE

Il va faire particulièrement chaud sur la France ces prochains jours, et d’autant plus si vous vivez en centre-ville. On attend jusqu'à 39 degrés à Paris, 40 degrés à Clermont-Ferrand ou encore à Lyon en milieu de semaine. Les Français se préparent déjà à cet épisode caniculaire, notamment avec une ruée sur les ventilateurs et les climatiseurs. Certains distributeurs annonçaient dès samedi une progression des ventes de plus de 100% par rapport à l'année dernière.

Les magasins dévalisés

Dans les magasins parisiens d’électroménager, la plupart des acheteurs ont peur, peur de ce flux d’air chaud venu du Sahara et qui, toute la semaine, va faire monter le mercure. Seule arme contre l’implacable canicule : le ventilateur. Tout le monde se l’arrache. "Ça me parait un peu long de survivre sans air frais. Sincèrement, imaginez de vivre dans un appartement avec 40 degrés de chaleur ambiante, ça me fait peur", avoue un acheteur croisé dans les rayons d’un grand magasin.

Dans la capitale, la plupart des enseignes d’électroménager sont déjà dévalisées. Josiane en est à son second magasin, et elle n’a plus le choix qu’entre deux modèles. "Chez Boulanger, ils sont dévalisés. On ne peut même plus commander des modèles en pied, c’est fini. Même chose chez Darty. […] Il faut bien que j'achète quelque chose, sinon je vais crever", s'agace-t-elle.

"C’est assez cher, mais avec des chaleurs comme ça..."

Les climatiseurs aussi sont en rupture de stock. Joséphine, 80 ans, se renseigne : "Je souffre dès qu’il fait chaud, c’est pour ça que je regarde les prix. C’est assez cher, mais avec des chaleurs comme ça, à Paris c’est assez terrible, on ne peut pas dormir la nuit", explique-t-elle. Finalement, elle ne devrait pas en commander : "Trop cher, alors que tout ça n’est l’affaire que de quelques jours", sourit-elle. Comme le reste des Français, elle devra toutefois attendre le week-end prochain avant de retrouver des températures plus clémentes.